16/12/2011

Et un gentil Neuchâtelois au DFAE, un !

 

Sur le vif - Vendredi 16.12.11 - 14.11h

 

C'est fait. Didier Burkhalter quitte le Département fédéral de l'Intérieur, où il faudra se chausser de lunettes remboursées pour dénicher un début de bilan après deux ans, et passe aux Affaires étrangères. Alain Berset, le nouveau venu, hérite, immédiatement en arrivant, de l'un des ministères les plus lourds, mais aussi les plus concernants pour la population, le Département fédéral de l'Intérieur. Personne, depuis vingt ans, n'y a vraiment réussi : ni Flavio Cotti, ni Ruth Dreifuss, ni Pascal Couchepin, ni justement M. Burkhalter.

 

C'est un sacré défi pour le Fribourgeois : ça passe, ou ça casse. A son avantage, on dira que l'opinion publique suisse en a plus que marre de la sacro-sainte concurrence entre les caisses, qui s'est avérée une catastrophe, et réclame un retour de l'Etat. Ce sera justement l'enjeu de l'initiative sur la caisse publique, qu'Alain Berset, de son poste ministériel, devra gérer.

 

Pour le reste, espérons que les Affaires étrangères, qui furent menées de façon active et dynamique (qu'on partage ou non ses choix) par Micheline Calmy-Rey, ne deviennent pas, en Suisse, le Département où l'on roupille. Il ne suffit pas d'être impeccablement habillé, convenable avec tous, soucieux de ne rien déranger, ni personne, pour s'imposer. A cet égard, espérons que nous n'aurons pas à regretter l'ombrageux courage de la dame de Chermignon.

 

On notera enfin, sans vouloir ethniciser l'affaire, un singulier hasard depuis la guerre : c'est le cinquième Neuchâtelois appelé à diriger la diplomatie suisse. Certains d'entre eux, comme Max Petitpierre, furent parmi nos grands conseillers fédéraux. Il y eut aussi Pierre Graber, Pierre Aubert et René Felber. D'une manière générale, pour réussir en Suisse, mieux vaut être un Neuchâtelois consensuel qu'un Vaudois rougeaud, colérique et impétueux. Fût-il génial. Mais le génie, chez nous, c'est juste bon pour les alpages.

 

Pascal Décaillet

 

14:11 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Burkhalter, c'est la bonne personne à la juste place. Il ne va pas se mettre à reconnaître tous les régimes terroristes de la planète les uns après les autres comme MCM, il va remettre la politique étrangère à sa place, c'est-à-dire dans l'insignifiance la plus totale et absolue et tout le monde en sera bien content très rapidement. Reste plus qu'à trouver une occupation pour l'autre insignifiant PLR et tout sera pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Écrit par : Géo | 16/12/2011

Micheline Calmy-Frey! J'adore!!

Écrit par : Tartampion | 16/12/2011

Merci! Je corrige!

Écrit par : Pascal Décaillet | 16/12/2011

Dire que la concurrence entre les caisses est un fiasco c'est oublié qu'on n'a pas de point de comparaison puisque jamais aucun autre système obligatoire n'a été en vigueur en Suisse. Je suis prêt à parier que sans concurrence, nos primes seraient bien plus élevées aujourd'hui. Et bien malin qui pourra me dire le contraire, chiffre à l'appui.

Écrit par : Pauli | 16/12/2011

Didier Burkhalter quitte le Département de l'intérieur... Tout d'abord, comment a-t-il fait pour être nommé conseiller fédéral? Militaire, il aime bien se pavaner bien habillé, costumé, cravaté et avoir les ongles bien propres. Sinon, il travaille au repos avec un salaire assuré. Il ne roupille pas vraiment, mais il prie Dieu de ne pas être dérangé. C'est vrai qu'il ne s'est pas cassé les dents pour bousculer les directeurs des caisses-maladies. Avec son nouveau Département, saura-t-il être à la hauteur de Micheline Calmy-Rey? Elle a fait un excellent travail et mérite des félicitations et des remerciements pour son dynamisme et son sourire.

Écrit par : Surmont | 16/12/2011

@Geo
C'est sympa de poursuivre sur d'autres sujets. Pour celui-ci, je partage parfaitement votre avis. La politique étrangère suisse devrait se limiter à la gestion des affaires avec Genève (qui au passage, paie un saladier de plus que ce qu'elle reçoit de la confédération) donc un département des affaires internes de citoyens non encore formatés. C'est à mon avis une tâche dans ses cordes d'autant que personne ne le demande. Quant à l'insignifiance, là également je vous rejoins mais d'une manière plus générale. Je peine, même en additionnant les 7 à trouver grand chose. Mais ça, c'est une règle dans notre pays. Pas de tête qui dépasse, de préférence pas d'idée. Et cette ritournelle du mercredi qui le confirmera, le CF a décidé de ne rien décider voir plus audacieux, de ne rien faire. Les vaches dormiront encore plus paisiblement dans mon pied du Jura vaudois. Dormez braves gens, tout est en bon ordre.

Écrit par : piller | 16/12/2011

Bravo ! J'approuve M. Décaillet.

Écrit par : Hauser | 16/12/2011

Cher Pascal, permettez une question au Neuchâtelois que je suis. Même si j'ai la nationalité genevoise, c'est en effet bien entre Cortaillod, la Boine, et Lignières que j'ai grandi, sur le goudron de la Promenade Noire que j'ai usé mes premières culottes courtes:
Comment conciliez-vous ce que vous dites être un amour de la Suisse avec votre passion dévorante pour tout ce qui n'est pas ce pays: l'affrontement, la guerre, les têtes qui dépassent, le sang qui gicle et surtout votre détestation de tout ce qui l'a fait: la neutralité, le consensus, la concertation, la diplomatie, le sens du service et de l'abnégation...

Écrit par : Philippe Souaille | 16/12/2011

J'hallucine quand je lis des gens qui arrivent à faire des compliments à cette pseudo révoltée qu'était MCR.

La Suisse est Neutre et se devait de le rester au lieu de faire de la Neutralité "Active" comme la inventée cette gaucho de MCR.

Je me rappele si difficuleté inhérente à la défense de notre Saint Secret Bancaire ainsi qu'à ses 2mm avec les otages suisse en Libye...

Écrit par : anonyme | 16/12/2011

C'est comme ce fut ou c'est encore à l'armée: un comptable au matériel, un serrurier au bureau et un facteur à la cuisine.

"logiquement":
Ammann au DETEC, Leuthardt au DFAE, Maurer (va bien où il est), Schlumpf (va bien où elle est), Berset à l'économie, Sommaruga à l'intérieur, Burkhalter à justice et police (ça le ferait travailler un peu et ça ouvrirait les yeux au PLR).

Mais bon, c'est pas moi qui commande.

Écrit par : petard | 16/12/2011

J'entends juste maintenant à la radio que l'UDC déplore le transfert de Dider Burkalter.
Comme je ne suis pas à l'UDC, je me permets de critiquer ;-)
Effectivement, que préfèreraient-ils à l'UDC, que Herr PKZ reste aux assurances, tandis que Monsieur Nomès s'installe aux affaires étrangères ??? (le rêve humide du Temps - voir l'édition d'aujourd'hui - et du petit ventilo)

P.S. Geo, qui voit tout à travers des lunettes prêtées par droite de la droite du Likoud, précedemment choqué par le voile de la Calmy, doit redouter, et c'est bien compréhensible, l'arrivée d'un dénommé BURKA-lter !!!

Écrit par : Paul Bär | 16/12/2011

"...la neutralité, le consensus, la concertation, la diplomatie..."

Quand au bistrot on commande un ballon d'amigne et que l'on voit arriver du grapillon, normal qu'on tire un peu la tronche.
Surtout quand le patron vous dit que c'est la même chose et que si vous n'êtes pas content, vous pouvez allez voir dehors.

Écrit par : Paul Bär | 16/12/2011

"Geo, qui voit tout à travers des lunettes prêtées par droite de la droite du Likoud, précedemment choqué par le voile de la Calmy, doit redouter, et c'est bien compréhensible, l'arrivée d'un dénommé BURKA-lter !!!"

Oh la la.
1. Géo, pas Geo.
2. J'ai défendu le voile de la Calmy parce que moi, je suis déjà allé en Iran et que je sais qu'aucune femme ne peut sortir de l'avion sans voile.
3. C'est vraiment de Paul Bär ou encore un idiot qui usurpe ???

Écrit par : Géo | 16/12/2011

Burkhalter n’est qu’un faire valoir comme le furent tous les conseillers fédéraux neuchâtelois qui occupèrent ce poste.

Aussi lisse qu’une anguille cet officier “spécialisé” aux cheveux gominés lors de chaque sortie officielle se croit à l’école enfantine en tenant par la main son épouse de souche autrichienne.
A quand la distribution de viennoiseries et de Mozart Kugeln (tête de Mozart faite d’un mélange de chocolat et de pâte d’amandes) ?

Avec son allure de maître d’hôtel et grâce à son port de tête altier il brillera certainement sur le parquet international par sa flagrante incompétence en politique étrangère.
Espérons que lors de ses prochains déplacements il ne perde pas ses valises comme le fit le "pôvre cycliste" Aubert.

Écrit par : Hypolithe | 17/12/2011

N’oublions pas que le Burkaltérédelavue est aussi aphasique. Et comme le dit M. Décaillet plus haut, il n’est ni rougeaud, colérique, impétueux et encore moins rupestre. Donc tous les critères de qualité sont réunis pour en faire un excellent ministre du DFAE.

Nos ambassadeurs en poste à l’étranger n’ont donc rien à craindre de leur nouveau patron. Ils pourront même consacrer davantage leur budget aux dépenses de représentations (gueuletons, soirées mondaines) et moins dépenser pour la récolte d’informations sur ce qui se passe réellement dans les pays où ils sont représentés. Budget équilibré oblige.

Jeunes gens qui voulez faire carrière dans la diplomatie, ne vous embarrassez pas d’étude de très haut niveau, un diplôme d’une école hôtelière suffira amplement.

Notre nouveau plénipotentiaire, toujours propre sur lui, bien gominé et gueule d’enterrement n’a plus qu’à demander à Flavio Cotti, son pantalon rayé et il fera ainsi, un parfait portier et maître d’hôtel.
----

P.S. - Les affiliés des caisses maladies helvétiques lui offriront une très utile canne blanche pour services rendus et pour la suite de sa nouvelle carrière.

Écrit par : Benoît Marquis | 17/12/2011

"un diplôme d’une école hôtelière suffira amplement."
Vous en profiterez pour avoir un minimum de décence et servir des vins suisses dans les ambassades suisses. Incroyable qu'il a fallu vous le dire...
Imaginons un ambassadeur français servir un rouge de Californie...

Écrit par : Géo | 17/12/2011

@ Géo,
Je ne participe jamais aux agapes fédérales, mais on m’a dit que nos nonces serviront du Neuch de Sumiswald et un cône de schapziger par convive. Je n’en sais pas plus.

Écrit par : Benoît Marquis | 17/12/2011

Ah Oui.: M. Didier Burkhalter au DFAE, c'est de la laque ajoutée sur ses cheveux. Cette nomination qui lui convient, c'est une "véritable" vérité de flagrante incompétence en politique étrangère. Vive l'école enfantine.Je me réjouis de le voir côtoyer Sarkosy, Merkel, Fillon, Barosso ou le premier ministre de Grande-Bretagne et encore Obama qui lui diront "Merci d'être venu".

Écrit par : Surmont | 18/12/2011

Surmont@ Cela ne saurait être pire que Calmy-Rey permettant à la police genevoise d'arrêter Hannibal Khadafi au nom du socialisme militant...
A vrai dire, si je me moquais de la pâleur de Burkhalter, je dois avouer que je pense qu'il ne peut être que meilleur que l'excitée genevoise. Pas très difficile, d'ailleurs. Dans quelques années, on pourra mesurer tout le mal que cette femme a fait à notre pays par son arrogance bornée, son manque total de sens de la diplomatie, la façon qu'elle a eu de se mettre à dos tous les ambassadeurs suisses, la direction gauchiste qu'elle a donné à la coopération suisse...

Écrit par : Géo | 18/12/2011

Didier Burkhalter a au moins réussi à mettre tous les "partenaires" de la santé autour de la table et à initier quelques débuts de réformes. Avec lui le dialogue était possible, ce qui n'a pas été souvent le cas avec Pascal Couchepin. Quel est donc le bilan de P. Couchepin dans le domaine de la santé ? Il a tellement énervé les acteurs de la santé (il a réussi à se mettre à dos autant les médecins, les assureurs, les hôpitaux que les patients) que toutes ces propositions étaient rejetées par principe... ce n'est pas très brillant comme résultat !

Tout à faire d'accord avec le commentaire de M. Philippe Souaille.

Écrit par : MC | 19/12/2011

Les commentaires sont fermés.