18/01/2012

Routes nationales : le Conseil fédéral se fout de l'Arc lémanique

 

Sur le vif - Mercredi 18.01.12 - 16.24h

 

Un Conseil fédéral peuplé de gentils représentants du Mittelland, sans la moindre sensibilité de l'Arc lémanique (eh oui, hélas, PYM fut recalé), vient de prendre l'ahurissante décision d'exclure la traversée du lac, à Genève, de son message, adopté aujourd'hui, sur le réseau des routes nationales. C'est un grave échec pour Genève, mais aussi pour nos amis vaudois et français, nos compagnons de routes, de tunnels et surtout de bouchons sur un réseau de plus en plus saturé qui eût évidemment exigé que Genève fût doté d'un véritable périphérique. Donc, d'une traversée du lac.

 

A juste titre, les présidents des gouvernements vaudois et genevois, MM Broulis et Unger, protestent vivement, cet après-midi, contre ce scandale. Mais des questions se posent. Que fait notre délégation genevoise à Berne ? Quelle lobbysme ont actionné nos onze du National et nos deux des Etats ? Ce dossier a-t-il suffisamment été mis en œuvre, en synergie, de la part de Genève ? En un mot, notre canton existe-t-il, simplement, à Berne ?

 

Au niveau national, on demeure frappé par le provincialisme du Conseil fédéral, sa méconnaissance totale des axes de communication autour de Genève, de la nécessité de les étendre, de leur donner une cohérence. Ces sept intendants de grasses terres de notre arrière-pays n'ont aucune idée de Genève, qu'ils considèrent au mieux comme un folklorique et lointain Finistère, au pire comme un vaudeville permanent. A leur décharge, il faut bien reconnaître que nous leur offrons, ces temps, sur plateau d'or, de quoi alimenter l'hypothèse no 2.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

16:24 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"qu'ils considèrent au mieux comme un folklorique et lointain Finistère,"
Faut dire qu'avec des conseillers d'état du niveau de Mark Müller, faut pas attendre trop de respect de la part des autres. Si vous continuez de jouer au guignol, vous serez traité en guignol. Qui aurait le culot de s'en plaindre ?

Écrit par : Géo | 18/01/2012

Cher Monsieur Décaillets,

J'ose espérer que "nos deux aux Etats" n'ont pas actionné de levier pour cette traversée au mieux inutile. Si des investissements conséquents sont nécessaires de la part de Berne pour la mobilité franco-valdo-genevoise, ce n'est pas en les engloutissant dans un pont qu'ils auront la chance de faire émerger une solution.

Bien à vous,

FM

Écrit par : Félicien | 18/01/2012

Si je comprends bien votre dernier alinéa, l'arc lémanique c'est le pays et tout ce qui se trouve derrière les collines de la Côte et de Lavaux, jusqu'à la frontière aurichienne c'est l'srrière-pays ? Je sais depuis longtemps que certains haitants de votre région sont arrogants, mais à ce point ? Comment voulez-vous que le reste de la Suisse vous aime ?

Écrit par : gamine | 19/01/2012

Pour avoir été un haut fonctionnaire de la Confédération, je ne peux accepter votre façon de voir les choses, considérant qu'à Berne on ne connaîtrait rien de la situation des transports à Genève. Prenez une carte des chemins de fer qui est normalement reproduite dans toutes les voitures d'un train et vous constaterez directement que le cul-de-sac de Genève est transparent. La faute à qui? Avec l'inutile réalisation du CEVA dans un schéma de bouclement des voies ferrées à Genève sur la base du dossier de la Convention de 1912 - finalement admise par le Bund question base de financement - qui a dormi de la faute des Genevois et non de Berne et ressuscité par un vert à pied comme grand'oeuvre de son mandat politique, comment voulez-vous prendre au sérieux ce canton de "finis terrae" qui veut tout et ne peut rien financer par lui-même, alors qu'il fait toujours partie des cantons de tête en matière de capacité financière!!
La traversée de la rade ne faisant aucunement l'objet d'un consensus populaire et politique, elle n'a aucune chance à Berne et seuls les Genevois en sont les responsables. On cite toujours Zurich et son "RER" et on l'envie; faisons du préfinancement comme l'ont fait les cantons concernés de Suisse orientale pour ce transfert important du trafic des personnes de la route au rail. Mais à Genève, même les plus écologistes ne renoncent pas à la voiture, seulement pour les autres, d'où le collapse bientôt complet de la circulation, malgré un retour des trams en Ville (n'oublions jamais qu'en 1900, le plus étendu et beau réseau de tramway d'Europe était celui de Genève, créé par des pionniers du chemin de fer et grâce à une très importante donation!).
A part cela, vous avez raison, la délégation genevoise au Parlement fédéral a toujours été folklorique, au contraire de la valaisanne par exemple ou plus tôt de la vaudoise quand elle était de droite et fertile en personnalités. Aujourd'hui, la délégation vaudoise a perdu le poids qu'elle avait, disproportionné mais tellement utile à la Romandie, jusqu'aux années 1998, en grande partie de la faute du parti socialiste suisse!!

Écrit par : simonius | 19/01/2012

Il faut également attendre que "la junte züricho-bernoise" nique bien profondément le Valais quant aux prochaines négociations avec l'Europe sur l'électricité !

Écrit par : Paul Bär | 19/01/2012

Premièrement, concernant les Genferei, il faudrait un jour remettre l'église au milieu du village. Les Geneferei sont des épiphénomènes locaux qui n'ont aucun impact négatif sur le reste de la Confédération et qui se limitent à faire rigoler les Confédérés. Alors que les Züricherei consistent à couler des compagnies aériennes et des Banques puis de faire casquer l'ensemble des contribuables suisses.

Deuxièmement, il serait intéressant en termes de relations publiques d'étudier ce que Genève fournit (p. exemple sur les dix dernières années) à la Confédération en termes de péréquation financière, d'IFD et de TVA, et ce qu'elle reçoit en retour. Ceci pour quand même faire en sorte de résorber un minimu le décalage. Mais que fait le MCG.

Et, troisièmement, c'est bien beau de dire que la traversée de la rade ne peut être soutenue par Berne en raison de l'absence d'un consensus à Genève, mais quand on additionne à ceci la non entrée en matière ou priorisation de la troisième voie ferroviare ou autoroutière Lausanne-Genève, cela fait quand même beaucoup.

Écrit par : sekant | 19/01/2012

Excellent billet d'un de vos confrère:
http://www.lecourrier.ch/traversee_de_la_rade_le_syndrome_de_calimero

Tout est dit: il faut arrêter de faire le calimero !

Écrit par : Félicien | 19/01/2012

M. Décaillet, je suis de tout coeur avec vous! Votre article résume la situation exactement comme je la vois. Et je suis triste de lire les commentaires qui s'opposent à la traversée lacustre.

Comment imaginer devoir payer une vignette avec plus de 100% d'augmentation alors que l'autoroute que j'emprunte est totalement congestionnée et qu'aucune solution n'a été retenue par la Confédération. Que ce soit la traversée du lac ou une autoroute plus à l'ouest comme j'ai pu lire. Car très franchement, je ne pense pas que l'élargissement de l'autoroute de contournement soit une solution efficace, elle le serait plus entre Genève et Morges...

D'autre part, je voudrais faire remarquer à notre ami Félicien que l'article du courrier (comme tout le monde le sais, de gauche) suggère de pomper dans les porte-monnaies des automobilistes, ENCORE!, pour financer le rail. Je sais j'ai pris un raccourcis.

De plus, le choix du mode de transport doit rester une liberté. Et là, en l'occurrence, je me voit presque contraint de prendre la voiture, car le moindre déplacement en transports publiques coûte un saladier!! Et n'est pas plus rapide, de loins, qu'en voiture.

Il n'empêche que tout est fait pour emm... les automobilistes, et les 2 des Etats sont au coeur de cette mascarade! Quand on entend LMP conditionner le destin de la traversée du lac à un transfert sur les transports publiques, ont à tout compris!

Bref, Genève est très mal représentée ou alors je fais partie d'une minorité...

RE

Écrit par : Raphaël | 19/01/2012

led résultat de la députation que vous envoyez à BERN

Écrit par : cacao | 19/01/2012

Mais Genève, ou la fameuse région FVG, ont-ils un véritable projet pour cette traversée de la rade ?

J'en doute, et si en plus les volontés de certains de ladite traversée sont devisées à 3 milliards, comme l'a déclaré Doris, je comprends la non décision de la Berne fédérale ...

Avoir des idées c'est bien, avoir un véritable projet c'est mieux !

Minet

Écrit par : Walter Schlechten | 19/01/2012

M. Décaillet,

La traversée du Lac, mais quelle traversée et quel est donc ce projet ?

Pont ou tunnel, qui partirait d'où, pour aboutir où ?

Les "gentils représentants du Mittelland" comme vous les appelez, ne sont pas insensibles à l'Arc lémanique, ils sont insensibles aux indécisions, insensibles aux inconstances, aux chimères et surtout ils ne peuvent s'exprimer que sur des projets concrets, des projets portés par une majorité de citoyens représentés et défendus à Berne par des parlementaires engagés mais surtout motivés et convaincus.

Or qu'entendent-ils à Berne ces "gentils représentants du Mittelland" sinon beaucoup de cacophonie au bout du Lac ? Une délégation de parlementaires genevois disparates, tirant à hue et à dia et dont certains des membres sont plus enclins à s'occuper des événements du Proche Orient plutôt qu'à défendre les intérêts de Genève à Berne.

Non, il n'y a pas de problème de visibilité genevoise à Berne, seulement de l'incohérence. Une image brouillée. Mais la solution est à Genève !

Genève ? Quel numéro de téléphone ?

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 19/01/2012

Mes insomnies vont me rappeler à nouveau que Berne et les Français ont empêché la création de la Savoie, quel grand regret. Les commentaires que je lis plus haut me font simplement dire que Genève, contributeur positif à cette magnifique confédération (petit c) qui se fout d'elle aurait bien meilleur à être ailleurs. Hormis les problèmes routiers et autres, chacun son interprétation, notre CF a scié le secret bancaire qui nous était bien utile ici, pour sauver qui? UBS et CS, pas très romande au niveau des décisions ces deux dernières. Les alémaniques ont failli faire sauter nos banques ainsi que Swissair, là ils ont réussi, nous prennent pour des c.. à longueur de journée, alors question, que faisons nous là de dedans? Payer le Gotthard, le réseau CFF dont nous sommes la cinquième roue du char? Subventionner les petits cantons de suisse centrale qui nous minorent à chaque coup avec 5 électeurs par demi-canton?
Quel gag. Monsieur l'ex-fonctionnaire vous avez votre logique. Mais venez voir un peu le transit sur l'autoroute de contournement le soir à la frontière française, bouchon tous les jours. Moi je vous dis que Genève n'a rien a attendre de la Suisse et se porterait mieux sans, et Vaud avec. Puisque la Suisse a reconnu le Kosovo de 400.000 habitants, que dire de 2 cantons économiquement fort qui en feraient plus d'un million? Quant à nos représentants, depuis longtemps dans ce pays on choisit le médiocre. Avoir de l'envergure ici est devenu handicap insurmontable. 246 représentants du peuple dopés au rohypnol...
Et pour finir, j'ajouterais à l'attention de M. l'ex-fonctionnaire qu'il suffit de survoler Genève pour se rendre compte que son débouché naturel est à l'Ouest, on peine à penser que l'on construit sur le lac (l'époque des lacustres est révolue). Un jour viendra ou cette évidence s'imposera, les zones franches ne relevaient pas du hasard.

Écrit par : piller | 20/01/2012

Bonjour,

Je me permets ici de vous faire part d'un article rédigé par mes soins concernant la politique du Ministère Public face aux affaires d'abus parental.
N'hésitez pas à le lire et à réagir librement sur son contenu, toute intervention est la bienvenue, l'objectif étant de créer un débat publique sur cette question d'importance.

Voici le lien : http://gregoiresapereaude.blog.tdg.ch/archive/2012/01/19/les-defaillances-de-la-protection-de-l-enfance-et-la-mauvais.html

Je vous souhaite une excellente continuation et bien du plaisir sur le blog de la Tribune de Genève.

Cordialement,

Grégoire.

Écrit par : Grégoire | 20/01/2012

Je sais pas si tout le monde dort mais je suis étonné de n'avoir aucune réaction. Donc j'en remets une couche. Les assurances maladie, des années que nous avons trop payé et, au final, une absence de législation qui permet de compenser les réserves excédentaires romandes en les dirigeant vers certains cantons alémaniques dont on nous avait dit qu'ils étaient des exemples à suivre pour nous. En trente ans de travail sur informatique, tous les centres IT ont été déplacés en suisse alémanique et les emplois détruits ici. Chaque concentration, même réponse, c'est nous les Romands qui payons. Moi j'en ai assez, je ne suis pas un veau. Après chacun fait ses choix. Je précise que je suis à la retraite et que je n'ai besoin de rien merci, même pas de l'AVS, ça rend libre de dire ce que l'on pense.

Écrit par : piller | 20/01/2012

Les commentaires sont fermés.