16/07/2011

Lettre ouverte à Eva Joly

 

Sur le vif - Samedi 16.07.11 - 17.05h

 

Chère Madame,

 

En aucun cas, si j'étais Français, je ne vous attaquerais sur vos origines. Vous êtes certes née Norvégienne, comme d'autres sont nés Malgaches ou Maghrébins, Berbères ou Sénégalais : les cimetières militaires, de Verdun à Monte Cassino, sont surpeuplés des cadavres de ces autres, ces étrangers (« et nos frères pourtant ») qui, en son plus grand péril, par leur sang versé, donnèrent à la France son visage d'aujourd'hui. Moi-même, je ne suis pas Français, mais Suisse, mais l'Histoire de votre pays, depuis des décennies, encombre les bibliothèques de mon appartement, grimpe comme du lierre jusques aux plafonds, je ne sais plus où mettre ces bouquins, me fais engueuler pour leur surabondance,  ils accompagnent ma vie, j'ai besoin de leur présence. Un homme, c'est une mémoire. Celle de ses lectures, notamment.

 

Je ne suis pas d'accord, non plus, qu'on mette en cause votre statut de Française. Une fois qu'on a obtenu la nationalité, on l'a. Il n'y a pas, sauf à créer des précédents de type vichyste, à aller déterrer ce qu'on était avant. Il n'y a pas des Français d'origine norvégienne, ni des Français d'origine polonaise : il y a des Français tout court, comme il y a des Suisses tout court. La nationalité, comme la République, ne se divise pas. Pas plus qu'une fois octroyée, elle ne se retire.

 

Reste la question du défilé. On aime ou non. Que la citoyenne Eva Joly ne soit pas trop sensible à cette pompe, ne pose aucun problème. Mais la candidate à la présidence de la République, c'est autre chose. En France, le chef de l'Etat est chef des Armées, cela depuis toujours, et bien avant la République. Le domaine militaire fait même partie, avec les Affaires étrangères, du pré-carré régalien de ses cabinets personnels, au grand dam de la rue Saint-Dominique et du Quai d'Orsay, les ministères de la Défense et des Affaires étrangères ayant, de toute éternité, dans ce pays, vocation à se faire régulièrement griller, et court-circuiter, par les entourages personnels du chef de l'Etat. La Cinquième République, en renforçant à juste titre le pouvoir présidentiel en 1958, puis 1962, a augmenté ces prérogatives régaliennes. Bref, en France, le président de la République - poste auquel vous aspirez - ne peut en aucun cas se désintéresser de la chose militaire, il lui est consubstantiellement lié.

 

Bien sûr, par votre déclaration, vous n'avez pas demandé l'abolition de l'armée française. Mais enfin, au moment même où cinq enfants de ce pays, porteurs de l'uniforme qui fut celui de Valmy et de Jemmapes, de la Marne et de Verdun, mais aussi de l'admirable armée d'Italie du futur maréchal Juin, constituée d'Algériens et de Pieds Noirs, de tirailleurs lointains, bien plus loin que la Norvège, au moment où cinq de ces soldats français se faisaient tuer en Afghanistan, il n'était peut-être pas extraordinairement opportun, de votre part, de refuser à l'armée française le droit de défiler, une fois par an, sur les Champs.

 

Car enfin, qu'évoquent-ils, les Champs ? Le défilé de 1919, bien sûr, avec les nouveaux maréchaux (dont Pétain) sur leurs chevaux blancs. Mais aussi, celui de la Libération, « Ah, c'est la mer ! », 26 août 1944, marée humaine, et les Allemands, sur quelque toit, qui tirent encore, et les larmes de joie sur les millions de joue, et le Magnificat, bientôt, à Notre-Dame. Je m'abstiendrai, bien que j'eusse aimé en être, de mentionner la contre-manifestation « fin de récréation » du 30 mai 1968, afin de ne pas entraver mon verbe d'alluvions par trop Versaillaises. Je dirai simplement que cette admirable avenue est celle du peuple français tout entier, mais aussi des peuples du monde : les héritiers de ceux qui, pendant vingt siècles, ont versé, sur tous les champs de bataille d'Europe, leur sang pour ce pays, me semblent avoir droit, une fois par an, d'y défiler.

 

Je crois, Chère Madame, que vous avez commis une erreur. On reproche déjà beaucoup aux Verts d'être un parti sans Histoire, sans mémoire. Ce défilé, ça n'est pas seulement un hommage à l'armée française d'aujourd'hui, mais à l'ensemble du sang versé, pendant  des siècles, pour que ce pays aimé ait aujourd'hui le visage qui est le sien. Soldats de l'An II, guerres de la Révolution, puis de l'Empire, million et demi de morts entre 1914 et 1918, monuments de marbre dans le plus reculé des villages de France, combats de mai-juin 1940, puis de la Libération. Ça n'est pas être exagérément militariste que se souvenir de ce sang et de ces morts. C'est, simplement, reconnaître le tragique de l'Histoire. Et donner au sacrifice des plus humbles, à travers le temps, un minimum de gratitude.

 

Je vous souhaite, Chère Madame, une excellente suite de campagne.

 

Pascal Décaillet

 

 

17:18 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Excellent, toutes mes félicitations et bien vu surtout!
Dommage que ce ne furent pas les commentaires du Premier Ministre François Fillion!

Écrit par : M.Dussan | 16/07/2011

Bonjour et merci de cette lettre toute helvétique et très bien écrite.
Mais à vous lire on pourrait croire que les propos de Mme Eva Joly portaient sur la suppression totale d'un défilé militaire sur les Champs Elysées. Il n'en est rien. Elle a juste émis l'idée que certains citoyens ont tout autant droit de passage lors de cette journée. Les héros ne sont pas tous des militaires, heureusement. D'ailleurs, cette date symbolique n'est elle pas la mémoire de tout un peuple opprimé, qui armé de courage a pris position contre son souverain et marché jusqu'à la libération ?, ...Allons enfants de la patrie.... les paroles de cet hymne devrait suffire à justifier un point de vue différent sur un défilé bien monochrome.
Dés lors, l'idée de présenter des citoyens exemplaires, militaires compris, à part égales, me semblent évidente et des plus naturelle. Faire défiler les artisans boulanger, les sauveteurs en mer, toutes associations reconnues d'utilité publique donnerait encore plus de splendeur et de valeur à cette événement, n'est il pas ?
Un Genevois bi-national installé an France.

Écrit par : dupinard | 16/07/2011

Il faudra un jour que l'on repense ce défilé militaires. Nous pouvons honorer nos soldats sous d'autres formes, mais cette fête nationale doit représenter la nation toute entière, pas seulement les troupes et les matériels militaires. En disant cela, il n'y aucune critique sur l'armée bien au contraire. Je suis moi-même ancien militaire. Mais reconnaissons tout de même que les pays ôù il y a encore des défilés de cette nature, sont des pays totalitaires, comme la Corée, la Chine. Il n'y aurait rien d'extraordinaire que nous repensions cette question là. D'autant que le coup exorbitant pourrait peut-être évité. N'oublions pas nous plus que toutes ces guerres où nos soldats ont été envoyés, n'ont servi à rien. L'afghanistan cela dure depuis plus des. années, les Russes s'y sont cassés les ailes et nous on continue. EN Irak, même affaire. Quand arrêterons nous de régler les problèmes du monde en se tapant dessus. Les politiques bien payés sont là pour régler les problèmes.Le groupe BILDERBERG qui se réunit tous les ans pour discuter de l'avenir du monde pourrait réfléchir, afin d'éviter les conflits armés. Que font ils ???ils discutent des bénéfices des grands groupes c'est tout ??m

Écrit par : MARTIL | 16/07/2011

L'armée, c'est un outil, et comme tous les outils, cela manque de grâce, de beauté au sens réellement artistique du terme. J'aimerais mieux une forme de procession théâtralisée en hommage au génie de la Liberté qui a sa statue au sommet de la Colonne de Juillet. Car on ne se bat pour se battre, mais pour la Liberté, et un outil comme est une armée, même si elle est française, peut aussi être employé dans de mauvais desseins, et pour de mauvaises raisons. Une frête célébrant un outil de puissance, au lieu de célébrer un esprit certainement béni par le ciel - qui aime forcément la Liberté -, est-ce bien chrétien, ô Pascal? D'ailleurs, il faut croire au miracle: Rousseau a dit que quand un peuple se battait pour sa liberté, il finissait toujours pas gagner. Ce n'est pas l'outil militaire qui compte au premier chef.

Écrit par : RM | 16/07/2011

Très belle lettre à laquelle je souscris complètement et que j'aurais aimé écrire.

J'ai décidé depuis un certain temps de voter pour Madame Eva Joly ! Pas par dépit car elle a du cran et est honnête et juste !

Écrit par : Joelle | 16/07/2011

j'ai eu peur avec "l'introduction au vert de hulot" le loup dans la bergerie ! je suis heureux de voir que les militants vert se sont réveillés en votant pour vous ! et cerise sur le gateau ! votre proposition sur le 14 juillet , ENFIN quelquun qui ose dire les choses vraies MERCI ,et bravo

Écrit par : piogé | 16/07/2011

je ne suis pas d'accord avec Madame Joly et surtout oser critiquer le 14 juillet c'est une honte quand on devient Français moi j'habite en Suisse je ne me permettrais jamais cela ici j'ai trop grand respect pour ce peuple. Monsieur Fillon n'a pas critiqué sa double nationalité mais lui demande simplement de revoir son histoire de France et la gauche part pitié ne profitait pas SVP de cela.

Écrit par : VUE Bernard | 16/07/2011

Madame Joly n'est pas contre l'armée. Elle n'est pas pacifiste. Elle ne propose pas une autre vision de la France ou de l'Europe, ni des relations humaines d'`où la guerre serait éradiquée.

Elle soutient l'intervention en Libye et semble même souhaiter à demi mot que l'on puisse intervenir au sol:

http://www.rue89.com/2011/06/08/pensez-vous-que-lintervention-armee-contre-la-libye-de-kadhafi-est-justifiee-208463

Écrit par : hommelibre | 16/07/2011

Cher Pascal,

Votre petit mot me parle beaucoup.Franchement, comment peut-on imaginer une seule seconde qu'une juriste aussi compétente, que Madame Eva joly, puisse s'exprimer ainsi sur le défilé du 14 juillet, si ce n'est dans le but de créer un "bug", juste avant les élections présidentielles et faire ainsi raisonner son nom sur tous les blogs de par le monde...? Je ne pense pas un seul instant que son intervention, fut tout simplement une déclaration innoçente. Le juriste connaît son droit par coeur, et à l'époque en tant que juge, elle devait observer un droit de réserve, je ne pense pas qu'elle a oublié cette norme aussi rapidement que cela aujourd'hui...! C'est une nouvelle astuce électorale que certains politiciens utilisent, pour faire parler d'eux sans que cela leur coûte un centime, dire n'importe quoi pour faire jaser. C'est tout à fait clair qu'elle a la liberté de parole, dans un pays démocratique, mais a-t-elle pensée à tous ceux qui sont tombés pour la France, à leur parents et au peuple français qui apprécient tant le défilé du 14 juillet ? De par mes nombreux voyages à l'étranger, figurez-vous, que j'ai suivi le défilé du 14 juillet dans de nombreux pays étrangers à travers TV5monde, non seulement avec des français, mais avec bien des gens de pays différents. Le défilé du 14 juillet est regardé de par le monde entier et beaucoup l'admire et le trouve très beau, sans penser aux horeurs de la guerre. Les gens sont en admiration des costumes, des uniformes, des avions, de la musqiue, de la garde républicaine etc. etc. Les ambassadeurs du monde entier sont conviés et cela donne une occasion interessante aux peuples du monde de se rencontrés à travers leurs ambassadeurs, sans oublier les contrats signés de par et d'autres par la suite. Ce n'est pas Madame Eva Joly qui pourra a elle toute seule changer le monde, et non, là il faudra attendre encore bien des années!

Écrit par : Esmé | 16/07/2011

La lettre de Pascal Décaillet est très bien écrite. J'espère que cette dame est compris pourquoi le défilé du 14 juillet est une journée historique qu'on veut conserver comme "une patrimoine de France" pour la mémoire à raconter à nos enfants et petits enfants....Je ne suis pas née en France mais tous les ans je ne rate pas cette journée en regardant le défilé à la télé avec un grand admiration aux soldats.

Écrit par : durand | 16/07/2011

La lettre de Pascal Décaillet est très bien écrite. J'espère que cette dame est compris pourquoi le défilé du 14 juillet est une journée historique qu'on veut conserver comme "une patrimoine de France" pour la mémoire à raconter à nos enfants et petits enfants....Je ne suis pas née en France mais tous les ans je ne rate pas cette journée en regardant le défilé à la télé avec un grand admiration aux soldats.

Écrit par : durand | 16/07/2011

Madame Eva Joly est Juge, c'est une magistrate efficace et clairvoyante qui a su comprendre les embrouilles dans l'affaire des rétrocommissions pétrolières sous le couvert d'un financement d'une pâle société textile.

Cela signifie qu'elle oeuvre dans l'intérêt bien compris de la nation française et de son peuple.
De là à déduire que sa vision du défilé du 14 juillet, d'un bastringue militaro-fantoche à une manifestation nationale tournée vers un "meilleur monde", est douteux, il y a un pas que n'ont pas hésité à franchir les inconditionnels du sang impur venant abreuver les sillons de la patrie.

Il conviendrait ici que chacune et chacun puissse relire l'aventure de "Chauvin, le fameux soldat-laboureur", celui qui partait à la guerre du temps d'alors de l'Empereur, l'autre Nabot-Léon, pour aller tuer du sarrasin ou du maure, et accessoirement choper une vérole dans les bordels à soldats, pour ensuite revenir poser sa lame et la troquer contre la faux.

Hélas, Madame Chauvin porta les stigmates des fougues extra-guerrières de son coquin de mari.

Madame Eva Joly ouvre la porte à une nouvelle dimension, à une autre ère, à un avenir meilleur.

Je rêve d'un futur où les petits garçons n'auront pas de pistolet ou de sabre, fusse-t'ils même en bois de balsa ! Je rêve d'une société matriarcale où les décisions importantes seront prises par des femmes, pendant que les hommes ramasseront du bois et ramèneront du poisson ou de la viande.

Après tout, il est fini le temps de la bagarre. Construisons un monde sans le spectre de la guerre, sans les fantômes des morts-au-combat et surtout sans la peur de l'autre, qu'il soit norvégien, nègre ou juif!

Écrit par : Denise ParK | 16/07/2011

Aux tenants de la nation vue comme un réceptacle générique ou un grand hall d'aéroport international, aux croyants dans la néo-religion du "saint-papier", de l'onction mystico-républicaine de la naturalisation, à tous ceux qui ont aussi peur de la charnélité en politique qu'un puritain du 17ième siècle était terrifié face au sexe (toujours cette peur face au concret, ce repliement dans le concept), rappelons quand même ce que disait le général de son vieux pays, la France:

+++++++++++++++++++++++
Au général Koenig :
" Evidemment, lorsque la monarchie ou l'empire réunissait à la France l'Alsace, la Lorraine, la Franche-Comté, le Roussillon, la Savoie, le pays de Gex ou le Comté de Nice, on restait entre Blancs, entre Européens, entre chrétiens... Si vous allez dans un douar, vous rencontrerez tout juste un ancien sergent de tirailleurs, parlant mal le français ".
(Cité par J.R. Tournoux, La tragédie du Général, Ed. Plon 1967)
+++++++++++++++++++++++

+++++++++++++++++++++++
C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoires ! Les musulmans, vous êtes allé les voir ? Vous les avez regardés, avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Eglises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées !

(C’était de Gaulle, tome 1, p. 52, le 5 mars 1959)
+++++++++++++++++++++++

Écrit par : Paul Bär | 16/07/2011

Madame, vous qui n'aimez pas nos soldats qui donnent leurs vies pour la république,que faite vous en FRANCE !!!!!
Retourner chez vous, là oû sont les pacifistes, sur vous allez faire un tabac.
J'avais de la sympathie pour les écolo, mais maintenant non,je suis de droite et maitenant de l'exterme avec tout nos élus qui sont justiciables et qui ruines le pays,je vais voter pour le FN, qui ont les valeurs de la république eux!!, que vous n'avez pas.50 ans en FRANCE que vous dite et les 30 autres vous étiez ou????
Ancien militaire que je suis outré par votre déclaration, pauvre FRANCE, mais Présidente, que dans vos rêves.Repartez dans votre beau pays pour faire campagne, Madame, la-bas peut-être s'ils sont un peu débiles, vous allez gagner(sait-on jamais avec les débiles).
Je ne vous salut pas.

Écrit par : alain | 16/07/2011

en complément à mon message, un peu de ouikipédia:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Chauvin


Merci à l'excellent Gérard de Puymège, directeur du Centre Européen de la Culture, autrefois sis à la Villa Moynier.

Voir également un autre ouvrage fort intéressant qui explique clairement les raisons actuelles poussant les maîtres de la France et ceux d'autres pays d'Europe à faire la guerre ailleurs,
le lien ici:
http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=14064&cid=5

Tout cela m'amène à une conclusion : diverger et faire la guerre est plus facile pour les dirigeants impuissants qui gouvernent les pays d'Europe.

Écrit par : Denise ParK | 16/07/2011

"Ça n'est pas être exagérément militariste que se souvenir de ce sang et de ces morts. C'est, simplement, reconnaître le tragique de l'Histoire. Et donner au sacrifice des plus humbles, à travers le temps, un minimum de gratitude."

N'y a-t-il vraiment qu'un défilé militaire qui puisse donner (...) un minimum de gratitude ? Est-ce en outre bien nécessaire de chanter la "Marseillaise" dont le texte, à y regarder de près, est tout sauf rassurant.

Je comprends qu'on puisse imaginer remplacer un défilé militaire par autre chose sans trahir la mémoire de ceux qui "sont morts pour la France".

Écrit par : Michel Sommer | 16/07/2011

Eva est sortie du placard pour revenir par la grande porte des présidentielles, ce n'est pas pour plaire à la compagnie proche des Pasqua et autres voyous ayant fait perdre la justice face à l'injustice !

Ensuite au lieu de parler du défilé militaire, si nous nous concentrions un peu plus sur les origines de cette date marquée par la victoire sur la bastille par les sans culottes ! Que représente cette date si ce n'est la naissance de la république, mais oublions-nous l'empire et le second empire ? Oublions-nous les carnages napoléoniens ? Oublions-nous pétain ?

Si le 14 juillet le peuple français partage toutes ces amnésies, il ne faut pas changer de date, car la prise de la Bastille ne fut pas qu'une victoire pour le peuple, car si une victoire se fait grâce à la pire des décadences et grâce à la guillotine, peut on parler d'une victoire, en tout cas pas une victoire sur la barbarie !

Alors pour revenir à Eva, c'était contre une nouvelle forme de barbarie qu'elle s'était mise en travers du chemin de certains oligarques n'ayant rien à envier aux rois de France, donc je soutient le discours d'Eva joli, rendre au peuple la gloire de ses ancêtres, royalistes ou républicains, mais de grâce pas napoléoniens ou pétanistes ! Ils risqueraient de répéter l'histoire ! ! !

Écrit par : Corto | 17/07/2011

Le point de vue de Mme Joly merite un autre sort que la triste polémique qui s'en est suivie sur sa double nationalité. Son intervention etait certes maladroite au moment ou l'armée et la nation etaient endeuillées par la perte de 5 militaires..
Chaque village de France a une stele érigée à ses morts, envoyés dans des guerres, mal équipés, mal préparés. Des citoyens ordinaires animés par un idéal qui sont partis et ne sont jamais revenus. Ils n'étaient pas militaires de carrière, ils ont soufferts de l'incurie de ces derniers par milliers dans les tranchées de Verdun, au point de se soulever et d'etre fusillés par centaines. Ils ont été "trahis" par ces mêmes militaires de carrière lorsqu'ils prirent le pouvoir en 1940 et plus tard encore lors des guerres d'indépendance...
Chaque année, a date fixe, la France commemore ses morts et leur sacrifice pour que nous ayons une France digne, tenant son rang dans le concert international. Pourtant un président de DROITE, un jour, a tendu la main à l'adversaire d'hier et renoncé à la célébration d'une de ses fetes "guerrières"... Un président de gauche a déposé une gerbe sur la tombe du soldat inconnu en compagnie d'un chancelier allemand.
Aujourd'hui l'armée francaise n'est plus une armée de conscription, elle est professionnelle. La France célèbre ses conscrits qui des armées révolutionnaires au siècle dernier ont su donner leur vie pour un idéal. Le 14 juillet, nous fêtons un evenement fondateur de la République : la prise de la Bastille par le peuple parisien; l'armée, inclus des mercenaires de la garde suisse du roi, a ouvert le feu.
Ce meme peuple a pris les armes pour défendre et porter l'idéal revolutionnaire au dela de nos frontières. Ils furent trahis par un petit general qui voulait un Empire.
L'armée de conscription etait née pour éviter les dérives et les tentations d'une armée professionnelle et mercenaire.
Alors oui, il est juste de s'interroger sur ce grand défilé du 14 juillet d'une armée professionnelle. Systeme marketing de la 4ieme puissance exportatrice mondiale d'armes, panageryque d'une armée exangue qui n'aurait pas les moyens d'assurer ses missions en Afghanistan, en Irak ou grand creuset d'un evenement fondateur de notre Nation.
Le 14 juillet est une fete nationale dont l'imaginaire est nourri par les bals parisiens, ceux de nos pompiers locaux et nos guinguettes , cloturée par un feu d'artifice. Par la joie et la fierté d'avoir secoué le joug de la tyrannie (et n'être pas sous la botte d'un régime militaire comme celui de Vichy), d'en avoir fait un idéal qui transcende les frontières.
Nous pleurons et célébrons nos morts sur les champs de bataille en d'autres temps et sans distinction. Notre souvenir est gravé sur ces steles de marbre ou de pierre de ces militaires volontaires, sur les plaques qui ornent certains bâtiments ou coins de rues ou sont tombés des citoyens ordinaires.
Alors oui, il faut repenser la fete du 14 juillet et son traditionnel défilé sur les Champs Elysées.

Écrit par : cyrille | 17/07/2011

Vous auriez du aller au bout de vos tentations versaillaises... Cela vous aurait permis de vous souvenir des massacres perpétrés par l'armée de Thiers pour mettre fin à la Commune, avec la bénédiction des troupes prussiennes qui leur ont même facilité le passage pour mater la rébellion du peuple...
Tout ça pour dire que je ne voterai pas Joly et qu'elle a sans doute commis une belle bourde politique, mais que fondamentalement elle a raison. Ces défilés militaires sont une survivance du passé, une tradition dépassée.

Écrit par : Ah ça ira | 17/07/2011

Ah ça ira, disons que mis-à-part les Champs-Elysées, l'armée française n'est pas très reluisante, c'est peut être ce qu'elle fait de mieux, comme en Iran, en Russie, en Syrie quand ils défilent devant les parvis hautement colorés !

El Assad, n'était il pas l'invité d'honneur il n'y a pas 2 ans ? Khadafi n'aurait-il pas aussi côtoyé le fauteuil présidentiel quelques temps plus tôt ?

Laissons la France parader et pleurer ses cercueils, le temps fera le reste !

Écrit par : Corto | 17/07/2011

Les militaires de carrière ne sont pas de la même nature que ceux du contingent. Ils s'engagent en connaissant les risques. Je déplore les morts d'Afghanistan, mais en tant qu'hommes d'abord. Quant aux missions des armées françaises, elles ne sont pas toutes glorieuses (comment approuver Napoléon, ce dictateur sanguinaire ?). Bref, j'apprécie votre lettre ouverte dont le ton parfaitement policé tranche avec les imprécations grossières que nous avons entendues ces jours-ci. À mon avis, Mme Joly n'a pas commis une erreur en faisant cette proposition. Je suis presque prêt à parier que d'autres indécis comme moi vont s'intéresser davantage à elle et sûrement lui accorder leur suffrage au premier tour.

Écrit par : Bénard | 18/07/2011

Monsieur le commentateur, vous semblez plus complaisant à lire mon billet sur la Comédie de Genève qu'à rapporter celui sur la Comédie du théâtre aux armées des Champs Élysée ,le 14 juillet, et pourtant, situer le vrai courage, celui d'une femme née quelque part au delà de Bergen ,qui dit tout haut ,ce que la plupart des socialistes libertaires pensent à haute voix, mais qu'aucun "leader" n'ose exprimer, à savoir que ce défilé devant le Président entouré plus souvent qu'à son tour de démocrates et potentats - potentiels clients, façon Ben Ali ,Assad, Bongo, fait référence au colonialisme de la France Afrique plutôt qu'à la Résistance fondatrice de la République de l'ère moderne , qui, elle se commémore pas loin d'ici, du côté du Plateau des Glyères , du Vercors ,loin des légionnaires étrangement étrangers, mais dans des Alpages qui vous sont chers;Joly Mois de Mai ,celui de 68 qui ,ne vous en déplaise, est aussi entré dans l'Histoire, avec un petit accent qui nous vient des Saga .

Écrit par : briand | 18/07/2011

Les commentaires sont fermés.