26/10/2011

Esquisse d'un cauchemar

 

Sur le vif - Mercredi 26.10.11 - 15.41h

 

Le bruit court que l'actuel Conseil d'Etat genevois, élu pour la législature 2009-2013, pourrait rempiler d'une année! Et pousser jusqu'en 2014. En cas d'acceptation, en octobre 2012, du travail de la Constituante, on appliquerait rétroactivement le principe de législatures de 5 ans. Alors vous, je ne sais pas, vous faites vraiment comme vous voulez. Mais moi, rien que pour ça, je sais pourquoi je dirai non à nos amis consti-tuants.

 

Pascal Décaillet

 

 

15:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Cher M. Décaillet,

Vous parlez de rumeur, je parlerai de grande fumisterie il est tout à fait inconcevable que les travaux de la constituante puisse être rétro-actif, ce type de mesure n'existe dans aucun canton ayant mis en place une assemblée constituante, de plus ce n'est pas non plus dans cet etat d'esprit que ce sont déroulé nos travaux.

La mise en application du texte qui sortira des travaux et pour peu qu'il soit accepté par la population du canton ne serait mis en application qu'avec un décalage d'autant plus que sont prévus des mesures transitoires sur un certain nombres d'articles.

De nombreuses choses désagréables ont été dite sur nos travaux, certains partis ayant décidé avant même le début des travaux auxquels ils participaient par ailleurs de saborder le projet en se donnant le visage angélique de la vierge sacrifiée.

En tant que membre de cette assemblée, et pour avoir sacrifier du temps de l'energie qui peut être aurait mieux été investit ailleurs je regrette qu'une personnalité comme la vôtre se base sur des rumeurs pour continuer le travail de démolition.

D'autant que je le répète cette rumeur est débile, jamais un conseil d'etat quel qu'il soit, pourrait prétendre prolonger son mandat en s'appuyant sur nos travaux de manière rétro-active.

Je suis profondément décu, car vous ne pouvez ignorer cela en tant que spécialiste de la politique genevoise, j'en suis réduit à croire que cette non-information est volontaire.

Notre groupe malgré notre position initiale hostile à la révision, a travaillé au sein de cette assemblée, avec pour but la réussite d'un projet equilibré, ce texte n'est pour l'instant qu'en première lecture, il subira encore de nombreuses modifications, le texte final aura ou n'aura pas l'aval de la population, mais une chose est sûre il serait souhaitable que les citoyens se basent sur la lecture du texte final plutôt que sur des rumeurs...

Cordialement
Thomas Bläsi
Chef de groupe UDC.

Écrit par : Thomas Bläsi | 27/10/2011

Les commentaires sont fermés.