30/09/2011

Cela n'existe que chez Sandrine...

 

Sur le vif - Vendredi 30.09.11 - 18.05h

 

J'apprends donc qu'il y a des problèmes chez Madame Salerno. Suis heureux que ce genre de pratique (utiliser un conseiller payé par le contribuable pour des tâches de propagande du parti du magistrat) n'existe qu'à la Ville. On n'imaginerait en aucun cas des dérives similaires à l'État. Nul secrétaire général, fût-il adjoint, ne profite de son temps de travail pour se livrer à des activités partisanes, en complicité avec le ministre. Sainte Sandrine, dites-moi si je me trompe.

 

PaD

 

 

18:05 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Ne jetons pas la seule pierre à Sandrine Salerno, il y a d'autres cas passés sous silence depuis des lustres. Pour certains magistrats cette façon de procéder est coutumière. Exiger d'un collaborateur d'exécuter toute tâche sans sourciller qu'elle relève du domaine professionnel, politique ou privé. Si le fonctionnaire refuse d'effectuer une mission inappropriée, il y a "rupture des liens de confiance", donc au mieux vous avez droit à une sanction et vous serez déplacé sur une voie de garage, au pire vous prenez la porte. Dommage que les personnes concernées ne puissent dénoncer ces dérives.

Écrit par : Lemuet | 30/09/2011

Mais que se passe-t-il? Vous avez un parti pris? Ou bien est-ce une ironie toute propre à vous?

Bob Pahud

Écrit par : Bob Pahud | 30/09/2011

Non ? Des problèmes chez Sandrine Salerno ? Vous plaisantez. Tous les journaux s'en font l'écho depuis des mois. Personne ne réagit.

Il serait temps que nous ayons de vrais politiciens, qui se préoccupent vraiment de l'intérêt public et non pas uniquement de leur petite carrière.

Comment faire pour que le bon peuple de Genève se rende compte qu'il est baladé et qu'il vote pour des nombrilistes ?

Écrit par : Léonard | 01/10/2011

Peut-être qu'en lieu et place de persifler, votre qualité de journaliste pourait vous incliner à enquêter de manière approfondie sur les vilaines pratiques de Sandrine Salerno et de sa cheffe de cabinet Valentina Wenger?

Car finalement, cela se fait sans doute partout, mais seuls les socialistes de la Ville de Genève semblent atteindre le fond du fond du mépris de la chose publique. Ils dépensent l'argent qui ne leur appartient pas, celui de la collectivité, pour poursuivre leurs ambitions personnelles... Imagineriez-vous les cris de vierges effarouchées qu'ils pousseraient si un élu de droite se permettait de faire la même chose?

Écrit par : Déblogueur | 01/10/2011

Les commentaires sont fermés.