12/11/2011

Le sexe, le sexe, le sexe !

 

Sur le vif - Samedi 12.11.11 - 12.52h

 

Les femmes socialistes veulent absolument que Marina Carobbio figure sur le ticket pour le Conseil fédéral. Longue vie à Mme Carobbio, contre laquelle je n'ai rien, que je me réjouis de recevoir sur un plateau en Suisse romande. Mais par pitié, qu'on nous délivre des "femmes socialistes", avec leur idéologie d'il y a vingt ans. L'eau a coulé sous les ponts, il y a aujourd'hui quatre femmes au Conseil fédéral, très bien. Mais de grâce, la question du sexe sempiternellement en revendication, c'est définitivement insupportable.

 

Pascal Décaillet

 

12:52 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Trop de sexe tue le sexe...

Écrit par : Streugel | 12/11/2011

" Mais par pitié, qu'on nous délivre des "femmes socialistes", avec leur idéologie d'il y a vingt ans. "

Oui absolument, c'est un combat d'arrière-garde !

Mais malheureusement, nous ne sommes pas délivrés de ces "femmes socialistes", puisque leur porte-parole Maria Roth-Bernasconi (j'allais écrire Berlusconi, actualité quand tu nous tiens ...) vient d'être reconduite dans son mandat de pourfendeuse de mecs.

Finalement on retombe toujours dans la médiocrité et les ornières de ces petits calculs arithmétiques mesquins qui privilégient la comptabilité plutôt que d'exploiter les opportunités et les talents.
Comme avec l'élection de Schneider-Ammann au détriment de Keller-Sutter, l'histoire risque de se répéter.

Dommage car Maillard et Berset feraient l'un comme l'autre d'excellents Conseillers fédéraux je pense !

Cela dit, je n'ai absolument rien contre Marina Carobbio, mais si on connaissait assez bien son père, Werner Carobbio, elle, on ne la connait pas ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 12/11/2011

Je suis surprise que l'argument "femme" soit mis en avant au sujet de Marina Carobbio.
On ne va pas échapper aux calculs et l'un des résultats sera certainement qu'il n'est pas nécessaire d'être femme.
Le fait qu'elle soit originaire du Tessin, absent du Conseil fédéral depuis si longtemps, me semble davantage être un bon argument pour considérer sa candidature.
Mais avant tout : quel est le bilan de son action politique ?

Écrit par : Calendula | 12/11/2011

En effet, Maria Roth-Bernasconi pompent l’air à beaucoup de camarades du parti socialiste. Le temps est venu qu’elle quitte enfin la vie politique et rejoigne les dames patronnesses dans un ouvroir ouvert tous les après-midi de la semaine.

En outre, les instances socialistes seraient bien inspirées de la remplacer par la jeune Conseillère aux Etats d’Argovie Madame Pascale Bruderer-Wyss qui dirigea avec vigueur et enthousiasme la présidence du Conseil national en 2010.
Une femme de gauche mais bien plus pertinente que plus d'une de nos élues de Romandie.

Écrit par : Jolivet F.H. | 16/11/2011

Les commentaires sont fermés.