20/01/2012

Robert Cramer insulte le Maire de Genève

 

Sur le vif - Vendredi 20.01.12 - 18.50h

 

Comment Robert Cramer, conseiller aux Etats en exercice, a-t-il pu se laisser aller à tant d'arrogance et de mépris envers le Maire de Genève ? Citation, tout à l'heure, sur la RSR : « Pierre Maudet, un jeune magistrat, réélu de justesse pour s'occuper des poubelles ». Lapidaire. Et franchement dégueulasse.

 

La pomme de discorde ? Maudet, à très juste titre, s'était permis de laisser entendre que les deux conseillers aux Etats genevois (Mme Maury Pasquier, socialiste, et M. Cramer, Vert) n'avaient pas fait leur boulot de lobbying, à Berne, pour défendre la traversée du lac. Un projet vital pour accorder enfin une ceinture périphérique à Genève. Et qui fait partie, d'ailleurs, du fameux plan directeur cantonal, dont on parle tant. Mais un projet, ça n'est un secret pour personne, torpillé, pour raisons idéologiques, par certains élus de gauche. Le résultat : le Conseil fédéral, avant-hier, n'a pas retenu la traversée du lac dans le réseau des routes nationales. La Confédération, donc, ne paiera pas.

 

Mais revenons à l'insulte. Les mots ne sont jamais gratuits. « Jeune magistrat » : en quoi l'âge joue-t-il un rôle, si ce n'est dans l'inconscient d'un notable ayant blanchi sous le harnais, à l'ombre des cépages ? « Réélu de justesse » : une fois qu'un magistrat est élu, il est élu ; on ne revient  pas sur le détail, ni sur sa place. « Pour s'occuper des poubelles » : oui, M. Cramer, les vraies préoccupations des gens, pendant que les bobos trinquent dans les cocktails du terroir. Et pendant que les notables, ceux qui ont trop blanchi sous trop de harnais, « fatigués de porter leurs misères hautaines » (Heredia), en viennent à oublier leur fonction. Merci, M. Maudet, de vos efforts pour la qualité de vie à Genève. Au-revoir, M. Cramer.

 

Pascal Décaillet

 

 

18:50 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

100% d'accord avec vous M. Décaillet, merci infiniment à M. Maudet pour ce qu'il fait et au revoir à Cramer, au plaisir de ne plus jamais le revoir sur la scène politique.

Écrit par : Cramia | 20/01/2012

Monsieur Nicolas WALDER, conseiller administratif de Carouge, collègue de parti (hum hum) de Monsieur Cramer appréciera l'insulte puisqu'il est en charge de l'aménagement et de l'urbanisme, de l'environnement et de la mobilité, des travaux et.. des voiries... Pour le reste je suis entièrement d'accord avec vous.

Écrit par : X. Raisin-Dadre | 20/01/2012

Entre

« Pierre Maudet, un jeune magistrat, réélu de justesse pour s'occuper des poubelles »

Et

« Robert Cramer, un vieux magistrat, réélu de justesse pour s'occuper des vignobles genevois »

Je préfère celui qui nettoie nos rues à celui qui vide les Verts de l'Esprit de Genève, oubliant la traversée dans le désert de la soif !

(humour de bistrot)

W.S.

Écrit par : Walter Schlechten | 20/01/2012

Monsieur Cramer vieillit...vieillit mal

Écrit par : simin | 20/01/2012

Cher Pascal,

Merci de bien vouloir m'expliquer en quoi la traversée de la rade serait "un projet vital".

Écrit par : yves scheller | 20/01/2012

Celà vous choque monsieur Cramer que monsieur Maudet soit notre JEUNE MAIRE de GENEVE,qui fait bien son travail au sein du conseil administratif et qui de plus et très populaire à Genéve.Monsieur Cramer un peu de retenue.

Écrit par : Chauffat | 20/01/2012

Très limite ce Cramer. Le vert (...) de trop?

Écrit par : hommelibre | 20/01/2012

A Genève et dans ce cas ne dit-on pas "adieu" Robert !

Écrit par : J-F Girardet | 21/01/2012

Lobbying à Berne ?
Finalement qui a fait quoi dans ce dossier ou je partage le mot "VITAL" et le sentiment une nouvelle fois ou énième, de beau gâchis. Nous avons nos élus et notre bureau des Attachées aux questions fédérales et intercantonales mais encore un aéroport et une agglomération qui se veut d'une envergure importante ou supra régionale. QUID de l'ensemble ? Indigné ?
Les derniers événements ou les derniers désaccords publiques remontent jusqu'à Berne sans aucun problème et nous sommes RIDICULE.
Un état de non préparation, voilà l'image que nous donnons à plus d'un élu à Berne !
Si nous étions une entreprise ou en serions-nous ?
Les visites du chantier du CEVA, l'aménagement vu depuis Veyrier, les cycloterroristes, les trams etc...
Allons-nous une fois pour toute ouvrir les yeux et apprendre des autres sans rougir de nos différences !
Nous venons de recevoir une sérieuse leçon de savoir vivre ou savoir être au travers de ce refus.
Les propos de Madame Leuthard que l'on ne peut qualifier d'être anti-genevoise ont été clair.
Le mot de la fin à Sir Winston Churchill :

« Pour s'améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent. »

Écrit par : Tempestlulu | 21/01/2012

@Tempestlulu
Bien suisse votre commentaire. Le seul problème c'est que l'image que nous donnons à Berne n'a strictement aucune importance, on sera servi les derniers, quoi qu'il arrive. La solidarité confédérale est une rigolade profitant à la seule majorité alémanique, les minorités, depuis la nuit des temps étant traitées comme telles. Et être ridicule auprès de 246 députés à Berne bien occupé à ne manquer aucune réunion à petits four m'est absolument indifférent. Lorsqu'on ajoute le fait d'avoir été spolié sur les assurances maladie, l'A1, le rail, il y en a assez pour soutenir ce que j'écris ici. La traversée de la rade, vous avez raison, rien n'est simple. Sauf que tout est saturé et que si c'était à Zürich, le raisonnement ne serait pas le même.

Écrit par : piller | 21/01/2012

La traversée de la rade non retenue par nos autorités est la suite logique de la dernière élection au Conseil fédéral. En élisant le fribourgeois les députés ont renforcé les représentants du ventre mou de la Suisse. Donc ni Genève, Vaud et encore moins le Valais n'auront à s'attendre à quelques choses de positif pour ces prochaines années.

Écrit par : Hypolithe | 21/01/2012

Avec les exploits de nos dirigeants, on en parle dans toute la Suisse, nous passons vraiment pour des charlots, alors pas étonnant que nos projets passent à la trappe ! De plus la députation genevoise ne donne aucune image de cohésion concernant ce projet vital , oui c'est le mot juste, il suffit d'entendre Hodgers...

Écrit par : Leyvraz Eric | 21/01/2012

Si les Genevois avaient voulu des lobbyiste de la bagnole à Berne, ils n'auraient pas élu (ça a l'air d'être important pour vous) Cramer. Tant mieux s'il parvient à torpiller ce (non-)projet grotesque, même si c'est en ne faisant strictement rien...

Pour le reste, c'est la meilleure définition du travail de Maudet que j'aie entendue ces dix dernières années.

Écrit par : Denise | 21/01/2012

@piller
Il semble en vous lisant qu'une forme de frustration vous touche et qu'il est grand temps de changer et passer du statut de pleurnichard à celui de moteur du bassin lémanique. Il est vrai que l'on peut rester assis sur notre sort encore de longues années, mais on peut aussi montrer une farouche volonté de créer et de porter en avant de nouvelles idées. Nous ne manquons pas de capacité mais d'écoute crédible.
Il est aussi vrai que le fait d'avoir été spolié dans certains dossiers semble être avéré et vous n'avez pas tort sur toute la ligne !
Adoucissez votre ligne dure vers une ligne de communication gagnante et non partir en perdant à cause de Zürich et de nos concitoyens germanophones.
Si nous prenions en compte la députation du bassin lémanique dans son ensemble nous en serions peut-être au même point que nos amis fribourgeois qui ont cessés depuis longtemps de bailler au corneille !
Allez, Piller, courage, nous n'avons pas fini d'avaler quelques couleuvres
Cessons de nous regarder le nombril en pleurant et pensons avenir

Écrit par : Tempestlulu | 21/01/2012

@Tempestlulu
Un temps pour tout, j'ai ferraillé 30 ans en affaires avec vos amis zürichois et, effectivement, j'ai fait ma part donc place aux autres. Mon idée serait davantage de vous dire qu'après tout ce temps, je ne crois simplement plus en notre concordance helvétique et que vous êtes bien libre d'y croire, ce que je respecte. En ce qui me concerne, je ne peux qu'observer ce qu'il se passe et considérer, comme je l'ai écrit sur un autre blog, que l'intérêt de Genève et Vaud d'être dans la Confédération est plus qu'une question. Quant à être écouté, permettez-moi de douter de la volonté de nos partenaires majoritaires d'entrer en matière. Tout prouve le contraire et ça date pas d'ajourd'hui. Si vous aimez les couloeuvres, là encore libre à vous, moi pas. Pour résumer et on sera peut-être d'accord sur ce point, rien à attendre de Berne donc faisons sans mais de grâce faisons! et pour mon nombril, je ne fais pas partie des minces donc je n'y arrive pas, pas plus que je n'en ai envie.

Écrit par : piller | 21/01/2012

J'ai été choqué l'autre soir quand vous avez employé le mot de "collabo(s)" à l'adresse de M. Bavarel et/ou des Verts ; j'ai appris avec le temps que vous vous damneriez pour un "bon" mot mais je ne pense pas que l'Entente soit une version genevoise de la peste noire/brune avec qui les collabos ont collaboré. Cela restera probablement un "détail de l'histoire" de l'émission "Genève à chaud" au demeurant fort instructive sur le plan de la maieutique.
Et le "J'emmerde le Conseil d'Etat" en plénière du GC dans la bouche du président du MCG ? Qu'est-ce que vous en pense-t-il ?
Vous me répondrez que la vocation d'un "emmerdeur" (comme vous l'appelez) c'est justement d'emmerder. Dont acte
p.l.

Écrit par : pierre losio | 21/01/2012

Tout ce que j'aurais voulu dire, mais certainement moins bien. Merci.

Écrit par : Ashwani Singh | 23/01/2012

Effectivement, la gestion des poubelles n'est pas à la portée du premier venu. Robert Cramer en sait quelque chose pour s'être planté, assez lamentablement, dans son projet de gérer les poubelles napolitaines... En définitive, le Maire de Genève lui dira merci pour le compliment !

Écrit par : Jurg Bissegger | 23/01/2012

Les commentaires sont fermés.