12/02/2012

Le prix de la conscience est-il unique?

 

Sur le vif - Dimanche 12.02.12 - 10.12h

 

Hallucinant dérapage de Christophe Gallaz, dans sa chronique du Matin dimanche: les adversaires du prix unique du livre (comme Philippe Nantermod) seraient des gens qui "ne lisent jamais profondément". Cela se déduirait de leur posture. Et il faudrait opposer ces rustres poujadistes aux consciences du Livre, avec un immense "L", des gens comme Pierre Weiss, bref les partisans du prix unique. Inutile manichéisme, mon cher Christophe!

 

Pascal Décaillet

 

 

10:12 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Évidemment, écrire dans le Matin Dimanche, c'est un gage de profondeur.

Écrit par : Carlos | 12/02/2012

Je viens de télécharger sur mon Kindle, pour trois fois rien: la Bible (version Segond) + Victor Hugo (illusré),Le Gai Savoir(Nietzsche)3 tomes de la Divine Comédie, les Pensées de Pascal, Maupassant, etc.

Et, depuis dix ans, j'achète pratiquement tous mes livres sur amazon. fr ou sur sa version américaine...pour ce qui est des ouvrages en anglais. Pas besoins de billet TPG pour aller chez Payot à Genève et s'entendre dire: "On peut vous le commander...ça prendra trois semaines..." (Et payer les bouquins 30 % 40 % plus cher qu'en France ou aux Etats -Unis. J'aime bien aussi les petits libraires et je les fréquente par beau temps. Mais je vote non au contrôle de l'Etat sur les prix du livre.Faites en de même si vous êtes lecteur...

PS: On ne peut pas télécharger les (rares) bouquins de Gallaz sur Kindle.Dommage pour lui. J'en aurais volontiers acheté un pour voir si ses textes littéraires sont plus compréhensibles que ses chroniques cryptiques dans Le Matin.

Écrit par : Pierre Morand-Brot | 12/02/2012

Je suis aussi pour le prix unique du livre. Mais face à la Suisse allemande qui va voter en masse contre, nous n'avons pas grande chance. Mais tant pis.

Écrit par : Jean Romain | 12/02/2012

Sincèrement, Pascal, a part des albums de coloriage, croyez-vous que le pauvre Nantermod ait un seul livre chez lui? Je suis sur que non.

Écrit par : Jmo | 12/02/2012

Les opposants sommes peut-être de bons crétins, mais les partisans ne brillent pas avec une argumentation claire sur la loi, mais avec des attaques personnelles aussi idiotes qu'improductives.

Si Christophe Gallaz avait lu les fondements de la démocratie, il se serait rendu compte que même le plus inculte de mon genre est légitimé à s'exprimer sur un objet de votation, aussi élitistes et prétentieux que peuvent être ses partisans.

Écrit par : Philippe Nantermod | 12/02/2012

Tout ce qui est excessif devient dérisoire...

Traiter l'adversaire avec le mépris dévolu aux "petites têtes" n'a jamais été une manière efficace de le persuader, de l'amener à changer son opinion.

Intéressant, aussi, ce qu'écrit Pierre Morand-Brot. C'est une évolution que j'observe aussi; même si je n'ai pas de Kindle, je lis des classiques sur mon écran. Cela dit, cette évolution prendra du temps, mais une emprise étatique sur les prix du livre n'y changera rien.

Écrit par : Inma Abbet | 12/02/2012

Je vous trouve très injuste avec Philippe Nantermod et ses semblables, Jean-Michel. Je suis sûr qu'ils achètent plusieurs albums par année. C'est long, les séances parlementaires...

Écrit par : Carlos | 12/02/2012

@Carlos
Bien sûr qu'ils achètent plusieurs albums par années.... mais est ce qu'ils les lisent aussi "profondément"? Ça c'est une histoire à suivre...

Écrit par : galerie d'art | 13/02/2012

Hallucinant de fatuité et de médiocrité cette chronique de Gallaz. En s'opposant à cette loi idiote sur le prix unique du livre, Nantermod et ses potes ont mis le bâton dans une véritable fourmilière de Bouvard et Pécuchet. J'adore quand le chroniqueur parle de lire "intimement", alors que manifestement, pour lui, lire, c'est surtout dire que l'on lit, c'est le crier sur les toits, afin de se raccrocher à son petit statut social dérisoire de clerc.

Je lis, mais je fais plein d'autres choses dans la vie. Et surtout je dis non à la loi sur le prix unique du livre! Ne serait-ce que parce qu'internet me permet de lire et d'acheter mes bouquins sans ne plus jamais être confronté à ces intellos de province qui, malheureusement, ont transformé la librairie en un temple tout à eux dévolu.

Écrit par : Mat | 13/02/2012

@Mat, excellente, votre définition de la cuistrerie. J'ai beaucoup ri.

Écrit par : Inma Abbet | 15/02/2012

On peut toujours ricaner de Nantermod. Cela n'empêche qu'on le voit confronté à Jack Lang, Bernard Comment, Bernard Pivot et s'en tirer avec les honneurs. Ce n'est pas vraiment à la portée de n'importe qui. Quand il aura trouvé le moyen de cesser de rayer le parquet avec ses canines, l'avenir est pour lui...

Écrit par : Géo | 15/02/2012

" depuis dix ans, j'achète pratiquement tous mes livres sur amazon. fr ou sur sa version américaine...pour ce qui est des ouvrages en anglais. Pas besoins de billet TPG pour aller chez Payot à Genève et s'entendre dire: "On peut vous le commander...ça prendra trois semaines..." (Et payer les bouquins 30 % 40 % plus cher qu'en France ou aux Etats -Unis ".

En lisant ce commentaire; je trouve bizarre que les libraires accusent sans cesse les cartels des importateurs pour justifier que les prix des livres en Suisse sont trop chères; alors qu'ils leur suffiraient au librairies de les commander sur Amazone.Fr pour les acquérir bien meilleur marché.

Si quelqu'un peu m'expliquer cela. Merci

D.J

Écrit par : D.J | 15/02/2012

J'avoue que je n’achète jamais un livre, souvent je les télécharge gratuitement. Question d'économie.

Écrit par : faire part | 17/02/2012

Les commentaires sont fermés.