06/09/2011

Claude Rich saisissant, dans le rôle de Léon Blum !

3346030014516.jpg

Mardi 06.09.11 - 12.04h

 

Je suis tombé hier soir sur un téléfilm d'exception : Léon Blum, incarné avec génie - et je pèse mes mots - par Claude Rich. Cette fiction télévisée, signée Claude Goretta, date de quelques années, je ne l'avais jamais vue, ce fut un bonheur total.

 

La figure de Blum (1872-1950) m'a toujours fasciné. La jeunesse littéraire, ses écrits au moment de l'Affaire Dreyfus, ses critiques de livres dans la Revue Blanche. Et puis, bien sûr, le politique. Le Front populaire, les Congé payés : il est l'homme grâce à qui, dès juillet 1936, des centaines de milliers de Français, pour la première fois de leur vie, verront la mer. Blum, surtout, est un immense patriote, totalement sali, dès juillet 1940, par Vichy, qui veut faire endosser au Front populaire la responsabilité matérielle et morale de la défaite. Ce qui est, on le sait aujourd'hui, totalement faux. Si je devais conseiller une seule biographie, ce serait, sans hésiter, celle de Jean Lacouture.

 

Cet homme, la qualité de ce visage, ces petites lunettes rondes, cet art oratoire de la Troisième République, Claude Rich nous les restitue de façon saisissante. Ça n'est plus lui, c'est Blum, celui des actualités, de l'INA, celui des grands discours. Très grand acteur. A signaler, aussi, la remarquable interprétation de Dominique Labourier dans le rôle de Thérèse, la deuxième femme de Blum. Sur la même époque, Claude Goretta avait déjà réalisé « Le dernier été », la vie de Georges Mandel, ce proche de Clemenceau devenu ministre de l'Intérieur du dernier gouvernement de la Troisième République, et qui finira, comme on sait, assassiné par la Milice de Vichy, le 7 juillet 1944, en forêt de Fontainebleau. Décidément, cette période charnière, où tout s'effondre, inspire avec un rare bonheur le réalisateur suisse.

 

En voyant Claude Rich, si incroyablement juste, possédé par son personnage, j'ai pensé à Michel Bouquet dans le rôle de Mitterrand. Et aussi, avec émotion, à François Simon incarnant Jean-Jacques Rousseau. Le téléfilm s'appelait « Les Chemins de l'exil ». Il date de 1978 (le 200ème anniversaire de la mort de Rousseau). Et il était déjà signé d'un certain... Claude Goretta !

 

Pascal Décaillet

 

 

12:04 Publié dans Salles obscures | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pour l'avoir vu il y a quelques années déjà, j'en garde un immense souvenir et partage pleinement votre enthousiasme pour la prestation du magnifique Claude Rich et la qualité générale de ce téléfilm.
De la TV à ce niveau on en redemande encore, et encore !

Écrit par : Gérard H. Perraud | 06/09/2011

Claude Rich, autrefois souvent 2ème couteau, trouve enfin aoujourd'hui un premier rôle mérité!
Merci pour cette très pertinente critique!

Écrit par : denise | 06/09/2011

Les commentaires sont fermés.