26/08/2011

Le Mammouth et les soupirs de l'Infante

 

Sur le vif - Vendredi 26.08.11 - 10.59h

 

Editorialiste, ce matin, sur les ondes de la RSR, mon confrère Christian Favre ne manquera pas, dans l'empire de Roger de Weck, de décrocher de l'avancement. A l'instar de son suzerain, et en parfaite harmonie avec la tonalité donnée au plus haut niveau de la SSR, il nous a proposé ce matin quelque chose comme le 747ème édito anti-UDC de cette honorable institution stipendiée par l'impôt déguisé qu'on appelle « redevance ». On se réjouit déjà du 748ème.

 

Ce matin, histoire de varier le ton, le mode n'était pas à la condamnation morale, mais au portrait du premier parti de Suisse sous les traits d'une sorte d'infante défunte, ou tout au moins aux confins du trépas : « L'UDC peut-elle survivre à Christoph Blocher ? ... La fin du règne approche... Immense désarroi... Génération vieillissante... Relève sans commune mesure avec le poids électoral du parti ». L'impression, à mesure que s'écoulaient les mots irrévocables, de l'un des ultimes portraits du Roi Soleil, vieillissant, années 1714, 1715, par l'inoubliable Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon.

 

C'est fou, en cette période électorale, le nombre de gens qui nous claironnent la mort imminente de l'UDC. Sa décrue. Sa décadence. Toujours, la métaphore de l'âge. Ou celle de la raison perdue : le « désarroi ». Une sorte de Radeau de la Méduse, peuplé de vieillards hallucinés, dépassés. A toutes ces Cassandres, il faut se contenter de donner rendez-vous au soir du 23 octobre prochain. Et termes de générations, ces sympathiques cacochymes pourraient avoir quelques surprises. Car il ne s'agit pas, pour marquer des points, de larmoyer en boucle sur Facebook. Mais de conquérir le cœur de l'électorat. Nous verrons bien, sur ce terrain-là, qui le peuple suisse choisira, dans moins de deux mois.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

10:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

(...)"Mais de conquérir le cœur de l'électorat. Nous verrons bien, sur ce terrain-là, qui le peuple suisse choisira, dans moins de deux mois."

En ce qui me concerne, comme Suisse de l'étranger, je ne voterai pas pour l'UDC, qui se veut à la fois parti de gouvernement et dans l'opposition. Cela ne signifie nullement que mon choix est fait parmi les autres.

Nous verrons bien, c'est vrai. Mais comme journaliste politique, vous savez mieux que personne que les méthodes utilisées pour conquérir l'électorat sont parfois douteuses, pour ne pas dire malhonnêtes, intellectuellement parlant tout au moins.

L'UDC a certes le vent en poupe. Mais rien n'est éternel et il est bien clair que tôt ou tard - l'électorat décidera - ce parti mordra la poussière parce qu'il aura oublié - comme les autres d'ailleurs - que le monde change et que dans ses certitudes, il n'aura rien vu venir.

Sic transit gloria...

Écrit par : Michel Sommer | 26/08/2011

A propos d'élections dans la société post-moderne ou "Pourquoi les pauvres votent à droite" par l'éditorialiste américain Thomas Frank:
"Les principaux chantres de la réaction peuvent bien évoquer le Christ en permanence, leur seul saint patron est le monde des affaires. Les valeurs peuvent bien passer "avant tout" pour leurs électeurs, ils se mettent toujours au service de l'argent une fois qu'ils l'ont emporté. C'est d'ailleurs là une des marques distinctives du phénomène qui fut d'une absolue régularité au cours des précédentes décennies. L'avortement n'est jamais interdit La discrimination positive n'est jamais abolie. L'industrie culturelle n'est jamais tenue de faire le ménage chez elle. Ce fait intrigue tout particulièrement les observateurs. Et l'on s'attendrait à ce qu'il en soit de même pour les vrais fidèles de la réaction. Leurs tribuns grandiloquents ne passent jamais à l'acte. La colère des électeurs s'exaspère mais ils réélisent pourtant tous les deux ans leur héros de droite pour la deuxième, la troisième ou la vingtième fois. Le truc n'est jamais éventé et l'illusion jamais dissipée.
Votez pour interdire l'avortement et vous aurez une bonne réduction de l'impôt sur le capital. Votez pour faire la nique à ces universitaires politiquement correct et vous aurez la déréglementation de l'électricité. Votez pour résister au terrorisme et vous aurez la privatisation de la sécurité sociale. Votez pour mettre une bonne taloche à l'élitisme et vous aurez un ordre social au sein duquel les riches sont plus riches qu'ils ne l'ont jamais été, les travailleurs dépourvus de tout pouvoir et les PDG rémunérés au-delà de toute imagination."

Source:
http://incarnation.blogspirit.com/archive/2011/07/22/les-principaux-chantres-de-la-reaction-peuvent-bien-evoquer.html
(Le journal littéraire d'un homme libre.)

Écrit par : Malentraide | 26/08/2011

Le 747ème, le 800ème ou le millième... La presse, radio, tv etc. sont des outils fascinants pour étudier le phénomène de la paramnésie, autrement appelée "déjà-vu". Les articles, éditoriaux etc. se ressemblent tous depuis des décennies, et parmi les topoï les plus utilisés on trouve la hantise de la décrépitude pour dénigrer l'adversaire. Evidemment, toute connexion entre la tour d'ivoire et le pays réel ne saurait être que fortuite, et c'est pour cela que je trouve ces "portraits" ou pseudo-analyses simplement bizarres.

Écrit par : Inma Abbet | 26/08/2011

Cela fait longtemps que le fossé se creuse de plus en plus entre l'élite politique et surtout médiatique de ce pays et le peuple. De Weck n'est que le pâle reflet de cet état de fait. Persuadés de détenir la vérité suprême ils ne cessent de nous faire la morale, alors qu'ils feraient mieux de balayer devant leur porte. En diabolisant systématiquement l'UDC, ils contribuent objectivement dans leur profonde bêtise, au succès de ce parti de droite conservateur(et non d'extrême droite). Malheureusement pour ces élites, le peuple aura à coeur de leur mettre quelques baffes méritées lors des prochaines élections.

Écrit par : Christian | 26/08/2011

@ Malentraide

Très bon éditorial, j'espère que vous ne m'en voudrez pas si je le fais suivre avec les références de circonstance.

Écrit par : Martin | 26/08/2011

"A toutes ces Cassandres, il faut se contenter de donner rendez-vous au soir du 23 octobre prochain."
Relisez vos classiques, cher Pascal. Le drame de Cassandre, c'est que ses prédictions étaient toujours justes, mais que personne ne la croyait.

Écrit par : alice grosjean | 26/08/2011

Les commentaires sont fermés.