17/03/2011

Les radicaux enclenchent la machine à perdre

 

Sur le vif - Jeudi 17.03.11 - 17.34h

 

Marc Moulin nous l’annonce : le président des radicaux genevois, Patrick Malek-Ashgar, prétend mettre un terme à la guerre entre libéraux et PDC, autour d’une alliance avec l’UDC : « Il ne peut y avoir élargissement de l’alliance que si les trois partis de l’Entente sont d’accord ». Donc, on ne change rien, on ne touche à rien, on fait juste comme on a toujours fait. Entre notables.

 

Cela signifie la machine à perdre. L’élection, totalement assurée, de quatre personnes de gauche le dimanche 17 avril. Tout cela, pour avoir la certitude de faire passer Pierre Maudet. Sans risques. Sans encombre. Sans la moindre audace évolutive dans la recomposition d’une droite suisse qui doit absolument être lue au-delà de la Versoix. Et même de la Sarine. Lit-il seulement la NZZ, M. Malek-Ashgar ? Le Tages Anzeiger ? La Weltwoche ?

 

Ce pari sur l’avenir, le libéral Cyril Aellen avait eu le courage de le poser sur la table. Sauf évolution d’ici lundi midi (dépôt des listes), la machine à perdre sera irréversible. Et la gauche municipale genevoise peut se féliciter d’avoir encore de très beaux jours devant elle.

 

Pascal Décaillet

 

17:34 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

C'est plus qu'une machine à perdre. C'est une machine de guerre à faire gagner la gauche d'une telle efficacité que la gauche serait incapable de la concevoir.

Grâce au MCG, la gauche n'est plus majoritaire au Conseil municipal.

Grâce l'aide presque active de l'Entente, le Conseil administratif restera majoritairement à gauche.

Écrit par : J.-L. Masson | 17/03/2011

Les radicaux ou l'art de se tirer des balles dans le pied. En tout cas ils ont l'air d'aimer ça.

Écrit par : Pascal Leimgruber | 17/03/2011

Il semble que le Collège de Saint-Maurice donne de meilleurs résultats en littérature qu'en arithmétique et en géographie, cher Pascal. Quant à la morale, je l'y croyais plus ferme !
Genève, précisément, n'est pas de l'autre côté de la Sarine, ce que même le SVP est bien forcé de reconnaître puisque l'on ne sait plus très bien, ici, si l'on doit le traduire UDC ou MCG...
En matière de morale, du moins chez les mécréants que sont souvent les radicaux, on ne trahit pas ses amis, ni ses ententes.
Quant à l'arithmétique, vu les pourcentages en présence, ôter le PDC pour ajouter l'UDC ne mènerait à rien et en tout cas pas à la victoire. Même si l'on y ajoutait le MCG, ce qui n'est pas à l'ordre du jour, une partie notable des électeurs, dont les appareils ne sont pas propriétaires, reprendraient illico presto leur liberté. L'opération serait nulle, sauf pour l'Entente qui aurait perdu toute crédibilité. Sauf aux yeux de la minuscule partie de la population qui lit Maurras et Machiavel en se regardant dans la glace, chaque matin.
En arithmétique toujours, les gagnants sont ceux qui remportent le plus de voix, et en ville de Genève, ce n'est pas le MCG, pas même l'Entente, mais la gauche.
Dès lors, même si je suis personnellement heureux que les choix du parti radical ne correspondent pas à vos attentes, je ne peux que compatir à votre peine. Mais ce sont les choix du parti radical cher Pascal. Pas les vôtres.

Écrit par : Philippe Souaille | 17/03/2011

Si seulement "ça" pourrait fonctionner à Genéve !
Et pourtant "ça" fonctionne dans le petit reste qu'on nomme la SUISSE ;
la collaboration entre les Partis de la droite.
Mais je me résigne comme Sénèque le tragique:"quelle folie de nourrir de
lointaines espérances".
Ludwig Muller

Écrit par : ludwig muller | 18/03/2011

@M. Souaille
Je pars du principe que vous êtes ironique en disant que l'Entente, en faisant ceci ou cela, pourrait encore perdre quelque crédibilité.

Le cirque de ces derniers jours l'a placée au niveau du zéro absolu, il lui est impossible de descendre plus bas dans l'opinion des électeurs. Vous le verrez le 17 avril, ou même le siège de Maudet risquera d'être en danger. M'enfin, s'allier avec les socialistes d'un côté (Parti libéral) pour s'allier au MCG de l'autre (parti radical) à Vernier plonge le pauvre électeur de base que je suis dans la plus grande perplexité et me fait voir le PLR comme d'une inconsistance absolue.

Je pense au contraire que le seul moyen de retrouver quelques électeurs pour le PLR et l'Entente consiste à faire preuve d'un peu de cohérence, qui fait totalement défaut pour l'instant.

Le show de Aelen se posant en chef autoproclamé d'une entité qu'il dirigerait fait pitié à voir, à partir du moment que ceux qu'il désigne comme ses subordonnés ont pour réponse première à sa mascarade de surtout signifier qu'ils ne le suivent pas.

Bref, un berger qui n'est pas suivi par ceux qu'il désigne comme ses brebis fait pitié à voir et à entendre. Et l'Entente genevoise vient tout simplement de se saborder en dessous de la ligne de flottaison, mettant fin à quelques décennies d'histoire politique genevoise.

Écrit par : Andres Gomez | 18/03/2011

Les commentaires sont fermés.