03/01/2012

Ministre, ou porte-parole du patronat ?

 

Sur le vif - Mardi 03.01.12 - 18.43h

 

J'ai toujours éprouvé une certaine admiration pour le conseiller d'État vaudois Philippe Leuba. Mais là, je suis franchement déçu par son intervention, à l'instant, à la RSR. Thème: les récents propos de Christian Levrat sur les régions frontalières. Je m'imaginais que M. Leuba, ce grand serviteur de l'État, aurait un autre discours, plus républicain, que la seule "mise au service des employeurs des forces nécessaires". J'ai eu le sentiment d'entendre un porte-parole du patronat. Le propos n'était pas assez ministériel.

 

Pascal Décaillet

18:43 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vous allez voir, ces prochains jours, on va assister à des duos apparemment improbables mais au fond attendus et cohérents, réunissant des représentants de la droite transnationale avec des sans-frontiéristes de gauche. Un peu comme en France quand les activistes de la CGT se retrouvent au côté d'administrateurs de la multinationale Bouygues pour exiger de l'Etat la régularisation d'ouvriers clandestins, illégalement employés.


P.S au sujet du paramètre "républicain", j'estime que s'il n'y a plus aucun avantage spécifique à être citoyen d'un pays (attendu qu'on en accepte également les devoirs), on peut alors se sentir moralement dispensé de remplir sa feuille d'impôts avec exactitude.

Écrit par : Paul Bär | 03/01/2012

"on peut alors se sentir moralement dispensé de remplir sa feuille d'impôts avec exactitude."
Ne venez pas compliquer les choses! C'est déjà assez difficile de lever des impôts sans se faire trop d'ennemis chez ceux qui ont beaucoup d'argent. Sans compter qu'il faut encore trouver le moyen de les utiliser pour favoriser ses amis.

Écrit par : Mère-Grand | 04/01/2012

Les commentaires sont fermés.