11/01/2012

Le rôle du diable

 

Chronique publiée dans le Nouvelliste - Mercredi 11.01.12



Il faudrait enseigner l'affaire Hildebrand dans les écoles de journalisme. Comme un exemple extraordinaire d'inversion des rapports de responsabilité. D'un côté, le président d'une banque nationale empêtré dans une affaire où ses fonctions publiques et ses choix d'investisseur privé peuvent électriquement se toucher, ce qui est au mieux une lourde incurie, au pire une collusion d'une rare gravité. De l'autre, un conseiller national ayant contribué à ce que la chose, manifestement d'intérêt public, et même national, soit connue de tous. Et, pendant des jours, jusqu'à la démission du premier, on tombe sur qui, à bras raccourcis ? Sur le second ! Oui, on l'a fait jusqu'au dernier moment, tant qu'on pouvait. Oui, on a réinstallé Blocher dans son rôle taillé sur mesure : le rôle du diable. Oui, la majorité des éditorialistes de ce pays, désolé Chers Confrères, sont désespérants.


Imaginons, une seconde, que le conseiller national ayant eu vent de l'affaire (via une indiscrétion de la banque) n'ait pas été Christoph Blocher, bête noire absolue de nos beaux esprits, mais un élu lambda, bien centriste, bien poli, n'élevant jamais la voix, bien rasé. Allez, disons un gentil PLR, un gentil PDC, ou même un gentil Vert. Dans ce cas-là, le messager, tout le monde s'en foutrait comme de l'an 40 ! Imaginez que ce fût un Dick Marty : on ferait révérence, bien aplatie, devant le courage du chevalier blanc. Mais là, l'aubaine ! Le colporteur, le délicieux petit salopard, c'est Blocher ! Ah, les belles étrennes, ah le somptueux cadeau de début d'année : le Mal absolu, la main dans le sac.


Alors, pendant des jours, on n'a pas parlé « d'affaire Hildebrand », mais « d'affaire Blocher-Hildebrand », voire « d'affaire Blocher ! ». On a tout cherché, dans tous les sens, pour exonérer le patron de la BNS de la moindre charge possible. A l'inverse, on a défini comme cible unique « l'élu ayant enfreint la loi ». On s'est fait juriste, procureur, exégète du juste et du rigoureux. Tout cela, pour mieux oublier Hildebrand lui-même, évidemment victime, l'Agneau, d'une cabale. Et cela a failli marcher. Jusqu'au jour où l'intéressé lui-même, acculé par les siens pour des raisons qui restent d'ailleurs à éclaircir, a quitté le navire. Et même là encore, on a crié à la victime, l'homme d'honneur cédant à la meute. Et jusqu'à la présidente de la Confédération lui réitérant, peu auparavant, sa confiance. Ah, le délicieux petit monde ! Ah, la douce Confrérie ! Je te tiens, tu me tiens, et la barbichette est reine, souveraine. Tellement bien, entre soi ! Surtout, qu'on ne vienne pas nous déranger. Ni Blocher, ni personne ! Qu'on nous laisse, entre nous, couler des jours paisibles. Nous qui sommes du côté du Bien. Dans la neige immaculée de nos consciences.



Pascal Décaillet

 

08:45 Publié dans Chroniques éditoriales Nouvelliste | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Dans cette affaire, je suis d'accord à 100 % avec monsieur Blocher.
Il a fait ce qu'il devait faire.

Écrit par : Bertrand Buchs | 11/01/2012

Pour mémoire: votre si sympathique Blocher, n'a-t-il pas essayé de fourguer au peuple suisse un candidat au Conseil Fédéral, dont il savait qu'il était soupçonné - pour le moins - d'avoir commis un délit, affaire à juger comme nous le savons maintenant ? C'est bien la façon de fonctionner de ce politicien chevalier blanc, qui se fiche royalement de la crédibilité et de la solidité des plus hautes institutions de notre pays, comme du secret bancaire, dans la mesure où cela rend service à lui et à son parti. Entre la faute avérée du couple Hildebrand et les méthodes exécrables du plus grand parti politique, il y a une différence de taille. Par ailleurs, de la part d'un journaliste, j'attends qu'il met en lumière les faits et non les manquements virtuels supposés.

Écrit par : Paul Marbach | 11/01/2012

Très bonne conclusion. Espérons que certains en tireront quelques leçons et se remettront un peu en question...

Écrit par : Géo | 11/01/2012

La solution: Que les volontaires demandent au "parlament fédéral" une CEP, par le bais de la boîte de contact. Nous avons le droit de poser des questions. Faisons-le, afin d'avoir une bonne fois pour toutes les vraies réponses à nos questions.
Rien qu'à voir les têtes des "mentors" (menteurs) des partis, il semble qu'il se passent des choses pas très nettes depuis quelques années et le temps est venu d'oser poser les bonnes questions à ces messieurs-dames qui ne respectent pas les règles et leurs mandants.

Écrit par : Corélande | 11/01/2012

la victimisation du pestiféré ! La posture de victime lui sied bien. Il l'a cultive. Elle fait partie de la stratégie. Pour arriver à ses fins, il compte sur la compassion des imbéciles et ça marche. Ils ont été jusqu'à 26% du corps électoral de ce pays. Mais voilà, un imbécile, comme un idiot, ça peut changer d'avis et, à l'automne 2011, le début d'un réveil s'est manifesté. Beaucoup d'imbéciles ont fini par comprendre le jeu pervers du bonhomme et la vague a commencé à redescendre. Car il faut se demander pour qui il joue ce Monsieur. Pour le pays ? Vous croyez vraiment ? Quelle caste représente-t-il ? Où sont ses intérêts ? Il faut se poser ces questions avant de mettre en avant une compassion loukoum et une admiration d'enfant de choeur ! Le réveil est en marche.

Écrit par : utopus | 11/01/2012

Parfaitement d'accord avec vous sur le tabassage trop facile du messager. Mais s'il n'est pas le Diable, il n'est pas un ange non plus. Imaginons, puisque vous proposez le même exercice, qu'Hildebrand ne soit pas de longue date un ennemi de Blocher, mais un proche: est-ce que le stratège de l'UDC aurait agi pareil? Permettez moi d'en douter.

Écrit par : Côme | 11/01/2012

Côme@ Ou comment se fourrer le doigt dans l'oeil jusqu'au ***. Rappelez-moi le nom de cet ami banquier de la famille Blocher que le Ministère public a accusé à tort il y a quelques années ? CB n'a pas bronché mais nous, le peuple suisse, devrons payer des millions et des millions d'indemnité pour compenser les dégâts des accusations d'une magistrature indigente, voire franchement stupide. En tout cas, cet épisode lamentable est là pour nous démontrer que vous avez complétement tort.

Écrit par : Géo | 11/01/2012

A l'époque Mme Kopp pour une affaire similaire a eu droit à une CEP et son éviction. Alors ceux qui veulent "la mort politique de M. Blocher" vous l'a tenez votre bonne occasion.....faites vite le nécessaire et appuyez la demande d'une CEP et nous aurons les tenants et les aboutissants de cette affaire.
Et comme nous risquons d'en apprendre d'autres....ce sera le moment des vérités. Cela ferait du bien à tout le monde et ça permettrait aussi de la clareté et d'ainsi atténuer (à défaut de mieux) les mauvais procès d'intention fait à l'UDC, ses électeurs et partisans.
Beau soleil, celui-là n'appartient à personne mais il est au profit de tous.

Écrit par : Corélande | 11/01/2012

Soyons précis : Oskar Hollenweger déjà en 2007 quand justement les "parlementaires-magouilleurs" essayaient par tous les moyens de déboulonner M. Blocher du CF. Ca n'a pas vraiment marché....et ça nous coûte cher en effet.
C'est après cela qu'ils sont allés piocher celle qui pouvait trahir son camp.
Pour ce faire, vous croyez qu'elle a "dû vendre quoi" (ou promettre) pour qu'on la porte .....sur un plateau d'argent......au CF??????? C'est jamais gratuit dans les hautes sphères une pareille promotion!
Depuis 5 ans vous n'avez pas vu comme tous les "petits copains" votent en choeur, plus personne de ces-gens-là, ne s'occupe de ce qui est juste pour nous, la Suisse et nos intérêts communs, mais comme un seul homme....ils s'allient.....pourquoi?.....pourquoi?.....pourquoi?

Écrit par : Corélande | 11/01/2012

Le problème avec tous ces Blocher ceci ou cela que je lis dans pas mal de commentaires, c’est qu’on perd de vue les questions du point de vue journalistique et de la transmission de l’information, sujets principaux de ce billet et des précédents, On pourrait comparer la façon de traiter ce genre d’affaire dans deux pays à la culture politique et journalistique assez différente. Qui se rappelle cette histoire ?

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/le-scandale-des-notes-de-frais-qui-combien-comment_761641.html

Rappelons que ces gens ne faisaient rien d’illégal, juste des affaires désastreuses pour leur image, que les données ont été simplement achetées par le Telegraph à un informateur et que le journal les a fait paraître en feuilleton, que les notes de frais concernaient des députés de tout bord politique et que l’histoire s’est terminée avec plusieurs démissions. Ce qui est intéressant dans cette histoire britannique est le rôle de la liberté de la presse. Personne n’a accusé le Telegraph, qui a vu ses ventes grimper. Dans d’autres pays, dont la France, la publication de ces données n’aurait jamais eu lieu. Il faudrait se demander pourquoi. Des lois voulant protéger la vie privée favorisent en fait la confusion entre celle-ci et la vie publique.

Écrit par : Inma Abbet | 11/01/2012

Ben dis-donc. Heureusement que les journalistes, en général, voient un peu plus loin que le bout de leurs nez, à la différence de vous. Sinon, je vous dis pas la république bananière que ça serait.

Il ne vous est pas venu à l'esprit que le richissime ténor avait une idée derrière la tête dans cette histoire ?

Écrit par : Pierre-Gonzague Mildiou | 11/01/2012

Pour les saints hypocrites du PS-Vert-PDC-PLR et leurs petits chiens inféaudés jounalistes (à 100% membres du PS-Vert-PDC) un bon UDC est un UDC décédé si possible de mort non naturelle.

Écrit par : anonyme | 11/01/2012

Ah non anonyme, il nous les faut vivants, sans eux pas de débats démocratiques ! Et sans les journalistes inféodés comment distiller les fruits de notre sagesse ? Sans cette liqueur comment exprimeriez-vous vos frustrations ?

Non, l'UDC est le bouffon de la Confédération, son poil à gratter. Et son grand vieux matou, je vous le répète, il faut le cloner avant de l'embaumer. Quand il passe sur le Mammouth, il casse la baraque, le public l'aime autant que le meilleur numéro de clown du cirque Knie. D'ailleurs, pourquoi n'a-t-il pas encore fait la tournée en Marie-Christophe Blocher, succès garanti ! Une idée que je vous donne volontiers pour lui permettre d'atteindre le 30% dans quatre ans ?

Écrit par : utopus | 11/01/2012

«Pour mémoire: votre si sympathique Blocher, n'a-t-il pas essayé de fourguer au peuple suisse un candidat au Conseil Fédéral, dont il savait qu'il était soupçonné - pour le moins - d'avoir commis un délit,...»

Mais qu'est-ce que vous en savez? Ce sont des conjectures. Et puis, c'est la Weltwoche, le mag de Blocher qui a révélé le poteau rose! Cet argument vaut pas pipette!

«Mais voilà, un imbécile, comme un idiot, ça peut changer d'avis et, à l'automne 2011, le début d'un réveil s'est manifesté. Beaucoup d'imbéciles ont fini par comprendre le jeu pervers du bonhomme et la vague a commencé à redescendre.»

Mais quelle analyse de scrutin!
Blocher, 2e meilleur suffrage universel du pays avec Freysinger 2e meilleur suffrage valaisan...
Celles et ceux qui se sont ramassés, ce sont effectivement des "tocards" porposés par des sections comme celle du canton de Vaud... qui d'ailleurs en a remis une couche avec sa machine à perdre. Et c'est bien fait pour elle. l'UDC a certes perdu 7 sièges, mais Blocher à lui seul en vaut une dizaine! On a donc pas fini de s'amuser.


«Quelle caste représente-t-il ? Où sont ses intérêts ?»

Un type qui a passé 70 balais, qui est milliardaire, et qui rempile pour quatre ans dans un panier de crabes n'est évidemment pas là pour se remplir les fouilles. Il est là parce qu'il a des convictions. Ce bonhomme pourrait finir ses jours à jouer au golf aux Bahamas ou aller se la péter dans les cocktails. Mais c'est pas son genre.

«Il faut se poser ces questions avant de mettre en avant une compassion loukoum et une admiration d'enfant de choeur !»

Vous devriez aller rejoindre Richard Golay et les révisionnistes du 11 septembre

Écrit par : petard | 12/01/2012

Utopus écrivait "......la vague (UDC) a commencé à redescendre".
Réponse du père Pétard ci-dessus : "L'UDC a certes perdu 7 sièges" et,
(rajoute-t-il, en pétard mouillé ou en sous-entendu) "Ce n'est qu'un début".
Alors Utopus eut cette sortie qui restera dans les annales : "Au feu les Marrons !"

Écrit par : utopus | 12/01/2012

C'est ça moquez-vous de moi! ;-)

«la vague (UDC) a commencé à redescendre»

L'argument dans son contexte, je l'ai compris plutôt comme-ça: «l'UDC dans son ensemble convaincrait de moins en moins les électeurs...»

Ce qui n'est absolument pas mon analyse.

Les ténors (c'est-à-dire les plus méchants) ont fait un carton. Et que ce sont des tocards (les plus mous ou les plus gentils) qui ont mordu la poussière. Par ailleurs, à 26% sans les PBD, c'est toujours mieux qu'à 28% avec les PDB.

Voulez de la double-crème avec les marrons?

Écrit par : petard | 12/01/2012

Les commentaires sont fermés.