21/06/2011

Pan sur Ben Ali ! - Dans un fauteuil

 

Sur le vif - Dans l'éclat du solstice - Mardi 21.06.11 - 10.02h

 

En page 3 du Matin d'aujourd'hui, mon confrère Renaud Michiels fait preuve d'un époustouflant courage : il flingue Ben Ali ! Dans un papier finement titré « Il aurait pu avoir la décence de la fermer », il écartèle et vilipende l'ancien homme fort de Tunis, condamné hier par contumace, dans son pays, à 35 ans de prison.

 

Pendant les longues années où M. Ben Ali était au pouvoir, on vous entendait, M. Michiels, sur la question tunisienne ? Les violations des droits de l'homme en Tunisie, vous en parliez ? Pardonnez-moi, mais votre philippique de ce matin, elle me rappelle un peu celle des résistants de la 25e heure, dans les Temps Modernes ou même Combat, au moment des procès de l'Epuration.

 

On aurait beaucoup de plaisir, Cher Confrère, à découvrir chez vous la même virulence de plume contre les gens au pouvoir ici. Oui, chez nous ! Chez les lecteurs du Matin : à Lausanne, à Genève, par exemple. Ou même face à votre groupe de presse. Votre rédactrice en chef, ses options, ses choix rédactionnels, vous les attaquez, parfois ?

 

Au plaisir de vous relire. Dans la pâleur orangée du matin.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

10:02 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

L'attitude de ce journaliste est calquée sur celle du Conseil fédéral avec Kadhafi. Aujourd'hui c'est haro sur le baudet alors que hier il poursuivait même ceux qui osaient le critiquer...

Écrit par : Philippe Marton | 21/06/2011

L'exotisme journalistique est très pratique. Il offre plein de lointains sujets d'indignation en pantoufles et évite de soulever les problèmes de l'"ici & maintenant".
Belle journée.

Écrit par : Malentraide | 21/06/2011

Lamentable. Plutôt que de titrer sur le caractère bidon du pseudo-procès, il dénigre Ben Ali parce que ce dernier a exercé un droit des plus élémentaires lors d'un procès.

On rappellera que les droits de l'homme sont des droits conférés à tout homme. Aussi abominable soit-il.

Écrit par : CEDH | 21/06/2011

Les commentaires sont fermés.