17/03/2011

Boris Drahusak méritait d’être connu

 

Jeudi 17.03.11 - 16.46h

 

Les rigueurs de la vie politique ont éliminé Boris Drahusak de la course à l’élection. Pour l’avoir fréquenté à de nombreuses reprises dans des débats radio ou TV, j’ai appris à connaître un homme soucieux du bien public. Des enjeux urbains, il a une idée très précise, toujours documentée. Une compétence, c’est sûr.

 

Ce qui a pu faire la différence en sa défaveur tient justement, par paradoxe, à ses qualités : l’extrême précision de son discours aboutit trop souvent à un langage de type technocrate. On ne parle pas au grand public comme dans une soutenance de thèse à Paris III.

 

Combien de grands commis en ont-ils fait les frais ? Ministre de l’Agriculture, Michel Rocard, pourtant l’une des plus solides compétences de France, plongeait ses auditoires dans de profonds sommeils, avec d’interminables discours sur les quotas laitiers. Pendant ce temps, François Mitterrand nous enchantait d’un verbe toujours simple, « sans rien en lui qui pèse ou qui pose ». Il était l’homme du suffrage universel, Rocard, celui des conférences et des cabinets.

 

Grand commis ou ministre, ce sont deux discours, deux postures rhétoriques radicalement différentes. Certains secrétaires généraux se prennent pour des élus du peuple. Certains ministres peinent à sortir de leur peau de chef d’état-major d’une administration.

 

Boris Drahusak a eu le courage de se lancer. Je lui souhaite sincèrement de continuer à faire profiter Genève de son expérience.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

16:46 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Alors il a sa place au Conseil national en lieu et place d'Uli Leuenberger !

Écrit par : Hypolithe | 17/03/2011

Je ne partage pas du tout votre appréciation d'un genre de personnage carriériste et sans talent qui a su profiter du népotisme et de la complaisance régnant au Dpt. dirigé par P. Mugny pour prospérer. Il est un des responsables de l'état général navrant des Arts en ville de Genève. Son retrait de la course est un petit soulagement.

Écrit par : Malentraide | 23/03/2011

étonnant de la part de Pascal Decaillet qui nous a habitué à des portraits plus réalistes. La comparaison avec Michel Rocard, alors là vraiment, c'est à mourir de rire ou les bras nous en tombent, en tout cas c'est extrêmement flatteur pour Boris Drahusak et le lien s'arrête là. La langue de bois, le carriérisme à tout prix, des règles citoyennes mises à mal sont plus exactement ce dont se souviendront les acteurs et les amateurs de la culture qui ne vont pas le regretter.

Écrit par : électronlibre | 29/03/2011

Les commentaires sont fermés.