18/04/2011

Apéro, logo, tarmac

 

Sur le vif - Lundi 18.04.11 - Saint Parfait - 15.44h

 

C’est une nouvelle incroyable qui vient, par la voie des airs, d’estourbir nos consciences : l’aéroport de Genève s’appellera désormais… « Genève Aéroport » ! En présence du directeur et du conseiller d’Etat de tutelle, également président du Conseil d’administration, cette révolution cataclysmique a été rendue publique aujourd’hui. Et, pour mieux en souligner certaines vibrations que le commun des mortels, autant dire les gueux sémantiques que nous sommes, ne peut percevoir sans l’exégèse du Prince, on lui a donné des explications. Eclairantes.

 

« Genève, commente le Prince-Président de tutelle, est suffisamment connue dans le monde. Il n’y a plus besoin de mentionner le caractère international de l’aéroport ». A quoi le Prince-Tuteur ajoute : « Le choix du français plutôt que de l’anglais a été mûrement réfléchi, pour marquer l’attachement à la culture locale ». Et il conclut, le Petit Prince : « Il n’y a pas beaucoup de différence entre le nom de la ville en français et en anglais ».

 

Coût de la révolution : trente mille francs. Il fallait bien cela pour mettre à nu d’aussi éclatantes vérités. Et puis, trente mille, sous ces cieux-là, ça n’est même pas le dixième d’un apéro de départ.

 

Un monde en soie, qu’on vous dit…

 

Pascal Décaillet

 

15:44 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

L'enseigne exacte est "GENEVE AÉROPORT". J'ai du mal à comprendre pourquoi ce logo nouveau, qui miserait sur «le haut de gamme, la qualité et le sérieux», comprend alors une accentuation sur le "E" de "aéroport", mais aucune sur le deuxième "E" de "Genève". Il n'y a donc pas d'unité graphique dans l'écriture du logo, ce qui viole une règle élémentaire en la matière ; même si sa conception a coûté 30'000 francs, cela ne fait ni haut de gamme ni très sérieux, indépendamment de la qualité graphique des lettres, qui est là, en effet.

Écrit par : Soli Pardo | 18/04/2011

Dans l'expression "Aéroport International de Genève", l'épithète "international" se réfère à la nature des lignes commerciales opérées depuis l'aéroport, et non pas à l'éventuelle célébrité de la ville, ou à l'éventuel caractère international de celle-ci. Si quasiment toutes les lignes opérées depuis Genève sont internationales, ce n'est pas dû à la célébrité de la ville, mais bien à la petite taille de la Suisse...
"Genève Aéroport" n'est pas une locution tout à fait française. L'argument de l'attachement à la culture locale est donc bancal. On a pris le parti d'une demi-traduction de "Geneva Airport". Les CFF sont meilleurs en français. Ils mettent un trait d'union à "Genève-Aéroport", pour signaler que ce n'est pas, sur leur ligne, le principal arrêt à Genève, alors que l'arrêt à Cornavin s'appelle tout simplement "Genève", comme il se doit.
Si, dans cette ville de réforme, il fallait absolument changer le nom de l'aéroport (pour le plaisir de réformer), pourquoi n'a-t-on pas choisi, tout simplement "Aéroport de Genève"? On aurait pu accompagner cette simplification d'un laïus sur le fait que l'adjonction de l'épithète "international" pouvait donner l'impression que Genève se réservait de créer d'autres aéroports que Cointrin, alors que celui-ci sera pour toujours le seul aéroport de Genève...

Écrit par : Michael Kohlhaas | 18/04/2011

Tout cela prouve qu'avant d'innover à Genève il faut toujours consulter les blogueurs de la Tribune de Genève.

Écrit par : Mère-Grand | 18/04/2011

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Décaillet,

cela me rappelle vaguement une autre idée de génie, plus chère celle-la, la transformation de Swissair en Swiss Air.

Histoire d'oublier la catastrophe du grounding de Swissair et passer à autre chose...

3 millions la pilule... pour retrouver la même appellation avec la même couleur et la même police... :o)

Décidèment dans le monde des airs, on en manque pas...

MDR :o)

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 18/04/2011

Ahhh ! Bienheureux canton qui n'a pas de problèmes plus importants à régler... ni de meilleur usage des deniers publics à faire. Et les genevois se plaignent ? Ingrats qu'ils sont...

Écrit par : Djehouty | 18/04/2011

Il ne voulait pas l'appeler Coin-Train à cause de la concurrence des CFF !

Il faut espérer que si la même agence de com renomme le débarcadère de la CGN "GENVEVE PORT" ils feront un rabais !

ça manque de iode à Genève !

Écrit par : Corto | 18/04/2011

Mère-Grand, dés qu'il y a 30'000 bals à se faire, toujours présent !

Ça vole bas, il est vrai que la compagnie Swiss, le logo avait couté un million et qu'en plus au passage ils avaient nommé l'aéroport de Zurich (j'ai oublié) mais Swiss a stopper tous les vols internationaux depuis Genève, le fait de ne pas avoir laissé "international" sent les gros trous d'air à plein nez !

Écrit par : Corto | 18/04/2011

Remarquez, il y a plagia, il devront reversé des indemnités à GENEVE-PLAGE !

Écrit par : Corto | 19/04/2011

Les commentaires sont fermés.