10/04/2011

Les Montgolfières, le paon, les juristes imberbes

images?q=tbn:ANd9GcR95kDgxeNIYIwPFbgLIow2uDikfINFd5JBhPvAVLfMD8xr-TK2

 

Sur le vif - Quelque part dans l'air - Dimanche 10.04.11 - 09.19h

 

Il est des matins du monde plus vivifiants que d’autres. Ainsi, ce dimanche 10 avril, si soluble dans l’air, avec ce ciel de Genève qui commence à se tapisser de Montgolfières. Hier, c’était le paon du Jardin botanique qui faisait la roue, tétanisant le regard des passantes. Début de printemps exceptionnel, bonheur de vivre, d’habiter cette ville, si troublante. En plus, je lis Serge Moati, « 30 ans après », Seuil, mars 2011, il nous rappelle que l’anniversaire du 10 mai 1981 approche. Jamais, pour ma part, je n’oublierai François Mitterrand. L’homme, sa classe, sa culture, son rapport à la Province, son amour charnel de la France, qu’il connaissait dans l’intimité de sa géographie.

 

Mais il y a autre chose, de l’ordre du sel sur le Finistère d’une langue, ou du silex dans l’amertume d’un Sancerre, ce matin, pour me donner envie de mordre à pleines dents la sainte folie de cette journée : la page 23 du Matin dimanche. Interviewé par Sonia Arnal et Ariane Dayer, Pierre Lamunière, qui a vendu vendredi ses journaux à Tamedia, dit s’être beaucoup énervé contre « les offices bernois, la Commission de la concurrence, l’OFCOM, ces nids de juristes obscurs et imberbes, tout juste sortis de l’Université, qui vous pondent des règlements purement juridiques, sans aucune vision ».

 

Douce prose ! Visions d’éphèbes sous la poussière des livres. Douce nuit, « obscure », aveugle, la nuit des innocents. Qu’on aurait juste envie, au passage, de massacrer. Singulier début de printemps, où ce sont les paons qui font la roue, les Montgolfières qui enflent, et les imberbes qui pondent.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

09:19 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Mitterrand ne connaissait pas toute la France de façon intime, M. Décaillet, il a déclaré que la Savoie, ce n'était pas vraiment la France, il n'aimait que la vieille France, il avait quelque chose qui le reliait à la monarchie, au centre de la France, il était un régionaliste de la France centrale, mais de la France centrale qui, comme elle englobe Paris, peut gouverner l'ensemble.

Écrit par : RM | 10/04/2011

Vous m'étonnerez toujours en portant aux nues François Mitterrand, personnage ambigu s'il en fut, à mon avis un poil scélérat et fourbe. Mais il est vrai que sans ces "qualités", on ne reste pas quatorze ans au pouvoir.

Écrit par : MIchel Sommer | 10/04/2011

A propos de Finistère :
"Rrose Sélavy connaît le marchand du sel".
Et vous,l'avez-vous rencontré ?
bon dimanche
p.l.

Écrit par : pierre losio | 10/04/2011

@ Pierre Losio - Sans doute Rrose a-t-elle disparu, Corps et Biens.

Écrit par : Pascal Décaillet | 10/04/2011

"il a déclaré que la Savoie, ce n'était pas vraiment la France"
Qui de raisonnable dirait autre chose ? La place de la Savoie était en Suisse. Vous avez déjà entendu parler des châteaux de Chillon, Aigle, Rue, Romont, Oron, Yverdon, Grandson, Champvent et j'en oublie...? De quel style sont-ils ? Serait-ce à nous de devenir Français ? Trouvez un seul d'entre nous qui l'accepterait...et après, faisons un référendum chez les Savoyards sur ce sujet. Malheureusement, ils n'existent plus, voir "le jacobinisme en France"...
C'était sans aucun doute le but de cette idéologie au service des puissants, pour rompre les résistances nationales. Aujourd'hui, il n'y a plus de Bretons*, mais par contre beaucoup d'Arabes arabisants en France...
* "Je suis Breton, mais ma famille vient de Montélimar". Un collègue, récemment...

Écrit par : Géo | 10/04/2011

Les commentaires sont fermés.