09/05/2011

Foutez la paix à Rappaz !

 

Sur le vif - Lundi 09.05.11 - 16.10h

 

Je n’ai aucune sympathie pour la production industrielle de chanvre, ni pour le foin qu’a fait Bernard Rappaz, récemment, avec sa grève de la faim. Mais le nouveau procès qu’on lui intente, devant le Tribunal de district de Martigny, est le procès de trop. Cet homme purge déjà une peine de 5 ans et 8 mois de prison, ce qui est hallucinant par rapport à ce qu’il a commis, une peine à laquelle bien des criminels de sang échappent, ne parlons pas des grands escrocs bancaires. Cette sentence a été confirmée, nous sommes dans un Etat de droit, il doit donc la purger, c’est entendu, mais les 28 mois supplémentaires requis par le procureur de Martigny, c’est purement et simplement du délire. Il y a un moment où il faut commencer à parler d’acharnement judiciaire.

 

La grève de la faim, oui, était une tentative de camouflet à l’Etat de droit. Oui, Bernard Rappaz doit accomplir sa peine. Il a maintenant tout perdu, il est ruiné, sa ferme a été vendue aux enchères. Alors, de grâce, qu’on lui foute la paix. Ces 28 mois supplémentaires, réclamés par le procureur, sont la goutte d’eau qui fait déborder le vase. La justice valaisanne a mieux à faire que de s’acharner sur un homme.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

16:10 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Et pourquoi donc Sieur Rappaz serait-il au-dessus des lois? Parce que comme personne il manie l'art de la communication au point de se faire passer pour une victime du système? Si Rappaz, puni pour une partie de ses délits, doit être "laissé tranquille" pour le solde, la même règle s'appliquera-t-elle au chauffard qui a sévi plusieurs fois, à l'escroc multitalentueux, au violeur impénitent ou au tueur en série? La réitération et la récidive seraient donc exemptées de peine? Curieuse logique...

Écrit par : Horace Gautier | 09/05/2011

Je n'ai également aucune sympathie pour ce monsieur, et il mérite ce qu'il lui arrive. Avec tout le foin qu'il a fait, il a fait bien plus de mal aux personnes voulant une vraie politique sur les stupéfiants (en particulier le chanvre récréatif), qu'il s'est fait du mal en faisant sa pseudo grève de la faim.

Qu'il assume et point barre. Pour ce qui est du fait qu'il prenne plus qu'un assassin ou un violeur, allez débattre avec les législateurs fédéraux, même si moi aussi j'ai peine à comprendre pourquoi il prend plus.... Mais malheureusement, la loi est la loi, et personne n'est censé l'ignorer !!!

Écrit par : floridon | 09/05/2011

La balance signe symbolisant la justice a un voile sur les yeux celui-ci parcontre toléré,aussi en mettant à l'index ce monsieur Rappaz et tous les fumeurs de ce pays ,on y sent comme une odeur de forts relents pestilenciels de ceux acceptant parcontre le proxénétisme dans notre pays par des proxènètes Français mais travaillant sur sol suisse,de qui se moque-t'on dans cette chère Helvétie rougissante d'hypocrisie¨!

Écrit par : lovsmeralda | 09/05/2011

A ce niveau ce n'est plus de la justice, mais bien de l'acharnement judiciaire...pour ma part, je vais suivre les conseils de B.R , à savoir : La loi sur les stupéfiants est injuste, il faut la violer !!

Écrit par : MrNice | 09/05/2011

C'est bien vrai ... qu'on nous foute la paix avec ce gaillard !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 09/05/2011

Il y en a eu d'sutres gouttes !!!!

Écrit par : Stéphane RIAND | 09/05/2011

Nous assistons dans l'affaire Rappaz à un total déRaopazge démocratique, des millions de Suisse hument les petites herbes délassantes sans qu'il y ait autant de morts qu'en haute montagne, sport sponsorisé par la nation !

Chers jugent valaisants, allez faire des randonnées de haute-montagne, et laissez les fumeurs cultiver leurs petites herbettes !

Quand j'étais ado, l'herbe n'était pas interdite et personne ne fumait, aujourd'hui, il semble selon les statistiques, plus un pays est répressif avec l'herbe et plus il y a de consommateurs, LA REPRESSION CONTRE LE CANNABIS NE FONCTIONNE PAS ! Si nos magistrats ne l'on pas encore comprit, c'est que notre justice est impotente et qu'elle persiste dans une voie sans issue !!!

Autre chose, il y a dans la charte des droits de l'homme une clause qui statue sur le "droit naturel", c'est à dire, le droit coutumier, ce droit doit prendre en considération la rentabilité des lois, si elle sont applicables, éducatives, si elle ne représentent pas plus de danger que l'objet de leur teneur, leur coût social, leur efficacité, en ce qui concerne la pénalisation de la consommation du cannabis, le bilan est zéro ! ! ! Si ce n'est de permettre aux mafias de remplir des comptes à numéros à la place de mettre une taxe sur ce produit et remplir les caisses de l'état !

C'est l'exemple type d'une loi criminogène et contre productive, car il faut aussi prendre en compte la notion de l'interdit qui n'est pas non plus étranger à cette pratique.

Écrit par : Corto | 09/05/2011

"...il semble selon les statistiques, plus un pays est répressif avec l'herbe et plus il y a de consommateurs, LA REPRESSION CONTRE LE CANNABIS NE FONCTIONNE PAS ! Si nos magistrats ne l'on pas encore comprit, c'est que notre justice est impotente et qu'elle persiste dans une voie sans issue !!!..."

Donc, si on suit votre raisonnement : la répression contre les "chauffards" (entendez par là, ceux qui ont le malheur de se faire prendre à 52km/h au lieu de 50) ne fonctionne pas vu que l'Etat implante de plus en plus de radars afin de faire respecter ses limites. Donc, en fait, on devrait arrêter de limiter la vitesse ?

Ou votre raisonnement ne s'applique qu'à votre envie de fumer un petit joint de temps en temps ?

Le petit joint d'il y a 40 ans n'a plus grand chose à voir avec celui d'aujourd'hui. Et s'il y a bien une chose inutile contre quoi il faut lutter, c'est la drogue.

Écrit par : Pavel | 10/05/2011

Autres effets pervers :

La pénalisation de cette consommation contribue à l'effet de concentration de substance active par gramme de cannabis, les herbes cultivées en 2011 n'ont plus rien à voir avec les souches de cannabis d'il y 40 ans, elles sont 20 fois plus concentrées et fortes, la raison est directement liée au mode de "marketing", tant qu'à être pénalement inculpé pour un produit, autant qu'ils soit concentré !

A cause de cette politique de l'autruche, une très grande partie de la jeunesse et de moins jeunes se retrouve hors-la-loi de fait, cela crée un climat conflictuel avec les autorités judiciaires, sans pour autant pouvoir faire respecter le droit, le fait qu'un si grand nombre de citoyens soient hors-la-loi, ne provoque pas une haute estime pour cette institution.

Écrit par : Corto | 10/05/2011

faux problème si l'on songe aux saisies de drogues et brûlée dans les usines d'incinération,grâce à l'Etat on est tous shootés et gratuitement enfin presque!

Écrit par : lovsmeralda | 10/05/2011

A ma connaissance il n'est pas jugé que pour des affaires de chanvre. Il n'a plus rien, à qui la faute ? D'ailleurs le nouveau procès concerne des fautes commises alors qu'il était dàjà en procès pour des infractions précédentes. Donc quand il sortira de prison il recommencera, comme il l'a toujours fait depuis sa plus tendre jeunesse.
Alors, selon vous tous, on peut le laisser faire n'importe quoi parce qu'il est rebelle à toute loi ?

Écrit par : gamine | 10/05/2011

Si j'ai bien compris, après le premier jugement ou il à été condamné a + de 5 ans de prison, il a encore vendu des centaines de kilos de cannabis? et il n'a que 18 mois supplémentaire?
Et on ose parer d'acharnement sur le pôv petit Rappaz?
Les nombreux autres délis qu'il a commis ne sont que peu ou pas cités dans la presse: violences, blanchissement d'argent, arnaque aux assurances, dissimulation de preuves...

Laissont la justice faire son job, et parlons des personnes qui ont vraiment besoin d'aide, il y en a assez en Suisse et dans le monde.

Bonne retraite en prison M. Rappaz, vous avez ce que vous méritez.

Écrit par : gnolu1 | 10/05/2011

Rappaz condamner pour blanchiment d'argent. C'est à mourrir de rire. La Suisse est le lavomatic des dictateurs et esclavagistes de la planète entière.
Le cannabis par contre c'est de la DROGUE c'est mal ! Pathétique.

Écrit par : biggy | 10/05/2011

gnolu, vous auriez dû faire juge, ils sont à peu près du même niveau que vous !

Écrit par : Corto | 10/05/2011

A propos de blanchiment, que ce passe t-il avec les dizaines de milliards que Micheline avait promit de geler et de restituer aux populations tunisiennes et égyptiennes ?

Écrit par : Corto | 11/05/2011

Ce genre d'article sur le fonctionnement de la justice et sur ses prétendus manquements me semble toujours un peu facile. Pour tout dire, il m'étonne que Pascal Décaillet tombe dans ce travers.

Sur Bernard Rappaz, tout (et son contraire) a été dit. Beaucoup considèrent, comme l'auteur de cet article, que sa peine est "hallucinante". Pourtant, elle a été confirmée deux fois en appel, ce qui laisse penser que beaucoup de gens ont halluciné. La réalité, c'est que personne ne s'intéresse à ce qu'a réellement fait monsieur Rappaz. D'ailleurs, les détails de cette affaire semblent être le cadet des soucis de Pascal Décaillet, puisqu'il s'en prend au procureur de Martigny, alors que c'est le procureur général du canton qui a requis les 28 mois de prison supplémentaires. Cela est curieux pour un homme qui, il y a quelques jours à peine, affirmait perfidement à propos de certains collègues que "si, en plus, les journalistes devaient prendre contact avec les gens dont ils parlent, on n’en finirait jamais" (note du 4 mai). Il semblerait qu'ici, on soit en présence d'un superbe exemple d'arroseur arrosé.

Ce n'est pas le procureur qui a décidé de faire deux procès, je ne vois donc pas pourquoi il serait à blâmer. Il fait son travail. Quant à l'acharnement, on se demande tout de même de quel côté il se situe dans cette affaire. Lorsqu'il s'agit de prendre en otage la justice et de se montrer dans les médias, on connait une personne qui ne craint jamais de sombrer dans l'excès.

Lorsque l'on voit le chiffre de 5 ans et 8 mois, plutôt que de crier au scandale, on pourrait se dire que Bernard Rappaz a peut-être fait plus que vendre des "herbes délassantes". On pourrait même imaginer qu'il aurait vendu des substances réellement nocives, voire même qu'il aurait essayé d'en améliorer le processus de fabrication afin d'obtenir des taux de THC de plus en plus élevés, et qu'il l'aurait fait pendant vingt ans, méprisant les avertissements qui lui étaient faits, et que cet "acharnement" aurait poussé les juges à être sévères. Bien sûr, ce faisant, on perdrait une occasion de taper sur la justice, ce qui serait dommage.

J'apprécie ce blog et certaines de ses indignations, mais il faut savoir choisir ses causes. Sans accès aux dossiers judiciaires, tout débat au sujet des peines ressemble beaucoup à des discussions de comptoir.

Écrit par : PG | 12/05/2011

PG, avec des "si" on peut Paris dans une bouteille !

Écrit par : Corto | 13/05/2011

Rappaz croyait devenir une multinationale du cannabis. S'il a loupé cette ambition, il lui reste le théâtre dans lequel il excelle. La justice le rattrape. En fait-elle un peu trop? Pas si sûr ! N’a-t-il pas abusé de la justice avec sa grève de la faim qui s’éternisait grâce à de petits compléments? Une manière d’induire la justice en erreur tout en prolongeant ses baptêmes de l’air en hélicoptère!

Écrit par : cannabis | 13/05/2011

Faudrait pas tout mélangé, Rappaz incarne le cannabis et sa production suisse, comme il avait été subventionné par la confédération pour en cultiver, cette affaire est avant tout un désaveu bourré d'injustices venant des politiques suisses !

Il ne faudrait pas trop oublier les allez et retours des autorités helvétiques dans ce va viens de décisions contradictoires avec comme couronnement la condamnation "exemplaire" de Rappaz, la technique du bouc-émissaire, ça frôle le surréalisme, à se demander qui fume le plus !

Écrit par : Corto | 15/05/2011

Les commentaires sont fermés.