18/03/2011

« L’Entente » : concerto pour la main gauche

 

Vendredi 18.03.11 - 15.15h

 

Très intéressant, dans le débat d’hier soir, le choix des mots : François Gillet ne cesse de parler de « l’Entente ». Face à lui, Cyril Aellen ne parle que de « la droite ». L’un se cramponne à un discours cartellaire. L’autre se réfère à une philosophie politique. Riche de plus de deux siècles d’Histoire, née quelque part entre Gironde et Montagne, avec ou sans les Jacobins, l’un des piliers de l’identité républicaine.

 

Par l’agencement même de ses syllabes, la grisâtre redondance d’une diphtongue (que les Vaudois des vignes ont au moins le goût de colorer, « Intinte »), le mot « entente » est d’une désespérante laideur. Rien de musical dans un vocable qui justement, hélas, se réfère au monde du son. Juste la triple récurrence d’un « e », deux fois avalé en nasale, finalement muet.

 

Et puis, il y a évidemment le sens : ça rime à quoi, « s’entendre » ? Il y a un film de Kazan, éblouissant, qui s’appelle « L’Arrangement ». Il y a Faye Dunaway, Kirk Douglas, il y a les mensonges et les vérités d’une vie, et le parti qu’on a bien voulu en prendre. Ce qu’on retient, ça n’est pas la nature de leur pacte, c’est le sublime de deux visages, auxquels s’ajoute celui de Deborah Kerr.

 

L’Entente, c’est cela, historiquement, à Genève comme un peu partout en Suisse romande : au cours des années trente, entre anciens ennemis du Sonderbund, mais aussi entre la droite patricienne et celle du cassoulet (issue, à Genève, de la magnifique révolution fazyste de Saint Gervais), on a, pour de purs motifs électoraux, cherché à « s’entendre ». Contre le communisme, par exemple. Mais aussi contre la peste brune, la vraie, celle qui venait d’Allemagne, et que certains ultras, en Suisse, relayaient.

 

On s’est ligué contre des extrêmes. Et cette puissante coagulation du raisonnable (Vernunft) a connu de très belles heures dans les décennies prospères de l’après-guerre. Nul ne s’en plaindra. C’est une page de l’Histoire de notre pays dont il n’y a pas lieu de rougir. Et de très grands hommes d’Etat en ont surgi, de Kurt Furgler à Jean-Pascal Delamuraz, tandis que les socialistes, dans l’autre camp, donnaient au pays un homme comme Tschudi, sans doute le plus grand conseiller fédéral de l’après-guerre.

 

Oui, pendant des décennies, on a prétendu « s’entendre ». On ne se parlait pas vraiment, mais on avançait l’argument de l’oreille, du message qui passe, sans d’ailleurs en préciser la nature. En clair, voilà déjà très longtemps que la plupart des Ententes sont des coquilles vides, des étiquettes sur du néant, tout au plus l’alibi pour se tailler, vite fait, et sans trop s’appesantir sur la cohérence idéologique, une majorité, un dimanche de vote. Et ce bric-à-brac, pendant les années de prospérité, a tenu.

 

Aujourd’hui, le montage est vermoulu. L’écroulement, programmé. Parce que d’autres lames de fond, puissantes, sont arrivées, qu’on n’a pas voulu voir, qu’on a cachées sous le tapis, ou reléguées dans le caniveau. Sur l’ensemble de la Suisse, l’UDC blocherienne, plus de vingt ans de montée en force. À Genève, le MCG, qui s’enracine dans les communes et pulvérise les donnes politiques traditionnelles. Dans les salons, dans les cocktails, on pense régler le problème par le seul dédain incantatoire du mot « populisme ». On se dit que le cauchemar va passer, qu’un jour tout rentrera dans l’ordre ? Quel ordre ? Notre ordre à nous, celui de « l’Entente ».

 

En s’accrochant au vocable, François Gillet défend le cartel. Il brandit l’étiquette, même si le vin est bouchonné. Il s’accroche à la machine, sans se préoccuper de ce qu’elle doit fabriquer. Face à lui, Cyril Aellen, l’homme qui restera pour avoir osé un réglage du curseur, avance une philosophie politique. La droite. Et il doit bien se dire, au fond de lui, que pour représenter « la droite », l’étiquette « Entente » apparaît de plus en plus comme archaïque. La machine est devenue une machine à perdre. Une gauche n’obtenant que 39 élus dans un Parlement municipal de 80 va sans doute, pour quatre nouvelles années, régenter l’exécutif avec quatre ministres sur cinq.

 

Tout cela, à cause du malentendu de l’Entente. Une histoire de son devenu muet, de petite musique truffée de fausses notes. L’Entente, un concerto où finalement seule triomphera la main gauche. Le beau, le rare gâchis. Merci Messieurs.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

15:15 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Si le mot dépassé « Entente » a perdu tout son sens à tout le moins depuis les dernières élections municipales de 2007, surgit sournoisement un autre mot qui se délecte à l’aigre-doux : trahison. Cette éventualité a mis du temps à faire son chemin dans des esprits peu malins. Et si, par hypothèse, le seul capitaine de droite, avant même d’avoir connu les résultats du dimanche 13 mars, avait mis en œuvre une stratégie pour rester seul à bord et éviter de s’embarrasser de colistiers dont l’image peu à son goût pourraient faire capoter ses projets futurs ? Poussons plus loin l’hypothèse, et s’il avait déjà conclu de petits arrangements avec ses collègues pour régner royalement les 4 années à venir en choisissant son département par exemple ? Le mécanisme de la machine à perdre est bien huilé, mais un grain de sable pourrait contrarier un jour ou l’autre de peu collégiales intentions contraires à l’éthique quand bien même ce mot fait pâle figure dans le monde politique, cela au mépris des électeurs qui ont clairement manifesté leur mécontentement dans l’urne et qui attendent impatiemment un revirement dans l’exécutif. L’effet papillon pourrait se transformer en effet boomerang.

Écrit par : Torpille | 18/03/2011

@Torpille
C'est vrai que M. Maudet a une place bien plus confortable comme seul élu de droite que s'il devait s'entendre et composer avec d'autres représentants de l'Entente.
Mais je n'irais pas jusqu'à lui prêter l'intention d'avoir manoeuvré dans le but de se retrouver en position de seul politicien de droite qui ait une chance d'être élu. Si toutefois c'était le cas, il mériterait amplement sa place. Car il serait le seul à savoir faire des calculs compliqués, alors que les autres ne savent même pas faire les calculs les plus simples. A part la division, l'Entente ne maîtrise en effet aucune des fonctions de l'arithmétique élémentaire.

Écrit par : Michael Kohlhaas | 18/03/2011

Comment ne pas poursuivre ? "l'Entente" ne se définit que par le partage, des responsabilités, des départements et de son électorat. Alors ce mot est devenu en 20 ans étranger à la droite municipale, mot que la Gauche à son tour s'est approprié.

Aujourd'hui à droite, c'est une "coalition" qu'il faut réaliser. Qui ne tendrait pas au pouvoir pour lui-même, puisque c'est déjà trop tard, mais déjà à rendre à cette majorité de genevois qui ne sera pas représentée au Conseil administratif le droit à une parole haute et forte pour une action efficace sur la politique de nos autorités.

Écrit par : Jean-Marc Froidevaux | 20/03/2011

Les commentaires sont fermés.