22/10/2011

2011-2015 : le retour du protectionnisme

 

Sur le vif - Samedi 22.10.11 - 17.46h

 

Je reviens sur mon papier d'hier soir, consacré à la vive condamnation, par la commission de gestion du National, l'organe parlementaire chargé de contrôler l'activité du gouvernement et de l'administration, du très mauvais pilotage, par le Conseil fédéral, de ce qu'on appelle les « mesures d'accompagnement », en clair l'indispensable correction des effets néfastes des bilatérales. Le libre échangisme dogmatique entre un petit pays de moins de 8 millions d'habitants et une masse environnante de plusieurs centaines de millions ne pouvant évidemment que fragiliser le petit, à l'avantage du géant.

 

En aucun cas, la commission ne demande la fermeture des frontières. Ni la cessation des échanges. Ni d'ailleurs la dénonciation des bilatérales. Elle constate simplement que le gouvernement sortant (le Conseil fédéral sera réélu complètement le 14 décembre prochain) a gravement fauté par négligence dans l'application des contrôles. Ce Conseil fédéral, lourdement épinglé, n'est pas une nébuleuse anonyme : c'est une équipe précise, avec des ministres de l'Economie bien précis, M. Schneider-Ammann n'arrivant d'ailleurs qu'en bout de course, et ne pouvant être tenu, tout seul, pour responsable de ce mauvais pilotage. Oui, Mme Leuthard est en cause.

 

Au passage, la commission confirme ce que tout observateur un peu averti pouvait pressentir depuis des années : les chiffres et les arguments du Seco (Secrétariat d'Etat à l'Economie) ne sont rien d'autre que propagande gouvernementale. Tous les gouvernements du monde manipulent, dans leurs communiqués. Celui de la Suisse n'échappe pas à la règle. Cela se passe exactement de la même manière dans les cantons, Genève par exemple, lors des communiqués mensuels sur le chômage.

 

Ce rapport de la commission de gestion, tombé à J-2, à qui profitera-t-il ? Pour les élections de demain, à personne ! La plupart des gens, hier, avaient voté par correspondance, et le sujet est bien trop complexe pour influencer les votes à 48 heures du scrutin. Les socialistes et l'UDC, putatifs bénéficiaires de cette nouvelle, n'en tireront pas profit. Le PLR et le PDC, partis des deux ministres égratignés, n'en seront pas prétérités.

 

Reste l'essentiel : dans de nombreux domaines, la législature qui s'annonce pourrait bien être celle, non de l'isolement, mais bel et bien d'indispensables corrections protectionnistes aux mécanismes ultra-libéraux. Cela concerne l'agriculture (domaine, de toute façon, protégé depuis la guerre). Mais aussi la préférence aux résidents pour l'emploi, et surtout pour la réinsertion. Mais encore, une protection accrue pour les zones frontalières.

 

Quant aux bilatérales, aujourd'hui objet de discorde entre les deux grandes composantes des droites suisses (UDC d'un côté, PLR-PDC de l'autre), il y a fort à parier qu'elle pourraient, dans les années qui viennent, faire l'objet d'un rapprochement entre les adversaires d'aujourd'hui. Leur application pure et dure, plus personne n'en veut. En corriger certains effets, en tenant compte de la fragilité de notre petit pays, sera l'enjeu de demain. Reste à savoir comment. Ce sera l'un des questions-clefs de la législature 2011-2015. Autour d'une majorité politique qui sera définie demain par le peuple suisse, où certains se renforceront, d'autres s'affaibliront. L'idée qu'on puisse davantage définir la politique suisse sur les gagnants que sur les perdants ne me semble pas, en démocratie, la plus déraisonnable.

 

Pascal Décaillet

 

17:46 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bien vu Pascal

Écrit par : L' Amer Royaume | 22/10/2011

J'espère qu'il y aura un retour à la raison.
Entre protectionisme et ultralibéralisme, il y a un espace pour le bon sens.

Concernant l'immigration, les frontaliers, et la préférence nationale, je pense que la Suisse ne diffère guère des autres pays europeens, c'est donc négociable en maintenant les bilatérales.

Je suis sceptique quant à la préférence, autant demander aux entreprises d'engager des +50ans. L'obligation sera toujours combattu par le PLR et UDC sous principe de la liberté.
Quant à la réinsertion, c'est aussi un effort à faire pour le monde économique, donc je n'y crois pas trop non plus.

Le rapprochement entre UDC et PDC/PLR, je ne pense pas. Le PLR sur le déclin n'a pas intérêt à n'être que l'ombre de l'UDC. Quant au PDC, moralement ne peut pas s'approcher d'un parti extrémiste.
Sur les questions de mieux gérer l'immigration, les zones frontières. La gauche centriste et la droites seront probablement unis pour agir.

Écrit par : roket | 22/10/2011

Merci Pascal d'avoir encore expliqué que la commission de gestion ne s'est pas prononcée sur la pertinence de la libre circulation des personnes mais seulement sur le fait que le Conseil fédéral n'a pas mis en oeuvre, comme il l'aurait dû, les mesures d'accompagnement décidées par le parlement lorsqu'il a décidé d'approuver la libre circulation des personnes. Le rôle de la CdG est de surveiller que les lois soient bien appliquées et mises en oeuvre de manière efficace et que le principe de l'opportunité soit respecté. Voici le lien pour le voir: http://www.parlament.ch/f/organe-mitglieder/kommissionen/aufsichtskommissionen/geschaeftspruefungskommissionen/Pages/sachbereiche-gpk.aspx#mandat
Et comme vous l'avez dit: c'est à l'unanimité que la commission a adopté le rapport!
Noton néanmoins que c'est l'UDC qui s'est farouchement opposée aux mesures d'accompagnement car elle est le serviteur le plus zélé du néolibéralisme sauvage....

Écrit par : Maria Roth-Bernasconi | 23/10/2011

Les commentaires sont fermés.