22/03/2011

Les Philippulus de Carême

 

Sur le vif - Et le pied droit sur la braise de l'Enfer - Mardi 22.03.11 - 11.57h

 

Putain, quatre semaines ! On est parti, à Genève, pour une lune d’érection. Celle des index vers le ciel, style Schtroumpf à lunettes, dans la plus pure position, record du missionnaire pulvérisé, du donneur de morale. Et c’est le 30 janvier 1933, et c’est la marche sur Rome, et c’est l’abandon de la grande bourgeoisie allemande dans les bras d’Hitler, et c’est le Méphisto de Klaus Mann, et ce sont les pleins pouvoirs au Maréchal, et c’est le 10 juillet 1940, chemises brunes par ci, chemises noires par là. Tout cela, pourquoi ? Parce que Florence Kraft-Babel, en plus de la liste Entente, figurera sur la liste UDC. On a les Apocalypses qu’on peut. Allons vite rechercher Paul Aymon. Que fait la police ? Que fait le Prophète ?

 

Il faut toujours se méfier, en politique, de celui qui vient vous faire la morale. Une fois sur cinq, c’est un pur, tant mieux pour lui, mais je ne suis pas sûr que l’essence éminemment ductile de la politique soit pour les purs. Les quatre autres fois, c’est un adversaire qui dissimule ses desseins sous le paravent de la morale. Cela s’appelle un Tartuffe, ou une truffe grise, ou un groin de pénitence, diaphane comme le miasme dans l’eau bénite, comme un Saxon à la bataille de Leipzig, plus impur que puce de chien, moins élégant – encore – que l’épicène dans la clarté de feu des syllabes.

 

La gauche unie – consciente de certaines symétries dans l’ordre de l’Enfer – demeure dans la modération, celle de ceux qui se frottent déjà les mains en apercevant la victoire. Mais les autres ! Radicaux tout heureux de « pouvoir encore se contempler dans le miroir », PDC redécouvrant les vertus du Centre après avoir mené une campagne ultra-libérale sur le monothème obsessionnel du « blocage ». Ils sont crédibles ?

 

Les purs ? Qu’ils filent faire silence sous l’ombre cistercienne d’un chapiteau. Puissent leurs lèvres immaculées murmurer quelques intercessions pour le salut de nos âmes. Les Tartuffes ? Ils vont donner de la voix, c’est sûr. Votons pour qui nous voulons, biffons, gommons, traçons, sanctionnons, effaçons, éradiquons, jouissons de cet infinitésimal pouvoir. C’est le jeu. Mais, de grâce, méfions-nous de ces Philippulus de Carême qui, du haut de leur mât, nous promettent l’imminence du Châtiment.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

11:57 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vos débuts dans le journalisme étaient empreints de nuances et de pondération.

La célébrité venue, le curseur s'est déplacé nettement vers la droite, même si vous n'êtes membre ni de l'UDC ni du MCG. Cette droite que vous défendez a dans ses rangs des personnalités qui ne font pas toujours dans la dentelle, qui dégagent parfois des relents nauséabonds et qui souvent n'ont pas votre culture.

Vous semblez avoir la carrure pour assumer les catastrophes que vous cautionnez. Alors où est le problème ?

Écrit par : Zufferey de Cratogne | 22/03/2011

Les commentaires sont fermés.