25/11/2011

Maillard-Berset : ticket de rêve !

 

Sur le vif - Vendredi 25.11.11 - 19.28h

 

Maillard-Berset : c'est véritablement le meilleur choix que viennent d'opérer les socialistes. Pour leur parti. Mais surtout pour la Suisse ! C'est un ticket de rêve de la part de ce parti, sans doute le meilleur ticket - avec, en plus, l'intelligence du choix laissé entre deux personnes - depuis les grands socialistes des années 1960, on pense évidemment à Tschudi.

 

Quel que soit, le 14 décembre, le choix de l'Assemblée fédérale, c'est un homme d'une immense valeur qui entrera au gouvernement de la Suisse. Maillard, le meilleur de tous, la puissance de la conviction. Ou Berset, la grande intelligence du microcosme. J'ai, ici même, énoncé une préférence pour Maillard, je la maintiens. Mais j'affirme que l'option Berset nous laisserait, aussi, dans des standards de très haut niveau.

 

Des standards dont l'Assemblée fédérale, ces dernières années, nous a fait perdre l'habitude. Fini, le temps des souris grises. Au Conseil fédéral, il faut les meilleurs. Eh bien le parti socialiste suisse est, de toute façon, en passe de nous en fournir un, mi-décembre.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

19:28 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Quelle excitation!

Le PSS reste le Parti du Suicide Suisse.

C'est juste le bourreau qui change, plus ou moins appliqué...

Écrit par : anonyme | 25/11/2011

Enfin une grande pointure au gouvernement Suisse,en effet soit Berset soit Maillard sont de très bons canditats pour l'élection de dècembre à BERNE.

Écrit par : Chauffat Albert | 25/11/2011

Et bien sûr, comme d'habitude,vos petits copains éliront Mme Carobbio, juste pour montrer qui commande. Remarquez, M. Décaillet, que, lorsque de son élection, M. Tschudi n'avait pas les faveurs de son parti, et l'on peut espérer que Mme Carobbio nous réserve une bonne surprise : c'est tout le plaisir de l'élection au Conseil Fédéral que de sortir des souris grises qui se transforment parfois en éléphants roses. Sur ce, je vais me coucher : que vos rêves soient doux, M. Décaillet.

Écrit par : acquarius | 25/11/2011

Se sera encore un représentant de plus du ventre mou de la Suisse qui sera élu au Conseil fédéral. Que gagneront les jurassiens et les valaisans à ce jeu, eux qui sont des cantons périphériques, la réponse est rien strictement rien.
Je n’ai aucune sympathie pour Berset qui pour moi est l’exemple typique de l’apparatchik ou en langage suisse "Vereinsmeier" que l’on traduit en français par comitard. On a eu un exemple avec le très célèbre professeur Josef Deiss que j’ai eu l’occasion de voire à l’œuvre lorsqu’il se rendit en visite officielle à la tête d’une mission économique en 2003 au Maroc. Il ne fut guère brillant Punktschluss (point barre).

J’ai un peu plus confiance en M. Maillard qui lui sera pris en tenaille par Genève et le Valais ce qui est quand même de bonnes augures pour ces deux cantons.
Je me pose une question M.Décaillet publierez vous ce billet dans un des prochains numéros du Nouvelliste ?

Écrit par : Hypolithe | 26/11/2011

Et bien sûr, comme d'habitude,vos petits copains éliront Mme Carobbio...
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Les candidats socialistes ont affirmé ne pas vouloir accepter une élection contre l'avis de leur parti.

Ce faisant, ils confirment qu'accepter une élection contre son parti, c'est pas bien, c'est mal, ça ne se fait pas, c'est un truc de faux-jeton, de jaune, de vendu, de traître.

Merci les socialistes pour cette confirmation d'une évidence ; espérons qu'ils s'en souviendront quand il s'agira de voter pour le siège du PBD au Conseil fédéral.

Écrit par : Paul Bär | 26/11/2011

Maillard a affirmé récemment que pour lui deux points politiques n'étaient pas négociables :

1 : la démocratie populaire
2 : la souvernaineté monétaire

C'est pourquoi, si l'on est patriote, si l'on est anti-globaliste, il faut souhaiter que Maillard soit élu.

Malheureusement, il aura face à lui tous les "euro-turbos" affichés ou discrets, des tous partis, sans oublier évidemment toute cette frange de la droite économique dans la poche des assureurs-maladie.

Écrit par : Paul Bär | 26/11/2011

Tout à fait d'accord avec l'analyse de Paul Bär sur le choix du candidat socialiste le plus indépendant face a l'UE.

Il me semble que Berset est plus proche des fonctionnaires et de la technocratie helvétique ( dans le petit nirvana privatif des fonctionnaires suisses )tandis que Maillard semble lui plus proche des ouvriers et des travailleurs de base, i.e. ceux qui en prennent plein la gueule à cause de la libre-circulation et des sous enchères-salariales et des multiples pressions qui en découlent...

Partant de ce constat on peut être quasiment sûr que c'est l'europhile et celui qui est du côté de la libre-circulation et de ses principes outranciers de concurrence qui sera élu, c'est-à-dire Berset...

Vous avez dit Démocratie...



N.B. Il faut rajouter que concernant la position de Maillard on ne peut être sûr de rien, ses propos sont très généraux, il n'explique pas ses moyens d'actions et ce qu'il compte concrètement faire.
Il me semble que chaque candidat au Conseil Fédéral devrait livrer clairement et rendre public le détail de ses choix personnels, le choix du département devrait être fixé d'avance et le candidat devrait livrer au public ses projets pour le départment en question et ce qu'il entend y promouvoir dans le cadre de la collégialité. Au moins un minimum de contrat avec le peuple... Ce serait la moindre des choses dans une démocratie directe comme la notre...

Ainsi on ne se retrouverait pas avec des candidat-es comme feu micheline Calmy rex qui une fois en place déciderait quasi unilatéralement de refondre des principes aussi fondamentaux pour nous que la neutralité, cette Conseillère fédérale ayant quasiment imposé à la suisse entière ses vues personnelles en la matière en nous ayant inventé et imposé le concept de neutralité "active"...

Elu ou pas par le peuple, les candidats au conseil fédéral devrait s'engager dans un véritable contrat moral face au peuple.


P.S. ( sic...! ) Si j'étais un ouvrier j'irais manifester a Berne pour que ce ne soit pas Berset qui passe...

Écrit par : 022 | 26/11/2011

J'avais aussi beaucoup apprécié quand Maillard avait bataillé contre la délocalisation de services administratifs de la poste en Inde. Je ne suis pas sûr que le globaliste Berset (il me fait penser à Pascal Lamy) soit beaucoup concerné par ce genre de questions.

Écrit par : Paul Bär | 26/11/2011

Maillard en tant que socialiste très à gauche, devra selon le poste qu'il occupera, défendre la position du conseil fédéral et du parlement avant chaque votation. Des positions que Maillard combat toujours en général. J'aimenrai bien le voir à la santé. Il devra défendre la position du CF et du parlement qui ne veulent pas de caisse unique. Alors qu'il en rêve depuis longtemps.

D.J

Écrit par : D.J | 26/11/2011

Est-ce que Maillard est contre la Libre Circulation?

Je ne crois pas.

Si c'est le cas c'est intéressant.

Et si l'UDC et des alliés bourgeois faisait payer le coup de traitres que les gauchiottes et les PDC ont fait à l'UDC en 2007 en élisant autre chose que ceux de la liste officielle? Juste retour de bâton? Ou faut-il tendre l'autre joue?

Écrit par : anonyme | 26/11/2011

S'il vous plaît, ne critiquez pas la libre circulation, car "ils viennent payer nos retraites", comme on dit dans le poste :

http://www.lematin.ch/faits-divers/canton-de-lucerne-quatre-mineurs-en-preventive-pour-agression-sexuelle-2011-11-25

Écrit par : Paul Bär | 26/11/2011

Cher Monsieur Decaillet,
J'aime bien vous lire mais cette fois je vais prendre le temps de faire un commentaire car je ne suis pas tout à fait d'accord avec votre choix.
Au delà de toute polémique, Monsieur Berset me semble le meilleur atout car, par les temps qui cours, un économiste semble plus approprié. Entre Monsieur Alain Berset et Monsieur Didier Burkhalter, un consensus devrait se trouver plus facilement en rapport de la crise économique mondiale actuelle.
Cordialement
Herbert Ehrsam

Écrit par : Herbert Ehrsam | 27/11/2011

"J'avais aussi beaucoup apprécié quand Maillard avait bataillé contre la délocalisation de services administratifs de la poste en Inde. Je ne suis pas sûr que le globaliste Berset (il me fait penser à Pascal Lamy) soit beaucoup concerné par ce genre de questions."

Faudrait voir pour suivre un peu ! C'est Levrat qui s'était élevé contre les délocalisations de la poste, pas Maillard ! Sur l'Europe, les deux ont donné leur avis dans un journal en Suisse allemande aujourd'hui: Maillard est pour l'ouverture de négociations d'adhésion (sic!), Berset dit qu'une adhésion n'est pas à l'ordre du jour.

Je dois dire que j'ai été surpris, je pensais que c'était le contraire.

Écrit par : Bobino | 27/11/2011

@ bobino

merci pour l'info...

Cela va dans le sens de mon commentaire précédent, avec les propos des politiques on n'est jamais sûr de rien, avec les retranscriptions faites par certains médias on perd encore en lisibilité... ( il est aussi possible que ce que dit un politicien de ce côté de la sarine ne soit pas du même tonneau que ce qu'il dit de l'autre côté... )

Et c'est pour cela que chaque candidat au Conseil fédéral devrait publier clairement ses positions et annoncer son programme, pas dans la tdg ou dans ce type d'interview médiocre, mais dans une vraie déclaration de programme faite sous obligation légale et publiée sur le site de l'administration fédérale... un vrai contrat vis-à-vis du peuple.

@ bobino

merci pour ces corrections

ça fait plaisir, ça donne l'impression que l'on est en train d'entrer dans l'ère de l'information du peuple, par le peuple et pour le peuple...

Écrit par : 022 | 28/11/2011

Les commentaires sont fermés.