04/11/2011

Le sort de Mme Widmer-Schlumpf : on s'en fout !

 

Chronique publiée dans le Nouvelliste - Vendredi 04.11.11

 

Vous avez remarqué ? Impossible d'allumer un poste sans entendre immédiatement parler du destin d'Eveline Widmer-Schlumpf ! Les ondes publiques, radio et TV d'Etat, se sont fait une spécialité de se gargariser sur le sort de cette Grisonne totalement inconnue en Suisse romande. Plus fou encore : le lendemain même d'élections fédérales qui consacrent une incroyable continuité dans le rapport droite-gauche en Suisse, la SSR de M. de Weck nous balance, dûment stipendié par la redevance, un sondage en forme de plébiscite pour que cette conseillère fédérale soit réélue le 14 décembre prochain. Comme si c'était là le premier souci du peuple ! Alors que Mme Widmer-Schlumpf, l'immense majorité des gens s'en contrefoutent.

 

Il s'est passé quoi, le 23 octobre ? Un scrutin de continuité ! L'UDC perd certes des sièges, mais demeure de très loin le premier parti du pays. Si vous lui ajoutez le corps amputé qu'on appelle PBD (et qui n'est certainement pas un parti du centre !), vous arrivez même à un meilleur résultat qu'il y a quatre ans. Le PS ne perd pas trop, et c'est une excellente nouvelle, car notre dialectique politique a besoin de ce grand parti qui a contribué à faire le pays. Le PLR et le PDC s'érodent sérieusement. PBD et Verts libéraux viennent compliquer et morceler l'univers sis entre la gauche et l'UDC. Bref, recomposition à l'intérieur des grandes tranches, mais maintien des équilibres qui nous régissent depuis très longtemps : la Suisse, au niveau fédéral, est deux tiers à droite, un tiers à gauche. C'est un pays foncièrement conservateur.

 

Ce qui doit nous intéresser, c'est l'avenir de nos relations avec l'Union européenne, la bataille pour une véritable économie nationale, au service de l'humain et non du casino, les conditions de la sortie du nucléaire, le refus du libre-échangisme dogmatique en matière agricole, la priorité aux résidents dans le retour à l'emploi, l'aide aux familles, l'instauration d'une Caisse unique efficace dans l'assurance maladie, ce sont là les questions qui touchent les gens ! La gauche, tout autant que la droite, doit être écoutée sur ses propositions. Mais, désolé, le sort de Mme Widmer-Schlumpf ne passionne que le tout petit cercle d'initiés qui gravitent autour du Palais fédéral. La génération de journalistes qui étaient à Berne lors du putsch parlementaire contre Blocher, donc lors de l'avènement de la Madone grisonne. Persuadés, au fond d'eux-mêmes, qu'il y avait là un acte de salut public, pour la morale, pour la grande cause du Bien. Et tout en haut de cette Pyramide du Convenable, il y a un croisé nommé Roger de Weck. Celui qui commande les sondages sur le destin de Mme EWS.

 

A partir de là, qu'ils réélisent ou non la Grisonne. Nous verrons bien. La politique suisse, entre 2011 et 2015, se fera sur des valeurs conservatrices et sociales, environnementales aussi. En jetant, Dieu merci, aux orties la finance de spéculation. Cette politique-là, on peut la faire avec ou sans la traîtresse de Coire. Cela n'a strictement aucune importance.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

08:05 Publié dans Chroniques éditoriales Nouvelliste | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Eh bien moi, je n'étais pas à Berne ce jour-là, et je fus surpris, comme tout le monde. Qui plus est fortement déçu en bien, comme sans doute plus des 2/3 des citoyens et habitants de ce pays. Contrairement à vous. Son sort me passionne et même davantage que celui des deux CF de mon parti, même si, s'il devait y avoir départ de l'un, je préférerais tout de même que ce soit Burckhalter qui reste, étant neuchâtelois de coeur presque autant que Genevois. Et Romand en tout cas.
Mme Widmer-Schlumpf mérite de rester, non pas pour traîtrise, mais pour service rendu à la patrie. De plus son sort est précisément d'une importance fondamentale sur la nature de nos relations avec l'UE et de façon plus générale sur la manière dont le CF va fonctionner au cours de la prochaine législature. Il va lui falloir affronter des grains sévères. Je préfère avoir des pragmatiques ouverts à la barre que des idéologues bornés.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/11/2011

Eveline, la traîtresse grisonne... toute une figure de style, presque un personnage de sorcellerie tellement elle suscite l'écriture à son sujet.

Écrit par : Olivier | 04/11/2011

J'aurais besoin d'un complément d'explication.
J'ai bien compris que la Radio d'Etat serait en campagne éléctorale pour EWS et qu'elle se serait donnée pour mission de la faire mieux connaître en Romandie (ce qui en soi n'est pas incompatible avec le Service Public et cette sorte de tentative de construction de passerelles par-dessus le rideau de röschtis et je choisis mes mots).
Soit.
Mais nous ne pourrons pas élire les conseillers fédéraux par suffrage universel direct. Donc ça ne sert à rien de nous faire connaître EWS - ou alors, est-ce intéressant que les Romands ignorants connaissent mieux leur actuelle ministre des finances ? Probablement pas, selon vous.
Peut-être ai-je subi un lavage de cerveau, en écoutant les Médias d'Etat environ 1 heure par jour, et en lisant la presse également aux ordres. Ainsi, j'ai cru comprendre que l'UDC n'avait pas encore de candidat à proposer.
En revanche, j'ai vu et entendu beaucoup de choses sur les candidats socialistes, aux Cv très fournis et intéressants.
Ceci dit, avec ma dose journalière, je ne connais pas encore très bien EWS, j'ai dû tomber sur les interstices, qui concernaient la dette grecque et le G20, les innondations en Thailande, les licenciements massifs en Suisse, et toutes les autres mauvaises nouvelles.

Écrit par : Calendula | 04/11/2011

le plus "drôle " dans toute cette histoire c'est que EWS risque d'être laissée de côté, comme un torchon que l'on jette, par ceux-là même qui l'avaient instrumentalisée, juste pour assouvir leur besoin de réaliser un coup, : se débarrasser de qui l'on sait !! à ceux qui penseront qu'elle a servi le pays, je dirais qu'elle a surtout servi de vils intérêts de basse politique.
je me réjouis de voir la prochaine décision de notre assemblée nationale , fruit de l'habituelle nuit des longs couteaux (cette exprsssion est d'un ridicule,mais bon "ils" aiment tant l'utiliser)

Écrit par : uranus | 04/11/2011

Ceux qui s'intéressent un tant soit peu à la politique suisse entendent assez régulièrement les noms des présidents des conférences cantonales des différents départements, poste qu'occupait EWS.
Après l'élection du CF en 2007, l'UDC y avait 2 représentants. Elle a expulsé de ses rangs Mme Widmer-Schumpf et après avoir tant humilié Samuel Schmidt5 elle l'a poussé à la démission. Tant pis pour elle.
Pendant de nombreuses années tous les partis ont dû avaler des couleuvres lors des élections du CF, nombre d'élus n'étant pas ceux présentés par leur parti. Tous ont dû accepter la situation, jusqu'au moment où l'on a vu les partis présenter deux noms à choix, pour éviter des déconvenues.
Mme Widmer-Schlumpf, comme Mme Metzler en son temps, fait de l'excellent travail et l'ambiance du CF est meilleure que du temps de M. Blocher. Pourquoi vouloir absolument réintroduire un renard dans le poulailler (cette expressiopn n'a rien de péjoratif à l'égard de nos conseilères fédérales, mais elle exprime exactement ce qui pourrait se passer) ?

Écrit par : gamine | 04/11/2011

Vous avez raison, ce n'est pas les personnes qui comptent mais c'est répondre aux questions importantes et essayer de faire des propositions pour amener les changements nécessaires.
Dans ce cadre là, ils nous faut des gens compétents loin des idéologies, des dogmes. L'élection du CF doit se faire dans ce souci.
Mais demander au CF, aux politiques de tout faire, ce n'est pas possible.

Mon utopie pour les années à venir est une collaboration entre l'Etat et une multitude de cercles de citoyens de mixité sociale et politique pour identifier et tenter de résoudre en Suisse une partie des divers problèmes avec réalisme (stress dans le travail, finance et économie réel, aménagement des villes, agriculture, ...). En ce moment les idées se perdent dans l'immensité des forum.

Écrit par : roket | 04/11/2011

Enfin un avis qui va à l'encontre de la mollesse ambiante des médias sur le sujet! Un consensus et un scénario qui n'est pas cousu de fil blanc. Le PS est loin d'être transparent sur le sujet. Quant à ce nouveau centre politique fourre-tout, le temps mettra en évidence que les verts libéraux (y compris l'imposture de leur élue romande qui en fait est à classer dans les verts "pastèque", mais que la RTS porte aux nues) se situent à droite. Donc, mis à part si l'UDC ne présente pas de candidat crédible et d'envergure gouvernementale,le PDC doit cesser de fomenter le maintien de Mme Widmer-Schlumpf dont les pourcentages des dernières élections ne légitiment pas leur requête.

Écrit par : Christelle | 04/11/2011

A voir comme vous déversez votre venin sur Madame EWS on ne peut être qu abasourdi
Que vous en soyez resté au chapitre de la politicaillerie , c est votre problème, mais pour le reste .... Si les "sondages" lui sont si favorables c est qu elle est une bonne gestionnaire , ce sur quoi on la juge : c est à dire ne pas dépensser l argent des contribuables sans motif : continuer de construire des Centrales Nucléaires ou par exemple acheter 22 avions de combat , alors que le Conseiller Fédéral en charge de l armée n y voit qu un coût à présenter aux contribuables , mais jusqu à maintenant aucun justificatif de l utilité - - Est-ce qu on peut encore croire à l efficacité de ce type d avion qui ne devrait pas être leurré par un drone ?? ou abattu par un missile

Écrit par : mamco | 04/11/2011

le vrai défi c'est de faire l'inventaire des problèmes et des gens capables de contribuer positivement à leur solution ! or le critère de la spécificité des compétences n'est jamais retenu...on élit et ensuite on refile un département et vogue la galère : avouez que cela n'est pas très professionnel sans parler de l'horizon "à 4 ans" qui empêche souvent toute vision à moyen terme (je n'ose évoquer les mots "long terme" et pourtant c'est ce qui a tant manqué ces dernières années ...) c'est la suisse des années 2020-2030 qui se dessine actuellement

Écrit par : uranus | 04/11/2011

bravo Mr. Decaillet, enfin quelqu'un qui a le courage d'appeler un chat un chat, en effet le mot traîtresse convient très bien a ews. Question à ses admirateurs: j'aimerais bien savoir ce qu'elle a fait de bien.

Écrit par : bernardlermite | 05/11/2011

"Je préfère avoir des pragmatiques ouverts à la barre que des idéologues bornés."

De la part de quelqu'un qui sait de quoi il parle.


"Le sort de Mme Widmer-Schlumpf : on s'en fout !"

Exactement! Personne n'est irremplaçable. La démocratie doit s'appliquer aussi au cf. Mais on sait ce que pense certain sur l'"excès de démocratie".

Écrit par : Johann | 05/11/2011

Elle vaut toujours mieux que le Burkhalter, elle ne ruine pas les petites gens, elle !
Concernant Burkhalter lisez l'Etendard :

http://jolivet-f.blogspot.com/

Écrit par : Jolivet F.H. | 06/11/2011

Les commentaires sont fermés.