12/10/2011

1001 notes... Et combien de nuits?

IMG_0212.JPG

 

 

Mercredi 12.10.11 - 16.56h

 

Je publie ici ma mille-et-unième note.

 

Je n'imaginais pas, il y a juste quatre ans, lorsque Jean-François Mabut  m'a proposé d'ouvrir un blog, que cette nouvelle activité me boufferait tant de temps et d'énergie. J'aime cette souplesse, cette immédiateté. J'aime aussi en découvrir d'autres, dont certains passionnants, sur cette plateforme.

 

Lorsque j'ai écrit mes premières piges, au Journal de Genève, à l'automne 1976, c'était encore le plomb. Puis, lorsque j'y ai accompli mon stage il y a un quart de siècle, on tapait encore les textes à la machine, on s'envoyait les morasses par pneumatique ! Mabut connaît bien, il était là, aussi.

 

C'est dire le chemin parcouru. En plus de vingt ans de radio, je suis aussi passé du montage au nagra, sur le terrain, avec ciseau et scotch, à l'ère du numérique. Puis au MP3. En trois décennies de métier, j'ai tapé mes textes sur de vieilles Remington, des Tandys, plein de générations de Macs et de PC.

 

Se désintéresser de l'évolution technique serait folie. Aujourd'hui les blogs, mais aussi les réseaux sociaux. Demain, autre chose encore, avec du son, de l'image, du texte, la simultanéité des présences, en lien.

 

Tout cela n'a de sens que si ça peut rassembler les consciences. Il n'y a là nulle magie, nulle recette miracle qui conjurerait nos solitudes. Mais si ça peut aider un peu, quand même, continuons d'échanger.

 

A la faveur de cette mille-et-unième note, j'adresse à tous, amis et ennemis, mes cordiaux messages. La maman cygne et les bébés, c'était le 5 juin dernier, à quelques dizaines de mètres de chez moi. Preuve que le bonheur, s'il n'est pas toujours dans le pré, n'en est parfois pas si loin.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

16:56 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bravo Pascal! Comme Les Mille et Une Nuits, votre blog a vécu des moments extraordinaires et va encore nous accompagner dans notre quotidien avec allégresse et pertinence j'espère encore pour des années. Félicitations!

Écrit par : Haykel | 12/10/2011

Bravo!

Écrit par : Michael Kohlhaas | 12/10/2011

Quid de l'odeur , de la texture,du bruit du papier chiffonné , aucune rature aucune tache, du fast writing, de la communication, nouvel obsession des décideurs, Mauriac et son blogue -note d'outre-tombe.
La nostalgie n'est plus ce qu'elle était, sans oublier les dérapages des abrités de la TDG et de leurs invités , l'armée des ombres anonymes dopés aux Cortocoides, et dont le docteur Mabutse ne semble guerre s'offusquer , the show must go on.

Écrit par : briand | 12/10/2011

Toutes ces notes!!!
Quelle symphonie! Ne dit-on pas que la musique adoucit les moeurs... alors continuez pour votre plaisir et le nôtre.

Écrit par : Michèle Roullet | 12/10/2011

Bonsoir Mr. Décaillet,
Je vous suis depuis longtemps, que ce soit dans la presse écrite et la radio, et maintenant sur internet.
Cette fois je me permets de faire un commentaire car vos souvenirs rappellent les miens, quand vous étiez mon prof d'allemand il y a plus d'un quart de siècle, dans un cycle près de la maman cygne sur la photo.
Je me souviens de votre passion pour l'histoire et la politique, de vos coups de gueule mémorables face à une classe ("prégymnasiale" c'était votre mot) souvent paresseuse, mais aussi des rires concernant Alain et Alex (Térieur) :-)
En tout cas vous faites partie des profs dont on se souvient longtemps après.
La politique je l'ai étudiée, je ne partage pas toujours vos idées (j'étais dans la bande des pro européens avec Maudet), mais j'aime votre art de titiller notre classe politique qui ne sait souvent pas de quoi elle parle et ne mérite pas toujours les responsabilités qu'on lui donne.
Entre temps j'ai pris une autre voie, mais l'allemand m'a poursuivi puisque je travaille en Suisse alémanique.
Où que je serai, je me réjouis de lire votre deux-mille-deuxième note !
Freundliche Grüsse aus Zürich

Écrit par : Florence | 13/10/2011

L'illustration, au premier abord, pourrait être prise pour un chant du cygne:-)

Le texte apporte un démenti. Ouf !

Écrit par : Anne GIRARD | 13/10/2011

Chapeau bas

Écrit par : Bertrand Buchs | 13/10/2011

Le millier de notes montre que la communication électronique n'a rien d'une mode évanescente. Félicitations!

Écrit par : Inma Abbet | 13/10/2011

Les commentaires sont fermés.