21/10/2011

Carouge : décision ahurissante

 

Sur le vif - Vendredi 21.10.11 - 15.04h

 

La décision du Municipal de Carouge d'indemniser les magistrats exécutifs non-réélus est certes légitime, puisqu'elle est issue d'une majorité des élus du peuple (14 oui, 12 non, 2 abstentions). Mais elle n'en est pas moins ahurissante. Elle est une négation de ce qui fait l'essentiel de la politique : la prise de risque. Un mandat est un mandat. S'il est rétribué, il doit l'être exactement pendant le temps où il est exercé. Ni avant, ni après. Si le peuple, un jour, ne veut plus de vous, c'est sûrement très triste, difficile à avaler, un sale coup pour le moral et pour l'ego. Tout cela, oui. Mais enfin, ça n'est pas encore une clause d'indemnisation.

 

Le mandat politique, par essence, est à durée déterminée. Il ne doit faire l'objet d'aucune garantie, ne pas être assimilé à un emploi, même si son traitement est déterminé dans une échelle de salaire. Il s'agit d'un pacte, pour une législature, d'un homme ou d'une femme avec le peuple. Ça n'est pas un contrat de travail.

 

Indécentes d'ailleurs, plus souvent qu'on n'imagine, les vraies raisons pour lesquelles tel magistrat se cramponne à son poste. Des histoires de retraite ou de deuxième pilier, parce qu'il faut payer telle pension alimentaire ou telle maison, bref des raisons qui n'ont rien à voir avec l'intérêt supérieur de l'Etat. Ce genre de considérations, légitimes dans les questions d'emploi et de carrière professionnelle, ne devrait pas avoir sa place dans les affaires de la République.

 

Pascal Décaillet

 

 

15:04 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je suis un des 14 qui a accepte cette motion. Nous allons probablement être pendu haut et court par la vindict populaire et celle du MCG. Mais cela fait tellement du bien de ne pas être dans le politiquement correct.
il faut oser parler de la rémunération des élus. Actuellement dans une commune de la taille de Carouge la charge de travail est d'autre moins 50%. Il est donc très difficile de continuer de s'occuper de son travail si on est indépendant. Je suis place pour en parler car comme députe je consacre entre 30 et 40 % a ma fonction et que mon cabinet médical en ressent très nettement le contre-coup. je suis oblige a travailler 7 jours sur 7 pour essayer de surnager financièrement. Il n'est pas sur que je continue a la fin de mon mandat.
Alors il est normal que lorsqu'on perd brusquement son travail on puisse toujours les 3 mois de préavis comme dans n'importe quel emploi.
Eh oui la politique est un emploi et une fonction. Dommage pour l'idée romantique quevl'on se fait. il y aurait matière a un débat passionnant sur ce sujet.

Écrit par : Bertrand Buchs | 21/10/2011

Dr. Buchs, si on a peur de perdre son boulot, on ne fait pas de politique ! Si vous êtes employé dans une boîte et que celle-ci ferme, je ne pense pas que l'employé recevra, de son ex-patron, encore du pognon ! Mais la réalité est que l'on fait de la politique pour, non seulement le pouvoir et la reconnaissance mais, surtout, pour le pognon ! Ils ont perdu ? La belle affaire ! S'ils avaient été bons, ils auraient été réélus !

Écrit par : octave vairgebel | 21/10/2011

@Pascal Décailet: merci!
(on sait, on comprend et on aura compris)

@Bertrand Buchs: en l'absence d'éthique,
un peu d'honnêteté ne peut nuire à votre fonction...

mais si vous y tenez tant / et comme vous le savez,
le privé continue d'offrir toutes sortes d'opportunismes payants

Écrit par : graphycs | 21/10/2011

M Buchs

je vous li régulièrement sur le blog du PDC Carouge (très bon blog) et je suis un peu surpris de votre prise de position, cela m'intersse vraiment de savoir pourquoi, je suis certain que vous avez de bonnes raisons car il est rare que vous preniez des descisions à la va vite.

Ce PDC Carouge est vraiment etonnant ( dans le bon sens), bravo a vous

encore bravo pour vos blogs

Écrit par : marco,leab | 21/10/2011

Vous faites fausse route. D'abord parce que les Conseillers Fédéraux et les Conseillers d'Etat ont droit à une retraite à vie après deux mandats. Et sauf erreur certains conseillers administratifs de grande ville aussi...
Donc pourquoi ce deux poids deux mesures ?
Ensuite parce que l'argent qui est versé aux édiles, quels qu'ils soient, à au moins deux fonctions:
1) les faire vivre
2) les rendre indépendants des pouvoirs financiers et de leurs tentations corruptrices. Oh certes, ce n'est pas la panacée, mais s'ils ne touchaient rien, ce serait nettement pire.
Enfin, parce que comme déjà dit, la fonction d'élu d'une commune petite ou moyenne, comme Carouge, n'a rien d'une sinécure. Les quelques personnes que je connais qui s'y collent gagnent tous moins que ce qu'il percevaient dans le privé. Personne ne fait ça pour l'argent, sauf peut-être du côté du MCG, où c'est souvent une forme d'ascension sociale, ou un moyen de gagner sa vie lorsqu'on a épuisé tous les autres...

Écrit par : James Vas-y | 21/10/2011

Les commentaires sont fermés.