30/03/2011

Le Conseil d’Etat veut gouverner – Et il a raison

 

Sur le vif - Mercredi 30.03.11 - 16.28h

 

Dans son communiqué hebdomadaire (un art tout en finesse, dont nous avons relevé récemment l’infinie poésie), le Conseil d’Etat fait part, aujourd’hui, de sa réponse à la consultation sur l’avant-projet de Constitution. Il y relève des lacunes, donne le point de vue suivant : « L’avant-projet affiche l’ambition d’un parlement qui administre et d’un gouvernement qui s’exécute. Le Conseil d’Etat prône à l’inverse un parlement qui légifère et un gouvernement qui gouverne et exécute les lois ».

 

En l’espèce, comment ne pas donner 100% raison au Conseil d’Etat ? La République a besoin d’un exécutif fort. Un gouvernement qui décide. Le rôle du parlement n’étant en aucun cas de décider à sa place, mais bel et bien de faire des lois. Et, à travers ses commissions de contrôle (Finances, Gestion), de veiller au bon fonctionnement de l’exécutif.

 

Sur le principe, l’actuel Conseil d’Etat a donc totalement raison de remettre les pendules à l’heure. La République, c’est le contrôle du gouvernement par les élus du peuple. En aucun cas, sa paralysie. Dommage que ce Conseil d’Etat-là, pour des raisons très précises liées au mode électoral et à certaine alliances transversales (plus ou moins tacites) passées à l’automne 2009, soit totalement incapable de mettre en pratique ce qu’il prône lui-même, c’est-à-dire gouverner de façon claire et lisible.

 

Plutôt que de prôner un improbable régime parlementaire de type « Quatrième République », la Constituante ferait mieux, comme ne cesse de le préconiser Pierre Kunz, de donner à l’exécutif les véritables moyens de gouverner. Cela passe par une réforme du mode électoral. Et, surtout, une véritable politique d’alternance, avec des gouvernements cohérents, menés toute une législature par le même chef. Et pouvant, bien sûr, être renversés en bloc en cas de dysfonctionnement. Cela existe dans toutes les démocraties du monde. Pourquoi pas, un jour, à Genève?

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

16:28 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

..et vous trouvez que "dans toutes ces démocraties du monde", on gouverne mieux qu'en Suisse? Sincèrement, je n'en suis pas du sur du tout ...

Écrit par : Truffe | 30/03/2011

Gouverner, c'est prévoir !
Prévoir c'est connaitre !
Connaitre, c'est savoir !
Savoir c'est écouter !
Écouter, c'est communiquer !
Communiquer c'est affirmer !
Affirmer, c'est décider !
Décider c'est gouverner !

W.S.

Écrit par : Walter Schlechten | 30/03/2011

"Pourquoi pas, un jour, à Genève?"
Oui, justement, tout est là. Je ne vais pas me répéter, mais bon : en quoi les Genevois sont-ils différents de tout le monde ? Et 2 : avez-vous vraiment envie de le savoir ?

Écrit par : Géo | 30/03/2011

Le Conseil d'Etat devra se contenter de gouverner avec les moyens et les directives "services" qu'on veut bien lui donner. La Constituante est avant toutes choses une affaire entre les élus de la Constituante et à terme, le peuple souverain qui les a mis en place. Je suis particulièrement choqué de l'attitude du CE quand celui-ci tente ainsi de faire pression sur les constituants. Sa réponse donnée à la consultation sur l’avant-projet est maintenant faite et il appartient aux principaux concernés de trancher. N'en déplaise aux conseillers d'Etat, sa réponse n'a pas plus de valeur que celles données par les autres groupes de personnes visées dans cet important projet. Si celui-ci dans sa finalité ne convient pas à une majorité, il sera rejeté franchement et sans détours. En fait, c'est surtout cela qui fait le plus peur aux élus. L'attitude déplorable qu'ils véhiculent ces derniers temps ne peut qu'amener cet effet papillon. Le chaos est annoncé depuis longtemps et il va falloir assumer les odieuses actions subversives de certains politiciens malintentionnés. Qu'on se le dise une fois pour toutes, il y a des élus dans cette Constituante qui ne sont pas venus avec un esprit enrichi d'espoirs pour Genève.

Écrit par : Pierre-Alain Laurent | 30/03/2011

Hélas pour votre raisonnement, le même Pierre kunz est en faveur de la plupart des mesures castratrices du gouvernement

Écrit par : olivier | 31/03/2011

Les commentaires sont fermés.