01/11/2011

Toussaint - Jour des Morts

 

A l'occasion de la Toussaint (une fête qui m'est chère), et aussi du Jour des Morts (2 novembre), je republie ici ma chronique du 2 novembre 2009.

 

Je dédie cette chronique à tous ceux que nous avons connus, aimés, et ne sont plus. Parents, amis, passagers de la pluie, passantes de feu, amantes d'un soir, vieux ennemis, poètes, chanteurs, anciens profs, ces sublimes hussards noirs de notre mémoire. Je pense à vous, Père Collomb, aumônier du primaire, années soixante, qui nous avez si bien enseigné la connaissance des autres religions : judaïsme, Islam, bouddhisme. A vous, votre sourire, votre bonté, je dédie des minarets de reconnaissance.

 

Où sont-ils, maintenant ? On dit qu'ils vivent encore, dans les cœurs : parole de survivant, juste pour se rassurer ? Début novembre, on les évoque. Et toute ma haine d'Halloween, je la retourne en immense tendresse pour la Toussaint, ce frêle et dérisoire passage d'une bouffée de brume dans l'intensité solaire de nos vies si pressées. Juste penser à eux, juste un instant. Qui sont-ils, les vrais passants : eux, ou nous ?

 

Qui sont-ils, les vrais vivants ? Qui est l'ombre, et qui la silhouette ? Où est-elle, la vraie vie ? Au-delà du rivage, en deçà ? Vous le savez, vous ? Vous y pensez, parfois, à vos morts : ou plutôt vous parvenez, une seule seconde, à n'y point penser ? Eux, humus de glaise et poussières d'étoile. Ils sont l'avant et l'après. Ils nous ont précédés. Ils nous attendent.

 

Pascal Décaillet

 

11:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Des minarets de reconnaissance, une expression nouvelle et bonne, bien inventée. Mais il y a beaucoup de questions, dans ce noble texte. Un peu répétitif. Tout le monde sait que la tradition qui a créé cette fête de la Toussaint et lui a donné son nom donne aussi des réponses, sur le sujet. La Toussaint, c'est tous les Saints, les Vivants célestes. Si ce n'est pas cela, ce n'est plus la Toussaint.

Écrit par : RM | 01/11/2011

C'est jour de fête dans la constipée,morne,défraichie,obsolète,démodée Kalvingrad.

Écrit par : milène | 01/11/2011

Magnifique texte. Bravo

Écrit par : Raymonde | 01/11/2011

Jésus a été sévère avec les gens de son époque "laissez les morts enterrer leurs morts" mais il a aussi pleuré pour la mort de son ami. Il a dit "je suis la résurrection et la vie". FAISONS-LUI CONFIANCE IL S'OCCUPE DE CHACUN AUPRèS DE SON PERE CELESTE.
Tout est dans le dosage et la priorité (je pense à mon père chaque année)A DIEU ...
En ce qui concerne les minarets c'est l'idéologie qu'il y a derrière qui est dangereuse ! IL NE FAUT PAS SE VOILER LA FACE !

Écrit par : Sylvie RG | 01/11/2011

Et figurez-vous qu'hier, jour funeste de cette sottise qu'est Halloween, les élèves du collège Rousseau sont arrivés déguisés en classe, avec la bénédiction de la direction ! Aujourd'hui, jour béni, aucune direction n'est donnée aux élèves.

Écrit par : Jean Romain | 01/11/2011

très bon blog, merci

Écrit par : stephane barthassat | 01/11/2011

C'est bien, Halloween, c'est rigolo. Si les élèves en ont envie...

Écrit par : RM | 01/11/2011

"C'est l'heure d'achever la réconciliation des dieux vaincus et des saints. Je sens leur parenté ; elle dérive pour moi de tant de siècles passés aux mêmes lieux, et je crois qu'ils peuvent aujourd'hui s'entraider. Un peuple a dans l'âme un sanctuaire qu'il tend sans cesse à restaurer. Je veux sauver les sources pures, les profondes forêts, à la suite des églises. Et pour maintenir la spiritualité de la race, je demande une alliance du sentiment religieux catholique avec l'esprit de la terre. Je ne méconnais pas dans le Christ une doctrine de vie infiniment supérieure à celle que fournissent les divinités topiques, les dieux lares, les pénates, le genius loci, la dame des fontaines et la fée des hêtres. Je n'entends pas faire une place aux dieux de la fable auprès de Celui qui les a brisés pour réunir tous les hommes dans la même communion, mais je voudrais que les saints locaux, qui si souvent recouvrent des pensées religieuses charmantes d'autrefois, se prêtassent plus que jamais à les laisser fleurir... Tout le divin, à la rescousse!
Notre terre nous donne une discipline et nous sommes le prolongement de nos morts." (Maurice Barrès)

... prolongement de NOS morts, qui reposent à l'ombre de clochers, pas de minarets !

Écrit par : Paul Bär | 01/11/2011

Ce matin, la RSR, en ce jour de Toussaint, nous faisait un reportage sur les carrés islamiques dans nos cimetières.
Cet après-midi, une émission scientifique sur la putréfaction des cadavres.
Sans commentaires.

Écrit par : Paul Bär | 01/11/2011

Ah, Barrès... Le joyeux fatras... Mais dans les faits les élèves sont surtout très américanisés. On ne peut pas l'empêcher. Si les Européens sont vraiment intelligents, ils sauront donner un sens profond aux images bariolées qui viennent d'Amérique, et qui semblent animées par des idées un peu simples. Mais rejeter ces images, c'est ridicule, c'est aristocratique, c'est rester sur la défensive.

Écrit par : RM | 01/11/2011

Merci pour cette pensée pour nos morts. Dans notre société qui a de plus en plus de peine à mettre des mots sur la mort, la Toussaint, sortie de son contexte purement religieux, peut être une occasion pour chacun de réfléchir au sens des choses, à notre monde éphémère.

En tant que musulmane, le Toussaint, bien que dans le calendrier chrétien et non musulman, est une occasion pour moi de m'arrêter quelques instants pour penser à "mes" morts. Nous sommes tous les mêmes devant la mort, c'est juste que nous l'exprimons avec des mots différents. Nous les musulmans utilisons la formule simple à propos des morts "Ils sont les prédécesseurs, nous sommes les "rattrapeurs"". Elle rejoint finalement la dernière phrase de votre billet.

Écrit par : ielshikh | 01/11/2011

Nous sommes tous poussière et nous retournons tous en poussière alors pourquoi nous séparés après la mort ? Y aurait -t-il des poussières moins poussiéreuses que d'autres ?

Écrit par : L' Amer Royaume | 01/11/2011

Les commentaires sont fermés.