07/01/2012

Pierre Lefranc, indigné millésime 1940

 

Sur le vif - Samedi 07.01.12 - 19.31h

 

Je viens d'apprendre, au 19h de France Inter, le décès de Pierre Lefranc. J'ai lu tous ses livres sur de Gaulle. C'était un homme tellement attaché au Général qu'il avait fini par lui ressembler physiquement! Avant de devenir le Grand Prêtre du Culte, il était entré très tôt dans la Résistance. Il faisait partie de ce groupe de jeunes (même pas 19 ans) qui, le 11 novembre 1940, premier anniversaire de l'Armistice de 1918 dans une France occupée, avait manifesté.... contre les Allemands sur les Champs-Élysées! Franchement, cette manif-là, oui, il fallait un certain cran. Ce jour-là, Lefranc et ses copains étaient des indignés. Des vrais.



Pascal Décaillet

19:31 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Oui, Pierre Lefranc était un indigné de la première heure et a continué de l’être jusqu’à son dernier souffle. N’a-t-il pas signé « L'Appel républicain » en février 2008.
Pierre Lefranc considérait la politique menée par Nicolas Sarkozy comme une forme de dégénérescence. Une menace contre la République.

Écrit par : Benoît Marquis | 07/01/2012

Comment ça? Il n'était pas de Gauche!?!

Écrit par : anonyme | 08/01/2012

S'il n'a pas eu la visibilité que son parcours exemplaire d'engagement résistant et républicain aurait mérité à l'instar de la garde rapprochée du général (Joxe père, Guichard....) c'est que l'absolue confiance qu'on lui témoignait d'en haut le convoquait à des devoirs de mémoire mais aussi à quelques tâches plus discrètes et parfois moins reluisantes : la SOFIRAD ( vous y êtes je pense sensible comme journaliste) ou les CDR qui ressemblaient "délicatement" au SAC (où "s'activait" Ch.Pasqua) et dont les exploits démocratiques étaient....hhmm.... disons...border line.
Cela doit être signalé, mais n'efface rien de riende ce qu'il fut.
p.l.

Écrit par : pierre losio | 08/01/2012

La SOFIRAD des années soixante a depuis longtemps son équivalent en Suisse: cela s'appelle l'OFCOM.

Écrit par : Pascal Décaillet | 08/01/2012

Je n'ai pas le sentiment que l'OFCOM incline à vous mettre des bâtons dans le clavier...et il en est bien ainsi.
Mais je suis peut-être mal informé......
p.l.

Écrit par : pierre losio | 08/01/2012

@ Pierre Losio - En apparence, nous sommes évidemment bien loin, dans la Suisse d'aujourd'hui, du carcan de l'audiovisuel du temps de l'ORTF et de la SOFIRAD, société qui gérait, notamment dans la France gaullienne et pompidolienne, les participations de l'Etat dans les radios et à la TV. En apparence seulement! Le monopole absolu de la SSR, financée par cet impôt déguisé qui s'appelle "redevance", la nouvelle loi sur la radio et la télévision (LRTV), certes votée démocratiquement par le Parlement, mais fruit d'un lobbying hallucinant du Mammouth, donc taillée sur mesure pour la survie de ce dernier, tout cela nous rapproche, l'air de rien, et sous les dehors de notre bonhommie suisse, des très riches heures du Monopole d'Etat. Dans cette galaxie, infiniment cartellisée, l'OFCOM, bras armé du Conseil fédéral, entreprend toutes choses, à longueur d'année, pour rendre la vie impossible aux privés. L'audiovisuel, en Suisse, en est encore au Moyen Âge.

Écrit par : Pascal Décaillet | 08/01/2012

Monopole pour monopole, je préfère encore celui de l’État, question transparence.
Quant aux 180 magazines, journaux et sites web dans 14 pays que contrôle Edipresse Group n’est-il pas une forme de monopole ? Qui contrôle ce mastodonte sinon des puissances financières ?
----
En passant et sur un autre sujet, je m’offre chaque jour : un onglet à l’escamote.

Écrit par : Benoît Marquis | 08/01/2012

@ Benoît - Nul d'entre nous n'est tenu de verser 463 francs par an à Edipresse.

Écrit par : Pascal Décaillet | 08/01/2012

Je ne peux que souscrire à ce que dit M. Décaillet, d'autant que je viens de valider ma facture Billag. Quand M. Marchand et sa responsable des fictions décident de ne pas acheter une série au prétexte, qui leur est propre, que la "morale" de ladite série ne leur convient pas alors qu'elle satisfait au reste du monde, peu ou prou, je ne peux qu'à minima sourire alors même que je ne regarde quasi pas mais qu'ils décident pour moi m'irrite. Hormis le sport (quelques match de foot l'an) je paie pour rien. En revanche, Arte, la 5 et le rugby me consolent ailleurs. Mais RTS, c'est quelque chose que j'aimerais déduire de mes impôts au titre de don obligatoire.

Écrit par : piller | 08/01/2012

@ Décaillet,
Les 463 francs de redevance que nous payons, au moins cette somme est définie, nous la connaissons précisément. Qu’elle soit bien utilisée, c’est une autre affaire.
Edipresse, pour ne citer que ce groupe de presse, ne ponctionne-t-il pas quelque argent par l’intermédiaire des annonceurs publicitaires ? Combien d’argent ces derniers subtilisent aux consommateurs ? Quel est le pourcentage que le consommateur paye sur son bifteck, ses patates, sa bagnole, ses oignons et ses kleenex ?
Des chiffres Monsieur Décaillet !

Écrit par : Benoît Marquis | 08/01/2012

Le prix de l'abonnement à un des quotidiens d'Edipresse coûte environ Fr.400.- par année, soit environ Fr.1.30 par jour. Pour ce prix je ne peux lire qu'un quotidien.
La redevance télé me permet de suivre 7 programmes de la SSR, et accessoirement des dizaines de chaînes étrangères, sept jours sur sept, 24 h sur 24, pour Fr.1.27 environ.
Donc pour appromaximativement le même prix j'ai un énorme choix de programmes, alors qu'Edipresse ne me fournit qu'un seul journal. Et la qualité des quotidiens est-elle vraiment supérieure à la télévision ? Grande question.

Écrit par : gamine | 08/01/2012

@ Gamine - 100% d'accord. Mais il y a juste un détail: vos 400 francs pour Edipresse, vous êtes LIBRE de les débourser ou non. Ça pas n'est pas exactement le cas de la redevance. Payons, oui. Mais pour ce que l'on consomme. Sinon, cela s'appelle être un client captif.

Écrit par : Pascal Décaillet | 08/01/2012

Au moins que l'on transforme la "redevance" en impôt et que l'on balance Billag par dessus la rambarde.

Écrit par : Paul Bär | 08/01/2012

@ Paul Bär,
Tout à fait d’accord avec vous, un intermédiaire n’a rien à faire là-dedans, mais comme la droite libérale veut moins d’État, il faut bien satisfaire le petit copain Billag.
Il est même surprenant que la perception de l’IFD soit encore de la compétence de la confédération.

Écrit par : Benoît Marquis | 08/01/2012

Si l'IFD est fédéral (et provisoire je le rappelle, anciennement impôt pour la défense nationale, quel beau programme, on est tellement bien défendu) il est en revanche prélevé, dans le canton de Vaud en tout cas, par le service des impôts cantonaux qui ne manque pas de le reverser, j'imagine, à Berne...

Écrit par : piller | 08/01/2012

@ Piller,
Pareil à Genève, mais les cantons ne sont pas, si je suis bien renseigné, des entreprises privées.

Écrit par : Benoît Marquis | 08/01/2012

Il semble que la redevance en Italie n'est que de Euro 112.

Des gens qui ont réclamé que la redevance suisse baisse à 200 francs ont été censurés sur 20min.ch.

Leur discours était courtois, mais visiblement leur contenu trop subversif...

Quant à la TV Suisse c'est un repaire de PS-Verts-PDC qui font passer leurs idées à longueur de journée.

Écrit par : anonyme | 09/01/2012

l'arnaque de la redevance va atteindre son vrai visage bientôt puisqu'il est question de faire payer tous les locataires (un logement= une redevance) que ce logement soit ou pas équipé pour recevoir les médias : autant en faire un impôt, ce serait plus transparent...

Écrit par : uranus2011 | 09/01/2012

Les commentaires sont fermés.