14/11/2011

N'oublie surtout pas de gifler ton patron

 

Sur le vif - Lundi 14.11.11 - 09.03h

 

Parcouru la presse romande, comme tous les matins. Partout, la même chose. Mêmes éditoriaux (Saint Mario, l'Italie s'en remet à vous). Mêmes titres. Triomphe unanime du centre droit consensuel, faiseur de ponts. Nulle aspérité. Nulle place pour la Marge, qu'elle soit de gauche ou de droite. Bref, la presse romande est AVEC LE POUVOIR EN PLACE.

 

Où sont ses grandes voix? Où est l'Imprécation? Où sont ceux qui, vraiment, dérangent? Ceux qui prennent des risques? Le vrai risque, ça n'est pas d'attaquer Obama, ni Sarkozy, ni Mme Merkel. C'est de s'en prendre au pouvoir de proximité: celui qui sévit sur ton dos et sous tes yeux. Non pas là-bas. Mais hic et nunc.

 

Quand je vois l'obédience (avec une minuscule, soyons prudents) du grand quotidien bleu, à Genève, face à certain conseiller d'État, je me dis qu'en provincialisme de proximité, le canton du bout du lac n'a pas grand chose à envier à la longue tradition de porte-parole des majoritaires qu'on a tant reproché au Nouvelliste.

 

Une chose encore: si ton patron te manque de respect ou t'emmerde, gifle-le. Ça fait du bien. Enfin, j'imagine.

 

Excellente journée à tous.

 

Pascal Décaillet

 

09:03 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pascal Décaillet,

Impossible.
Pour décrocher un emploi, et y rester, faut se recycler soi-même, voir rognier ses capacités.

puis en nos genevoises régions, survivre en sous-emplois et accepter d'être victime d'abus, de harcèlements et autres abus communautaires latinos, comme dans ces études d'avocats avec cet avocat roumain ex cadre du CL et son collègue grec avec leurs collaborateurs français &/ou issus de communautés latinos (portuguais, espagnol),

me harcelant à tout va,
(l'avocate espagnole de cette étude donnant l'ordre à la nouvelle secrétaire espagnole à mi-temps de l'avocat grec d'acheter un pack de masques chirurgicaux hygiéniques qu'elle devait m'offrir,

en réponse à l'embarras causé par les fumées des cigarillos fumés par l'espagnole, son bureau étant voisin de mon poste de travail, l'avocat grec m'ayant interdit d'ouvrir ma fenêtre, même en plein jour en plein été, pour ne pas déranger sa nouvelle jeune secrétaire espagnole à mi-temps (de même pour l'extinction des néons et plafonniers, en plein jour, en plein été, que seule gérait la jeune et belle espagnole nouvellement devenue secrétaire à mi-temps).

le monde des juristes genevois en a vu d'autres et
les exactions de certains sont restées mémorables.
où j'appris que mon emploi faisait suite à 1 démission + recours Prud'hommaux d'une collègue précédente.

Écrit par : graphycs | 14/11/2011

on rassure tout le monde: trilingue, la victime assurait sur les boîtes mail, informait, rédigeait.
comment dire: au prix de son emploi.!

Écrit par : graphycs | 14/11/2011

Les commentaires sont fermés.