27/07/2011

Ficelles et manigances, épisode 2011

 

Sur le vif - Mercredi 27.07.11 - 13.03h

 

C'est de nouveau la charrue avant les bœufs ! Le peuple ne votera que dans trois mois (le dimanche 23 octobre) pour les élections fédérales, et déjà, ici et là, on trame, on ourdit, on vaticine, pour savoir s'il faut maintenir ou non, le 14 décembre (réélection complète du Conseil fédéral), Eveline Widmer-Schlumpf, dégommer ou non l'un des deux conseillers fédéraux du PLR. Dans un intéressant papier du Temps, ce matin, Bernard Wuthrich évoque ces ficelles et manigances.

 

En Suisse, l'élection exécutive, hélas, procède du Parlement. Partisan, depuis toujours, de l'élection par le peuple, je le regrette, mais enfin c'est ainsi, et tant que le système n'est pas changé, il s'agit évidemment de le respecter. Pour l'heure, la composition du Conseil fédéral relève d'une bonne dose d'arithmétique. Là aussi, on souhaiterait un changement, de vraies plateformes politiques, avec un programme de législature, penchant à droite (tous, sauf les socialistes) ou à gauche (tous, sauf l'UDC), mais manifestement ça ne sera pas pour cette fois. Ca n'est jamais pour cette fois ! Donc, la cuisine mathématique demeurera. Donc, rien ne sert de spéculer sur la composition du Conseil fédéral, le 14 décembre prochain, sans avoir le rapport de forces législatif voulu par le peuple le 23 octobre. Que va-t-il voter ? Franchement, je n'en sais rien.

 

Voilà pour le côté prématuré. Mais il y a pire. Si vraiment, comme l'articulent d'avertis commentateurs, certains chefs de parti en sont déjà à des projections d'apothicaires sur le maintien ou le renvoi de Mme Widmer-Schlumpf, l'exécution d'un PLR, c'est vraiment que la caste parlementaire, en Suisse, tient à se discréditer davantage encore. Le pronunciamiento du 12 décembre 2007 vibre encore dans bien des mémoires. Les erreurs de casting, lors des successions Couchepin puis Merz, aussi. Le coup de la souris grise qu'on porte au pouvoir, parce qu'elle incarne les subtilités de la technique parlementaire, certes un homme très bien, mais qu'avons-nous à faire des « hommes bien », s'ils ne communiquent pas quelque chose de fort à la population ? Dans l'autre cas, renvoyer chez elle Mme Keller-Sutter, la meilleure de tous, parce que sa tête dépasse, dévoile une peur du Parlement face à tout ce qui lui est étranger. Quatrième République, dans le pire sens du terme ! Que le Parlement fasse des lois, qu'il contrôle sévèrement le Conseil fédéral et l'administration, qu'il se montre sourcilleux face aux abus de pouvoir, tout cela oui, c'est sa mission, sa noblesse. Mais désolé, l'élection du gouvernement, cet archaïsme du milieu du dix-neuvième siècle, ne doit, à terme, plus être de son ressort.

 

Alors, qui vaticine ? Les socialistes, je n'en sais rien. Les Verts, je n'en sais rien, ils essaient simplement de placer l'un des leurs au Conseil fédéral, ce qui est de bonne guerre. L'UDC, je n'en sais rien. Pour le reste, suivez mon regard. Contemplez ce centre-droit qui fit la Suisse, et aujourd'hui, ne fait plus grand-chose d'autre que tirer dans ses propres pattes. Mme Widmer-Schlumpf n'est pas nécessaire à la Suisse. Sa légitimité à son poste, issue de la combinazione du 12 décembre 2007, est pour le moins douteuse. À l'UDC, elle incarne la trahison. À gauche, elle incarne une politique parfois pire encore que celle de l'UDC. Quant aux deux conseillers fédéraux du PLR, on cherche en eux, avec beaucoup d'intérêt, un quelconque souffle d'Etat ou de grandeur. La  vraie politique, comme d'ailleurs dans n'importe quel pays du monde, lorsqu'on a affaire à un casting aussi peu convaincant, ne serait-elle celle du grand coup de sac ?

 

Mais que les tenants de l'épicerie, du savant château de cartes où rien ne bouge, ne s'inquiètent pas. Le système actuel, aussi absurde soit-il, perdurera sans problème. Le jour où il s'effondrera, ce sera sans doute d'un coup. Par exemple, sous une pression venue de l'extérieur. Comme en 1848. Comme en 1919. Pour les grandes réformes, nous sommes, hélas, un pays de suiveurs.

 

Pascal Décailet

 

 

 

 

 

 

13:03 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Si ils décident de virer la Stroumpfette clônée de Gargamel, si nos politiciens ont un minimum de jugeote et de bon sens (très rare mais possible), ils doivent aussi virer notre grand Guénérâl en chef de la meilleure armée du monde non?

Moi franchement je les vireraient tous les 7! Pour mettre qui? Pourquoi pôs directement le conseil d'administration de l'UBS hein??? De toute façon au vues des politiques ultra-libérales que l'ont subit ces derniers temps par l'élitocratie régnante, je ne suis pôs loin du réel quotidien!

Mais avant de commencer de savoir de qui pourrait faire ci ou ça? Comment? Quels complots de gauchistes, de girouettes ou par les pro-lobbyistes des banques/assurances/caisses maladies ou fonds de pensions vont dicter leurs ordres lors de la nuit des longs couteaux, on ferait mieux de gueuler et de demander des explications à l'UBS et leurs dires que les réponses:
"on doit satisfaire les marchés (à savoir les actionnaires), on va virer du personnel mais/pour ne pas baisser nos gros salaires"
Leur dire que cette réponse est REFUSÉE ou alors ils paient pour l'entier des chômeurs qu'ils vont créer avec 1 milliards de bénéfice sur 3 mois!
L'Etat, les Etats, vont prendre des mesures d'austérité pour s'attaquer aux problèmes de leurs dettes, maintenant aux banques de faire des mesures d'austérités pour s'attaquer à leurs problèmes de BÉNÉFICES sans que l'Etat et les caisses chômages doivent encore + plus s'endetter à causes des banques qui gagnent un milliard au lieu de 2 en 3 mois... Ils se foutent de la gueule du monde non?
Voilà de quoi on devrait plus + parler parce-que, excuse-moi de l'image que je vais décrire maintenant, mais quand la police met un dealer en prison, ce même dealer est remplacé dans l'heure qui suit à la même place, dans la même rue! Pour les politiciens c'est pareil, virer Yoyo et dans l'heure qui a suivit, la Schlumpfette l'a remplacé à merveille malgré tous les cris de frustré que les UDC et son roi frustré de ne jamais devenir président ont beuglé depuis 4 ans!
Le Yoyo avec ses fiches, ses écoutes, son nouveau système judiciaire et ses barbouzes Bernois qui détruisent et puis pôs des plans de bombes atomiques, des guignols comme ça, dès qu'ils font partie de la bande des 7, c'est kif-kif bourricots selon moi!
Alors quitte à être dirigé par une bande de tordu, prenons les vrais, les purs et durs, les vrais connards de l'UBS et du crédit Chuiche car avec eux on ne sera jamais déçu! Ou au minimum jamais déçu en bien...

Abe

Écrit par : Jocauss | 27/07/2011

J'ai trouvé sur la Toile deux définitions pour le verbe "vaticiner":

(Vieilli) Prédiction des choses futures, prophétie.
(Péjoratif) délire verbal, comme si on était habité par un dieu.

Elles s'appliqueront à merveille à des partis politiques, mais jamais - que Dieu nous en garde et que le panthéon olympien nous en préserve - à des commentateurs politiques, et encore moins à des blogueurs.

Écrit par : Jean-Paul Guisan | 27/07/2011

@ Jean-Paul Guisan,

Tu dis:

"Elles s'appliqueront à merveille à des partis politiques, mais jamais - que Dieu nous en garde et que le panthéon olympien nous en préserve - à des commentateurs politiques, et encore moins à des blogueurs."

J'aimerais être sûr de comprendre ta phrase car quand tu dis que "vaticiner" s'applique à merveille aux partis politique, que vaticiner signifie prédire les choses du futur et que, justement, les politiciens de droite (principalement) promettent depuis des lustres des baisses d'impôts si on vote pour eux mais que ces baisses d'impôts n'arrivent JAMAIS (même quand VD réussit à doubler ses entrées fiscales en 10ans, jamais rien ne reviens dans les poches de personne, sauf à la limite les très très riches), ma question est: qui vaticine le mieux? Les politiciens? M. Décailet ou moi?

Donc je finirais par vous dire, M. Guisan, que j'aime bien "vaticiner" au péjoratif [...(Péjoratif) délire verbal, comme si on était habité par un dieu...] parce-que moi pour le délire verbal (et écrit quand je m'applique) je suis un chef! Et puisqu'en plus je suis multi-déiste (histoire de ne me fâcher avec personne et ainsi couper court aux discutions religieuses qui sont d'un ennui mortel et/ou qui finissent par fâcher les esprits psychorigide), je suis donc habité par tous les dieux et donc, forcément, d'autant plus délirant selon votre définition!!! Ça me plait bien tout ça...

Pour être sérieux, si l'UDC veut vraiment se venger de la Stroumpfette et avoir 2 CF, ils doivent aussi remplacer leur Maurer car il est d'une nullité sans pareil. Pour le reste je m'en tape les coconuts. Si M. Maillard ou M. Berset va au CF à la place de MCR, ils doivent aller à l'intérieur pour botter le Q des assurances maladies et l'autre Romand à l'accent bourbine laisser sa place pour prendre la justice et police afin que le DFAE reste dans les mains de gens qui on un minimum de vision d'ouverture et surtout pôs y mettre un ou une isolationniste de service!

Mais tout ça c'est de la musique d'avenir, moi ce qui m'énerve pour le moment c'est qu'ils va y avoir des milliers de personnes au chômage bientôt à cause de 2 banques (UBS et CS) qui affiche un bénéfice de 1,5 milliards à eux 2 mais estime que ce n'est pas assez et que donc 5500 personnes à travers le monde doivent dégager leurs bureaux à cause de ça!
Donc, amis journalistes, politiciens de tout bords, parlez de ça, des manières scandaleuses des banksters, au lieu de vous écouter parler et fabuler sur quoi, comment et qui sera dans la bande des 7 en décembre 2011!

Abe

Écrit par : Jocauss | 28/07/2011

Les commentaires sont fermés.