14/02/2012

Dieu s'en va, mais reviendra

 

Sur le vif - Mardi 14.02.12 - 16.29h

 

Manuel Tornare, donc, n'aura pas exagérément blanchi sous le harnais du Grand Conseil : deux ans, pas plus ! Elu cet automne au National, l'ancien Maire de Genève, encore identifié à cette fonction par de nombreux partenaires dans le monde, et pas seulement dans l'Internationale des camarades, préfère se concentrer sur la vie fédérale. Il a entièrement raison : à Berne, il a encore beaucoup à apprendre.

 

Quitte-t-il, pour autant, définitivement la vie politique genevoise ? Certainement pas ! Riche, déjà, d'une très longue expérience politique, l'homme est en pleine forme, au sommet de ses moyens. A supposer qu'un jour, une occasion se présente pour le Conseil d'Etat, il sera de la partie. Là encore, il aura raison : le parti socialiste est l'un des éléments constitutifs de la vie politique genevoise, il a donné au canton André Chavanne et Christian Grobet (oui, socialiste, jusqu'en 1993), il se doit de présenter à l'exécutif cantonal les meilleurs. Pas la Ligue B !

 

Le choix de la Ligue B, ce parti l'avait fait la dernière fois, pour le Conseil d'Etat. Résultat : il a perdu un siège qu'avec Tornare, il aurait sans doute gardé. Social-démocrate, préférant le Temps des Cerises à l'Internationale, homme de culture comme il y en a peu dans la classe politique, Manuel Tornare n'a sans doute pas dit son dernier mot. Il faut en tout cas l'espérer, dans l'intérêt de Genève.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

 

16:29 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Tout à fait élogieux! Mais, à raison...

Écrit par : G.Privat | 14/02/2012

Si au moin M. Tornare etait candidat au Conseil d'Etat celà serait un bien pour GENEVE.Bonne chance.

Écrit par : Chauffat | 14/02/2012

Tornare est un fin politicien, brillant, et charismatique. Il fera de l'excellent travail à Berne où il défendra ardamment Genève. Pour ce qui est du Conseil d'Etat, en revanche, je suis plutôt partisane de la nouvelle génération montante du PS, ou il existe des candidats incroyablement compétents et qui ont, notamment dans les communes, des résultats extraordinaires!

Écrit par : lady poletta | 14/02/2012

Il a fait du bon boulot à la Ville, et il fera du bon boulot à Berne. On a besoin de se faire représenter par des politiciens efficaces à Berne pour défendre les intérêts de Genève.
Par contre, je suis d'accord avec Lady Polenta: il y a une excellente nouvelle génération au PS à Genève, que M. Décaillet reçoit régulièrement d'ailleurs. Ils sauront donner, au Conseil d’État, comme ils l'ont fait ailleurs (je suis encore d'accord avec Lady P.), une nouvelle impulsion à Genève.

Écrit par : Peter Albion | 14/02/2012

Et Mme Salerno et M. Sommaruga dans tout ça ?? Non, soyons sérieux, il y a quelques années, le parti socialiste avait fait plutôt le choix d'une candidate de la 3ème ligue tenir compagnie à son magistrat de 1ère ligue qui lui seul sera élu au final. Avec Tornare, on va peut-être monter en ligue B, bien que je le trouve manquer de "punch" pour s'imposer dans un Executif où les rapports de force seront différents qu'à celui de la Ville...

Écrit par : A. Piller | 14/02/2012

S'il n'a pu se présenter à l'élection du Conseil d'Etat, si je me souviens bien, c'est en raison des quotas que le PS s'impose dans le choix des candidatures. Mais c'est évidemment difficile de l'avouer ou de faire ne serait-ce que le début d'une auto-critique. Mettre le doigt sur une erreur de ce type serait politiquement incorrecte et passerait pour dénigrante. Je crois que le PS ne se rend toujours pas compte que la plus grande insulte faite aux femmes est d'avoir institué ces quotas...

Écrit par : Christiane Favre | 15/02/2012

Les commentaires sont fermés.