05/02/2012

PDC : l'éternité au pouvoir

 

Sur le vif - Dimanche 05.02.12 - 16.00h

 

Le revoici. Qui ? Le parti de l'éternité ! Bien sûr que le communiqué du PDC, hier 16.53h, est important. Bien sûr qu'il vise à marquer une étape dans l'évolution des alliances genevoises. Bien sûr qu'il tente de prendre date. C'était l'objet de mon billet « Saint François des Assises », hier 17.53h.

 

L'éternité, c'est demeurer à jamais dans les allées du pouvoir. Rien d'autre que cela. Il n'est pas sûr que la force intrinsèque de ce parti cantonal, aujourd'hui, soit de nature à le rendre très confiant pour les élections de l'automne 2013. Qu'il noue des alliances, c'est la vie politique. Il appartient d'ailleurs, depuis sept décennies, à une alliance qui a fait ses preuves, a dominé la vie politique genevoise, et qui s'appelle « L'Entente ».

 

Le PDC est de cette alliance-là. Et, jusqu'à nouvel ordre, de nulle autre. Face à la droite, il existe à Genève une famille politique, tout aussi respectable, qui s'appelle la gauche, et qui a donné au canton de très grands hommes, on pense bien sûr à Chavanne. L'un des éléments de la gauche, ce sont les Verts. Listes de gauche. Alliances à gauche (notamment avec le PS). Oui, les Verts se sont appuyés sur des dynamiques de gauche pour gagner des élections.

 

Dès lors, comment le PDC peut-il nous expliquer qu'il entend désormais, non au coup par coup (cela se fait, nous sommes bien d'accord), mais de façon durable et structurelle, s'appuyer à la fois sur une alliance avec ses partenaires historiques de l'Entente, (la droite), et avec les Verts, qui ont toujours joué la gauche ? Avant de rédiger ce communiqué d'hier, le PDC a-t-il consulté ses partenaires de l'Entente ?

 

La vérité, c'est que le PDC genevois, sous le vieux prétexte de réinventer la vie politique sur un pivot du Centre (combien en avons-nous vus passer, puis s'évaporer, des « réformateurs », des « rénovateurs » ?), songe avant tout à sa propre survie. Demeurer au pouvoir. Rester au Conseil d'Etat. Dans tous les cas de figure. Soit, à la gauche (sociale, humaniste, respectable) d'une équipe de droite. Soit, à la droite (pragmatique, implantée) d'une équipe de gauche.

 

C'est cela, le décryptage du communiqué PDC d'hier, 16.53h. Le parti de l'éternité au pouvoir. Et l'éternité, c'est parfois un peu long, non ?

 

Pascal Décaillet

 

PS: Je file m'en expliquer avec Dieu, à Lausanne.


16:00 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

La vrai inconnue est de savoir ce que vont faire les Vert'libéraux.

Écrit par : Laurent Seydoux | 05/02/2012

M. Décaillet, il est facile de rire et de se moquer de tout. Le PDC n'a pas à demander à ses cousins leur permission de discuter en Assises de certains points qui montrent une tendance et non des décisions formelles.

Je suis pour ma part lassé des bagarres droite-gauche stériles et plutôt que d'être parfois à gauche et parfois à droite, je préfère aller de l'avant avec des mesures en faveur de la famille au sens large, du développement durable et de la responsabilité individuelle s'appuyant sur l'aide de l'Etat mais en assumant ses propres responsabilités. le respect de l'autre, de l'étranger, la collaboration trans-frontalière et le renforcement de la région ne permettent pas de se laisser aller à soutenir l'UDC !

Il s'agit donc de rassembler au centre les forces qui veulent avancer ! On ne va ni à gauche ni à droite mais en avant !

Merci

Écrit par : Nicolas LANCE | 05/02/2012

Ahhhh Laurent Seydoux, toujours le mot pour rire ! Aucune inconnue là dedans, ils vont continuer à réaliser l'impossible, être encore plus insignifiants politiquement que le PDC, encore plus inaptes que es caciques de l'extrême-gauche et encore plus assoiffés de reconnaissance que l'élite libérale. Une véritable quadrature du cercle qui ne se résoudra qu'en bouffant à tous les rateliers, mais ça, le nom du parti l'indique...

Écrit par : Roland des sous ! | 05/02/2012

A la lecture de ce communiqué, très PDC, on en regrette le temps de la présidence du jeune Forte, dont le message était, au moins, parfaitement clair et lisible. Ce parti est retombé dans ses vieux travers, OUI, NON, bien au contraire. C'est bien dommage.

Écrit par : Eyesongeneva | 06/02/2012

Les commentaires sont fermés.