L’Ordre règne à Genève

Imprimer

 

Les Sabots d'Aellen, les Trois Capitaines, le Crabe aux Pinces d'Or - Conte féérique, en attendant la pluie - Mardi 19.04.11 - 10.34h

 

C’est fait. L’Ordre règne, pour quatre ans, en Ville de Genève. Non au Municipal, où s’annonce, faute de majorité absolue pour quiconque, une délicieuse Quatrième République, toute de passerelles et de majorités introuvables, un jour gauche + MCG, le lendemain Entente + UDC + voix éparses, un autre jour encore Entente + MCG, ou alors gauche + une partie du MCG (pas nécessairement si homogène sur les questions sociales, par exemple). Bref, un parlement qui ressemblera aux Ouménés de Bonada, le sublime poème de Michaux, ou à la dernière page d’Astérix et les Goths. Avantage, par rapport à la législature précédente : il faudra faire de la politique. Inconvénient : personne n’y comprendra rien.

 

L’Ordre règne. Pas au Municipal, mais à l’exécutif. Semblable à elle-même, désespérément, toujours recommencée, la gauche place un quatuor et laisse d’infinitésimales miettes, les « reliefs d’ortolans », au semi-Valoisien Pierre Maudet, radical de gauche pour se faire élire par les bobos éclairés (à la bougie), radical du centre pour ratisser chez les suppôts de sacristies illuminés (à la chandelle), radical de droite le jour où il s’agira pour lui d’embrasser sur la commissure des lèvres un destin national programmé avant même le jour de sa conception. Parce que le PLR, au niveau suisse, ça n’a rien, mais vraiment rien à voir avec la Cagoule genevoise. Et il le sait très bien. Et il procède, simplement, par étapes. Démarche du Crabe. Pinces d’or.

 

Que Pierre Maudet soit réélu, c’est évidemment bien pour Genève, car il est un magistrat compétent, juste en attente d’un destin national. Disons, pour prendre une image qu’il connaît bien, qu’il lui faut « payer ses galons » et blanchir un peu sous le harnais en attendant la suite. Mais cette reconnaissance de ses qualités ne doit pas occulter une lucidité sur son petit jeu, sur ce que fut sa stratégie, sur le cirque qu’il commence, comme prévu, depuis hier, à nous jouer sur le thème des « petits ajustements », entendez passage au napalm de tous ceux qui, sur sa voie, le dérangent. Super-Maudet, Maudet Terminator, Maudet outragé, Maudet presque brisé, Maudet libéré, Maudet qui se croit autorisé à flinguer dans l’Entente, réclamer des têtes, Maudet qui se prend pour Chirac, 5 décembre 1976, lorsqu’il a conquis, à la hussarde, l’UDR, pour en faire sa chose, le RPR. A en juger par les échos reçus de certaines séances d’hier soir, ce Maudet-là commence un peu à lasser, et je pèse mes mots, notamment dans les rangs libéraux.

 

L’Ordre règne à Genève. Il y aura eu les sabots d’Aellen face à trois capitaines (Maudet, un conseiller d’Etat radical, sa Garde noire), il y aura eu, oui, le passage de ce remarquable jeune président du parti libéral, celui qui aura osé, celui qui aura anticipé, celui qui aura ouvert des voies dont d’autres cueilleront les fruits. Cet homme-là, dans la vie politique genevoise, nous le retrouverons un jour. Il aura osé un choix, affronté une solitude, défini des perspectives, avec vision nationale, pour l’avenir. Une trempe. Et un courage.

 

D’autres cueilleront les fruits ? Qui ? Mais Maudet, pardi ! A peine tournée la page des ouvertures à gauche (Europe, armée), capteuses de bobos, il y a fort à parier que notre homme, dans les mois qui viennent, d’abord sur des sujets sectoriels (Sécurité, Finances, Aménagement, Mobilité), puis de façon plus globale, soit justement celui des ouvertures à l’UDC. Pour avoir des majorités. Ce que préconisait, avant les autres, Cyril Aellen, eh bien Maudet le semi-Valoisien europhile sera celui qui, doucement, le réalisera. Paradoxe. Un peu dégueulasse. Mais c’est la politique.

 

L’Ordre règne à Genève. La gauche retrouve son arrogance. Pas celle du Municipal. Celle de l’exécutif. Pour preuve, le ton de Régente sur lequel Sandrine Salerno a cru bon, dimanche soir à Uni Mail, de remettre en place le jeune et brillant Adrien Genecand. Qu’avait-il osé, l’impudent ? Juste rappeler que la droite avait été, ces quatre dernières années, un paillasson. Ce qui relève du plus élémentaire constat. L’Ordre règne, oui. Avec quatre magistrats de gauche. Et un semi-Valoisien en attente de destin. Ah, les belles années !

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • Magnifique

  • Effectivement comme toujours magnifique analyse.

  • Et non, votre (car c’était bien la votre n’est ce pas ?) tactique de rapprochement droite – extrême droite soufflée avec tant d’insistances aux dirigeants du PLR et même du PDC n’a rien donné.

    Seule la fille du merveilleux pasteur humaniste a jugé votre « déplacement de curseur » attirant. Sauf qu’elle a, du coup, été systématiquement biffée par celles et ceux qui, comme moi, ont pris son alliance avec un des partis les plus xénophobe d’Europe comme une véritable trahison par rapport aux idéaux propagés par son extraordinaire papa...

    Et oui, ça ce passe comme ça à Genève !

  • Du calme et surtout un peu de recul, chère Marie-Françoise!
    Vous le savez, mon extraordinaire papa - merci de le reconnaître au passage - a dans son extraordinaire humanisme accepté de baptiser, de confirmer, de marier à Saint-Pierre de ces malfrats, aujourd'hui membres d'un parti que vous haïssez. Ce n'est pas Zürich, ce n'est pas le frère de Blocher, c'est Genève avec des personalités politiques qui, fortes de cet enseignement et de son message, ont cru utile de soutenir la candidate de l'Entente plutôt que l'extrême des extrêmes. Les autres s'ils l'avaient accepté. Juste pour votre information. FKB

  • Votre analyse est très belle.

    Mais j'y trouve une contradiction majeure avec un argument que vous défendez habituellement : la politique, c'est un affrontement entre la gauche et la droite.

    Pourquoi en Ville de Genève la gauche devrait faire passer les propositions de la droite ? Si le ministre cantonal Vert a accepté la demande, de la droite, d'une baisse d'impôt, c'est parce que la gauche est ultra minoritaire au Grand Conseil.

    Aussi, vous n'expliquez pas que ceux qui, au sein du PL, poussent le plus fort pour une alliance avec l'UDC, sont ceux qui sont le plus directement intéressés par un fauteuil de sénateur ou de député national.

    Julie

Les commentaires sont fermés.