04/11/2011

Flibuste, suite

 

Coup de Griffe - GHI - 02.11.11


Il y a quelques jours, dans le « Matin », l'avocat Charles Poncet attaquait sans ménagement, et avec le talent pamphlétaire qui est le sien, le président 2010 du Conseil d'Etat genevois. Ce dernier, à la TSR, l'avait qualifié de « traître à son pays », parce qu'il avait défendu les intérêts libyens dans l'affaire Kadhafi. Il s'agit là, véritablement, d'une affaire personnelle, entre deux hommes. D'où une certaine stupeur lorsque le secrétaire général adjoint du magistrat, un homme payé par les deniers de la République, déclare à la presse que son conseiller d'Etat « laisse Monsieur Poncet à ses fonds de corbeilles ». Depuis quand un commis administratif de l'Etat peut-il, en fonction, porter des jugements de valeur sur des citoyens ? Est-il payé pour servir la République ? Ou le blason personnel de son patron ?

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

12:47 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Salerno et Longchamp du goudron et des plumes.

Écrit par : Anonyme | 04/11/2011

Toute cette affaire est grotesque et sent la "médiacratie" si ce n'est la "médiocratie" a plein nez. L'un et l'autre sont juristes et savent pertinemment que lorsqu'un avocat défend une partie, fut-elle coupable ou peu recommandable, il ne fait pas que défendre cette partie mais en réalité il défend aussi le Droit et sa correcte application. Il défend le système du droit et la confiance que la collectivité peut porter en lui.

Que serait le Droit si les ( présumés ) coupables ou les criminels n'étaient pas eux-même défendus ? Affirmer que Poncet soit un traître parce qu'il représente un tyran en justice doit être le propos le plus stupide que l'on ait jamais entendu de la bouche d'un juriste dans cette République.

Mais outre le grotesque cette affaire est détestable parce qu'elle occupe un premier plan qu'elle ne devrait pas avoir, il y a des questions plus importantes à traiter dans cette république. Cette affaire est portée sur la place publique et montée en épingle par les protagonistes pour faire parler d'eux, chacun fait sa publicité comme il peut...

Si Poncet, avocat émérite avait voulu clore l'affaire rapidement ce n'est pas les moyens qui manquaient car il ne fait nul doute que traîter un avocat de traître à son pays est clairement attentatoire à son honneur et pouvait de ce fait être clairement un motif pour porter plainte pour calomnie. Pourquoi ne le fait-il pas ?

Tout ça c'est juste de la pipolisation politique de province, du panem et circenses si l'on veut du pain et des jeux, pour que les citoyens de cette république oublient que peut-être ce même jour trois nouveaux d'entre eux se retrouvent dans une m.... effroyable parce qu'ils doivent quitter leur logement et qu'ils n'en trouvent pas d'autres...

Au lieu de cela on offre de pleine page de publicité gratuite a des politiciens et des avocats affiliés a des partis ( PLR ) qui sont très clairement responsables de la m... où on se trouve...

Du grand n'importe quoi...



P.S. Il serait bon un jour que l'on porte le débat sur l'accaparement de l'espace publique par une partie de la corporation des avocats qui essaient de faire parler d'eux de cette manière tant il est vrai qu'ils n'ont pas le droit pas de faire de publicité ni réclame pour offrir publiquement leur très coûteux services...

Écrit par : 022 | 04/11/2011

Tiercé gagnant à Longchamp, Hannibal arrêté, Hannibal brutalisé,mais Hannibal libéré, avec en prime la photo finish de l'arrivée du cheval ou plutôt de l’éléphant , et publiée dans la Tribune de Genève, par souci d’informer ses lecteurs , ceux-ci auraient pu préféré lire Fierté magazine , et découvrir que le petit Poncet voulait rendre ses cailloux blancs au nouveau directeur de l’hippodrome de Tripoli, Mustapha Abdeljalil bourreau des infirmières bulgares.
la vie des bêtes c'est pas du tout simple.

Écrit par : briand | 04/11/2011

Les commentaires sont fermés.