01/09/2011

De qui Guy-Olivier est-il le second ?

 

Sur le vif - Jeudi 01.09.11 - 19.12h

 

Je ne sais quel adjectif utiliser pour qualifier la prestation, à l'instant, de Guy-Olivier Segond sur la RSR. A première vue, je dirais « psychédélique », parce que les syllabes me plaisent, de l'âme et du visuel, d'enivrantes essences de folie. De façon répétée, oui une récurrence aux confins du martèlement, cet homme, qui fut un jour grand, n'a cessé, à toutes les questions fort pertinentes de mes confrères-et-sœurs, de scander la même chose : « Il s'agit d'une élection à la Cour des Comptes ». Pour justifier son soutien, le 18 septembre, à Daniel Devaud plutôt qu'à Yves Nidegger.

 

Guy-Olivier Segond a toujours considéré qu'il existait sur terre deux catégories d'individus : d'une part, la grand masse spongieuse des imbéciles ; d'autre part, lui. Nous prendre tous pour des cons est chez lui une seconde nature, on ne se refait pas. Nous ne rappellerons pas ici certaines antériorités du dossier, où se retrouvent un ancien juriste de Département devenu juge, un ancien collègue de parti et de Conseil d'Etat de GOS, M. Segond lui-même, et une triangulation, entre ces trois-là, que n'eût pas renié le regretté Pythagore.

 

La vérité, c'est que derrière l'argument technique (« Pour une Cour, il faut un juge »), éclate une vérité politique, la permanence de cette machine à perdre que M. Segond et ses actuels épigones aux affaires (en Ville, à l'Etat) incarnent avec éclat. Revenir au grand jour pour faire perdre son camp, ou ce qui devrait en tenir lieu, c'est une conception singulière de la résurrection : revivre et laisser mourir. Quel programme !

 

Pascal Décaillet

 

19:12 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

GOS est le second des pulsions qu'il nous a dissimulé au risque de nous nuire. L'homme n'est pas l'être rationnel qu'il se targue d'être, concédons cela au hérault de la Bergasse.

Et le politicien, s'érigeant en sauveur de son amie, est un dissimulateur né.

Et ses pulsions, historiquement malaimées, s'intriquent avec la pulsion de notre mort.

Écrit par : CEDH | 01/09/2011

Voilà le parfait malotru, qui a fait définitivement exploser le parti radical en le monopolisant à des fins personnelles. C’est un véritable SOUSMARIN de la gauche. Il n’a fait que baisser son froc, pour perpétuer l’illusion que le parti radical existait encore, en anticipant toutes les niaiseries que la gauche pouvait proposer. Il présente passablement de symétries avec ce freluquet, le petit caporal Maudet, lequel est en train de jouer la même partie de poker menteur. L’Europe et ses catastrophes pour la Suisse et le monde, c’est un des hochets préféré de ces deux individus de plus en plus nauséabonds et infréquentables.

Écrit par : Rabbit | 01/09/2011

Se faire prendre pour un con par Segond me rend plutôt con-tent.

Cela ne dure en effet que le temps, fugace, du con-tinuum de son discours.

Et lorsque le silence se re-con-stitue, on se dit: "finalement, toute chose bien con-sidérée, le con n'est peut être pas celui qu'il pense".

Écrit par : Déblogueur | 02/09/2011

A toutes fins utiles, on rappellera qu'aux yeux de tous les observateurs du travail de la Cour des comptes le plus efficaces des magistrat en fonction actuellement est M. Stanislas Zuin. Or contrairement à ses deux collègues ex-juges, M. Zuin est économiste de formation.

Écrit par : Pierre Kunz | 02/09/2011

D'accord avec Pierre Kunz. La Cour des Comptes est censée examiner des comptes. Ce que fait déjà la Commission des Finances du Grand Conseil, sous un angle politique. Le job de la Cour des Comptes consiste à aller dénicher des erreurs ou des malversations habituelles. Il me semble que des comptables et des gestionnaires seraient mieux à même d'y parvenir que les juristes que sont tous deux MM Devaud et Nidegger.
Qu'ils soient de plus tous deux connotés d'orientation politiques extrémistes n'est pas de bon augure sur l'objectivité non partisane avec laquelle ils devraient être appelés à faire leur travail.

Écrit par : Saint-Juste | 02/09/2011

Les commentaires sont fermés.