29/01/2012

Le navire coule, mais le steward est élégant

 

Sur le vif - Dimanche 29.01.12 - 10.35h

 

Avant-hier, vendredi, opération propagande et séduction d'Isabel Rochat, à la caserne des Vernets. Comme par hasard, au plus fort de la tourmente pour son collègue Mark Muller, lâché de toutes parts, à commencer par les siens. Le gouvernement genevois, dans son ensemble, est en crise, il l'est en tant que collège, son président et son vice-président le reconnaissent. C'est cette crise-là qui est politiquement intéressante. Et sur laquelle on nous promet des réformes, on nous déclare que rien n'est tabou. Et d'ailleurs on a commencé : en plaçant Mme Rochat sous tutelle, ci-devant nommée « délégation ».

 

Fort bien. Mais était-ce bien le moment de cette opération de charme-là, aux Vernets, sectorielle, ne visant égoïstement qu'à redorer le blason d'une ministre, d'un Département, là où l'ensemble est en cause ? Imagine-t-on le steward d'un navire en perdition convoquer quelque presse héliportée, sur le pont balancé de l'esquif, pour arborer ses beaux atours et insister sur le fait que lui, dans son rayon, fait très bien son boulot ?

 

Mais le plus fou, c'est que l'opération de propagande a marché. Et se trouve relayée, enluminée, ornée de mille feux, dans le Matin dimanche d'aujourd'hui. Solidarité féminine ? Ligne féministe ? Deux pages qui tentent la réhabilitation. Dont un nombre impressionnant de signes - tout le début du papier - sur l'élégance vestimentaire de la dame. Sous toutes les coutures, on l'encense. On l'embaume. Ne manque que le viatique, pour le grand voyage.

 

Plus singulier encore : un autre article, signé de la même journaliste, quelques pages en amont du même journal, nous parle déjà de Mark Muller au passé, l'homme fini. Ce faisant, on épouse exactement la ligne de l'Entente genevoise, entendez la coalition qui, avec l'active collaboration des Verts, dirige le canton et s'en partage les prébendes. Donc, on relaye le pouvoir en place. Car ce choix, évidemment implicite, a déjà été tranché, on sait qu'on devra se débarrasser de l'un, donc tout faire pour sauver l'autre. Pace que perdre l'un et l'autre, ce serait disparaître. Alors, va pour le coup de pub des Vernets, va pour Points de vue et Images de la Mode dans la presse orangée : on accepte hypocritement l'exécution de Mark Muller, et on ferme les yeux sur les carences politiques, autrement plus graves qu'un fait divers, de Mme Rochat. Et on la maintient sous perfusion. On appelle ça « délégation ». Et on se dit que la galère, cahin-caha, pourra bien encore voguer un peu. Sur la mer bleue.

 

Pascal Décaillet

 

10:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"Je ne suis jamais dans l'émotionnel" jure Isabel Rochat dans les colonnes du Matin Dimanche.  
Demandez au Président de l'UPCP (Union du Personnel du Corps de Police) ce qu'il en pense...

Écrit par : Charly Schwarz | 29/01/2012

et alors...? et alors ... ? et, et, Zorro est arrivé, sans se presser... le grand Zorro ! Le beau Zorro...Celui qui du haut de sa stature nous proclame avec condescendance : " Je vous ai compris " comme promettait le grand Charles pour sauver la République" Réjouissez-vous, vous irez à l'école le mercredi-matin" Avec un détail pourtant, encore faut-il que le peuple accepte cette nouvelle diversion, ce nouveau chamboulement !

Écrit par : J-F Girardet | 29/01/2012

Puisqu'on est dans le registre de la marine :
"La femme est au-dessus du niveau de la mère"
p.l.
bon dimanche.

Écrit par : pierre losio | 29/01/2012

Je ne peux pas partager votre analyse dès lors qu'elle repose, partiellement, sur un état de fait erroné. L'Entente genevoise n'existe plus. Ce n'est désormais plus qu'un leurre. Je doute donc que le pataquès actuel sois volontaire et concerté.

Écrit par : C. de Gessenay | 30/01/2012

Les commentaires sont fermés.