25/02/2012

Merci aux élus qui se mouillent !

 

Sur le vif - Samedi 25.02.12 - 19.35h

 

La scène d'hier soir, au Grand Conseil, nous vaut depuis quelques heures une grêle de commentaires. De qui ? Des parlementaires eux-mêmes ! De gauche, de droite, sur les blogs, les réseaux sociaux, les députés genevois reviennent à n'en plus finir sur le spectacle... qu'ils ont eux-mêmes donné ! Les deux acteurs principaux, les seconds rôles, les faire-valoir, les figurants, oui tous, les secs et les humides, s'érigent en critiques de leur propre comédie. Hurlent à la démission. Donnent des leçons de morale. Comme s'ils étaient totalement externes à la pièce. Imagine-t-on une critique de théâtre, au lendemain de la première, rédigée par l'équipe des comédiens, elle-même ?

 

S'exprimer est évidemment leur droit le plus strict. Le nôtre, à tous. Mais nos élus devraient s'interroger sur cette tendance, croissante ces dernières années, à devenir parfois davantage spectateurs de leur propre (parcelle de) pouvoir qu'acteurs. Nous, citoyens, pourquoi les avons-nous élus ? Pour qu'ils travaillent ! Pour qu'ils fassent de la politique. De gauche, de droite, du centre, tout ce qu'ils voudront, mais qu'ils AGISSENT. Dans l'intérêt supérieur de la République. A noter d'ailleurs que les deux antagonistes d'hier, MM Weiss et Stauffer, font précisément partie des députés les plus actifs, ceux qui s'engagent, allez disons même, pour détendre un peu l'atmosphère, « ceux qui se mouillent ».

 

Oui, ceux qui devraient n'être qu'acteurs passent, de plus en plus, une bonne partie de leur temps à... commenter la politique ! Blogs, réseaux sociaux, ils dissertent au lieu d'agir. Ils sont même de plus en plus nombreux, grâce aux miracles de la technique, à commenter tout en siégeant : ils commentent, en direct, les plénums, et ils commentent même parfois les commissions ! Ils veulent faire le texte et l'apparat critique, le titre, les illustrations, la mise en page. Ils veulent tout faire, eux-mêmes.

 

Cette tendance a commencé il y a quelques années. Avec les blogs. A lire certains élus, éminents, parfois d'ailleurs d'une plume alerte, on se prend à entrer dans le monde du chroniqueur, en oubliant qu'il est acteur. Et que le plus clair de son temps, il devrait plutôt le passer à inventer des solutions pour le bien commun, rédiger des projets de loi (ce que font MM Weiss et Stauffer), plutôt que se répandre à longueur de journée sur la toile. Certains d'entre eux rêveraient d'un monde où ils feraient tout eux-mêmes : ils prendraient les décisions politiques, les commenteraient eux-mêmes, pourquoi se pourrir la vie avec des médiateurs, des décrypteurs, des éditorialistes ?

 

A noter que nos deux bretteurs d'hier sont loin d'appartenir à cette catégorie du politicien commentateur de son propre champ d'action. L'un et l'autre, qu'on les aime ou non, qu'on partage ou non leurs idées, sont d'authentiques bosseurs ! Des combattants, courageux. Ça n'était pas, hier, une altercation entre deux médiocres, mais entre deux bons. Ils se sont engueulés ? Et alors ! Bien sûr, M. Stauffer a eu un geste de trop, c'est très clair, mais enfin, j'invite tout de même les gens à aller écouter les propos totalement déplacés, à ce moment du débat, de M. Weiss. Et je regrette que ce dernier ait pu les tenir aussi longtemps sans être remis à l'ordre par le président.

 

Un incident, donc. Comme il y en a dans tous les parlements du monde. Il n'est écrit nulle part que les élus doivent se comporter en bourgeois de salon. Quand un débat charrie un antagonisme aussi puissant que la question du CEVA et des Français qui tardent à payer, on peut s'attendre à ce que le ton monte. Eh bien, il est monté !

 

La suite ? Le parlement a un règlement, il est dirigé par un Bureau, qui prendra les décisions qu'il juge nécessaires. Lui seul est souverain. Lui, et non l'opinion publique. Puisse ce Bureau ne pas omettre de considérer l'aspect offensant - voire diffamatoire - et surtout totalement déplacé des propos qui ont mis le feu aux poudres. Parce que ne considérer que l'affaire aquatique, sans prendre en compte la violence de la provocation qui l'avait précédée, ne serait, tout simplement, pas juste.

 

J'invite mes confrères journalistes, éditorialistes, chroniqueurs, enfin ceux qui ont pour métier de décrypter, à se mouiller un peu sur cette affaire, comme je viens de le faire. Je me réjouis de les lire. Et les cent parlementaires de la République, j'aimerais les voir beaucoup plus travailler sur leurs projets que bavarder à longueur de journées, s'épancher dans les réseaux, spectateurs de leur propre action. Ou inaction. Bosser, oui ! Comme le font, avec ardeur, depuis des années, chacun à a manière, les deux très bons députés, l'un et l'autre habités par le démon politique, que sont MM Weiss et Stauffer.

 

Pascal Décaillet

 

 

19:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (33) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bravo pour cette analyse fort judicieuse. Je partage entièrement votre sentiment.
Je me permets de poster ici le commentaire que j'ai laissé sur le blog de M. Bertinat:
...ne soyez pas naif....Weiss sait parfaitement ce qu'il fait et obtient enfin ce qu'il cherche depuis longtemps. Je parie que hier, il était ravi de ce qui est arrivé.
Visionnez les images et surtout écoutez les propos de Weiss.
Je ne crois pas que parler de la vie privée d'une personne fasse partie du "cadre des institutions".
Je soutiens que le calcul de Weiss a fait mouche mais mérite également une mauvaise note.

Écrit par : Duval | 25/02/2012

Encore un barman à défendre et dédommager ? Faut que je pense à me recycler...

Écrit par : carpe noctem | 25/02/2012

Comme beaucoup de monde, j'ai été surpris par cette violent altércation.
Les questions que j'aimerais posées sont les suivantes:
Mr Weiss a sept ou huit reprises a traité Mr Stauffer de voleur.
Pourrais t-on savoir de quoi il s'agit. Mr Stauffer a volé qui? (l'Etat, une institution, un particulier), il a volé quoi? et s'il s'agit d'argent quelle somme a-t'il volée.
Merci de m'éclairer.

Écrit par : pierremaller | 25/02/2012

bravo à vous Mr Décaillet ,Mr Weiss a vraiment besoin de se faire remettre une très mauvaise note.en plus étant que député PLR il devrait se faire tout petit.en ces temps de crise du parti.

Écrit par : deleze c. | 25/02/2012

Les politiciens qui se muent en journalistes ne sont-ils pas le pendant des journalistes qui se muent deux ex machina de la politique. Si vous voyez où mon regard insistant et lourd de sens veut en venir ?
Pour le reste, les propos de Weiss n'étaient pas plus déplacés que ceux de Stauffer qui tentait de revenir, encore et toujours sur un objet voté par le peuple. Et si diffamation il y a, que Stauffer fasse un procès. C'est ainsi que c'est censé se dérouler entre gens civilisés. Quand à moi, plutôt que de réclamer la clémence du bureau, je préfère rappeler que nous sommes en présence d'un dangereux récidiviste: esclandre à la buvette avec un autre député, ballade au grand conseil avec un flingue en bandoulière, sans oublier, il y a quelques a années, ces accusations de voie de fait dans l'enceinte du parlement, portées par un énergumène certes fantaisiste, mais qui prennent aujourd'hui un certain sel.
Stauffer a dépassé les bornes. Il est à la fois l'organisateur et le bénéficiaire d'un système de violences verbales qui depuis son élection font de ce parlement un foutoir sans nom. Les seuls à en tirer parti sont le MCG et les médias, alliés objectifs dans l'affaire. Cela suffit. Peut-être même faudrait-il arrêter de retransmettre les débats en direct à la télé. Cela calmerait les ardeurs des politiques en mal de reconnaissance. Le meilleur moyen de les remettre au boulot.

Écrit par : Philippe Souaille | 25/02/2012

Avant le lancé du verre d'eau, je vois : Une député MCG qui s'énerve et qui dénonce; Un député MCG qui dénonce la gestion du Parlement et de la présidence d'une commission; Un député MCG qui dénonce la gestion d'un Conseiller d'Etat; Un député MCG qui dénonce des dysfonctionnements étatiques. Avant le lancé du verre d'eau, je vois : Un député PLR qui porte des attaques personnelles contre un élu; Un député PLR qui provoque un député MCG; Des propos diffamatoires ou calomnieux qui portent atteinte à la sphère privée d'un député MCG; Un député MCG qui use d'un verre d'eau pour laver son honneur. Après, j'estime que Stauffer a provoquer le Parlement mais sur le terrain politique, car même s'il s'est attaqué à des personnes, il l'a fait dans le cadre des intérêts politique (conflit d'intérêts). Certes il n'y avait ni la manière et ni le ton, mais les propos de M. Weiss étaient une attaque qui touchait la vie privée et personnelle de Stauffer, calomnie ou diffamation je ne sais, mais Weiss se devait de critiquer le comportement de Stauffer, sa politique, ses idées, mais en aucun cas venir sur la sphère privée. Trois perdants, Weiss qui s'est ridiculisé tel un gamin gâté, Stauffer qui s'est ridiculisé tel un enfant colérique, et la République qui s'est ridiculisée tel un état ou les droits démocratiques ne sont plus respectés.

Écrit par : Walter Schlechten | 25/02/2012

C'était plutôt rigolo. Cela fait un nano-scandale de plus pour les annales du Grand Conseil et son folklore. Cela va bien nous occuper quelques jours ; et on pourra se le raconter plus tard pour rire :

"Tu te rappelles la fois où le type, là, euh Studer a aspergé l'autre, là, machin, Deiss, Zeiss, je sais plus... un gros tout rond... On s'était bien marrés. Pour une fois qu'il se passait quelque chose..."

Mais quand même, juste un verre d'eau... Même pas une gifle ou un poing dans la figure. Ces parlementaires genevois resteront toujours de petits joueurs.

Écrit par : Carlos | 25/02/2012

C’est tout de même étonnant que personne ne relève que Monsieur Stauffer avant qu’il ne sacrifie comme d’hab à son sport favori, la baston……… Oui donc que personne ne relève qu’il a insinué puis affirmé que des députés du GC était corrompus concernant les travaux du CEVA.
Accusations gravissimes (et naturellement sans preuves), ce genre de propos est à mon sens tout aussi grave que le comportement maladif de Monsieur Stauffer. Tout cela mis ensemble ruine la déjà très faible confiance que les genevoises et les genevois ont vis-à-vis de leurs élus.

Écrit par : PA Gilliéron | 25/02/2012

Bravo M. Décaillet , encore une fois votre analyse est juste .

Écrit par : Carlos Medeiros | 25/02/2012

"Calomnie ou diffamation je ne sais."

Toute diffamation n'est pas illicite. En particulier le politicien s'expose largement à voir ses méfaits passés exposés encore et toujours, ad nauseam. L'argument ad hominem est recevable en politique. Qu'en était-il en l'espèce ?

S'il n'appartient pas au citoyen de se faire justice lui même, il peut se défendre tant que l'agression est en cours. Ma foi c'est peut être ce qu'a fait Stauffer. Et avec succès. Alors oui si la diffamation en cours était illicite ou si calomnie il y avait Stauffer était dans son plein droit. Sinon Stauffer s'est rendu coupable de contrainte. Le procureur doit se saisir de l'affaire dès lors que la contrainte est poursuivie d'office et doit déterminer si légitime défense il y avait.

"un député MCG qui use un verre d'eau pour laver son honneur"

Si cela était pour laver son honneur, délit de contrainte il y aurait. Si cela était pour empêcher que son honneur continue a être atteint, il n'y aurait pas d'acte illicite. Légitime défense n'est pas légitime vengeance. Cette confusion est inquiétante sous la plume d'un policier.

Quoiqu'il en soit, il est vrai que le politicien Stauffer a été engendré par la politique des biens pensants de la République dont fait indéniablement partie M. Weiss et que les vrais agressions ne sont pas celle dont n'a pas été victime M. Weiss mais celles dont sont dans nos rues, quand ce n'est pas chez elles, victimes les personnes âgées ,et là Stauffer n'est pas responsable, alors que Weiss a une grande responsabilité politique.

Écrit par : CEDH | 26/02/2012

Il n'y a qu'un seul coupable dans cette histoire, c'est Pierre Weiss.

Il a insulté à outrance Stauffer un temps infini sans le moindre contrôle de la part du président du Grand Conseil dont on peut se demander s'il est bien à sa place.

Les propos de Weiss sont répréhensibles alors qu'on n'a jamais vu personne se retrouver devant le juge pour avoir mouiller quelqu'un avec du H2O.

Ce qui peut être reproché à Stauffer c'est de ne pas avoir réagit de façon plus digne, plus chevaleresque en offrant une "prestation gratuite de chirurgie esthétique" à Weiss. Stauffer en a largement les moyens et ça aurait rendu service à Weiss, car visiblement il lui a manqué dans son enfance de faire l'expérience des limites.

Écrit par : anonyme | 26/02/2012

J'aurais aimé entendre la voix stridente de Weiss s'élever avec autant d'énergie pour condamner les utilisations criminelles chimiques de Tsahal contre la population en Palestine.

J'aurais aimé voir Stauffer demander au Président d'interrompre Weiss plutôt que de lui balancer un peu d'eau potable à 4 ou 5 mètres de distance.

J'aurais aimé voir Weiss se fâcher comme un vrai mec, ce qu'il n'est pas, et coller une bonne tarte à Stauffer.

J'aurais aimé voir tout le CG se taper dessus, comme dans un bon western ou comme dans un parlement coréen.

Biffez ce qui ne convient pas.

Écrit par : denise | 26/02/2012

OUI. le dysfonctionnements très graves existants belle et bien dans les présidences des commission et le détournement A TOUT VA DE L'ARGENT PUBLIQUE.
Dans la politique les tous ne sont pas pourris selon l'expression populaire, mais pli-tot ampechees dans leurs travaille dues a la majorités des votants. Sans soutenir qui que se soit je comprend la reaction brutale de STAUFFER. la majorités des élus sont pre-ocuper pare leurs propres interets sans memme se soucier de leurs concitoyens.

Écrit par : GORDANA | 26/02/2012

Pour mémoire Stauffer a été contrôlé par la gendarmerie genevoise en flagrant délit de conduite sans permis de conduire alors que celui-ci lui avait été retiré. Il s'agit là d'un délit passible au maximum de 3 ans de privation de liberté. Il nous apprend à la TSR qu'il n'a pas été condamné à raison de ces faits. Comment cela se fait-il ?

Relevons qu'une plainte pénale de Stauffer pour atteinte à l'honneur est, quand bien même elle serait fondée, vouée à l'échec. Le député Weiss bénéficie de l'immunité parlementaire pour ses propos, immunité dont on ne voit pas qu'elle soit levée par le parlement cantonal. Ce qui démontre que la majorité du parlement n'est pas civilisée. Au demeurant cette immunité n'est elle pas une atteinte disproportionnée à la sphère personnelle protégée par la Constitution fédérale et la CEDH dès lors que tous les débats sont télévisés en direct. Stauffer victime des biens pensants à Strasbourg ?

Écrit par : CEDH | 26/02/2012

Bonjour Monsieur DECAILLET,

S'il y a des élus qui se mouillent effectivement, il n'y a pas beaucoup de militants, je ne les blâme pas, mais moi, j'ai osé franchir le pas et dire que tout celà est indigne d'une République comme Genève, et de la démocratie aussi, alors même que non loin de nous, en Grèce, des députés doivent voter des plans d'austérité et que c'est le peuple qui lui descend dans la rue. Je crois qu'avoir dit ce que je pense au travers de mon blog : Grand Conseil : la séance de la honte est d'autant plus fort que je n'ai rien à y gagner, mais peut-être beaucoup à y perdre d'écrire ce que je ressens....
Cordialement,

Béatrice FUCHS

Écrit par : beatrice fuchs | 26/02/2012

Merci pour votre analyse. Vous semblez avoir une vision assez étroite du politique. Mais si c'est le cas,appliquez aussi cette vision à votre propre profession, Monsieur Décaillet, au journalisme, et ne vous constituez pas en moraliste ou faiseur de rois, ou alors... mettez-vous sur une liste électorale.

Écrit par : THEVOZ | 26/02/2012

Bravo Mr. Decaillet pour votre commentaire. Je me permettrais de rajouter que le PLR genevois en ce moment est descendu bien bas dans cette république, plus exactement les anciens Libéraux. Ils s'accrochent à leur siège de CE comme un enfant qui ne veux pas rendre son jouet. Cela en deviens pathétique. Cordialement.

Écrit par : Danièle C. | 26/02/2012

Copié/collé de mon commentaire posté sur le blog de Philippe Souaille qui a mis en ligne la vidéo de cet incident indigne de notre Parlement.

... Tout un chacun pourra se faire sa propre opinion sur l'ambiance qui règne lors des séances du Grand Conseil, chacun se rendra compte à quel niveau de déliquescence notre Parlement est tombé.

C'est indigne !

Indigne lorsqu'on sait tous les problèmes qui attendent des réponses urgentes à Genève : logement, sécurité urbaine, transport, etc.
Indigne pour les habitants qui ne trouvent pas à se loger, indigne pour les victimes d'agressions ou de cambriolages, indignes pour tous ceux qui rament toute la journée et sont bloqués dans les bouchons routiers ou qui sont coincés dans les transports publics, bus et trams dans lesquels sévissent les pickpockets !

Que des individus, indignes d'être appelés députés, monopolisent les séances, bloquent les débats pour faire leur propre spectacle au détriment du bien public, c'est proprement scandaleux !

La comédie a assez duré, il faut que cela s'arrête, la politique c'est sérieux, ce n'est ni du spectacle, ni des effets de manches et encore moins des invectives et des menaces.

" Laver son honneur " ???

Mais de quel honneur parle-t-on ici ? Seul celui qui est honorable peut l'invoquer pour lui-même.

Il y a dans ce Parlement des gens qui ont clairement franchis la ligne rouge depuis longtemps. Ils doivent en être bannis !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 26/02/2012

1. Affaire du scooter

Il est notoire que Stauffer a été interpellé par la gendarmerie au volant d'un scooter alors que son permis de conduire lui avait été retiré. Cela laisse entendre qu'il a commis un délit dont la peine menace est de 3 ans. Il affirme ne pas avoir été condamné. Qu'en est-il ? A-t'il bénéficié d'un passe droit non sollicité ? Etait-il en fin de compte innocent ?

2. Affaire de l'assistant parlementaire

Cette affaire ne concerne nullement Stauffer mais le MCG. De plus l'arrêt de la Cour administrative ne met en aucun cas en évidence un enrichissement personnel et illégitime de Stauffer. Les propos de Weiss sont donc pure calomnie. Si la diffamation (parler en mal, mal à propos) d'un homme politique doit être largement admise, la calomnie (parler en mal en articulant des faits faux) ne saurait l'être. Attaquer violemment Stauffer à la télévision en bénéficiant de l'immunité parlementaire est l'habitude de Weiss. Lancer un verre d'eau pour faire cesser la calomnie (et non pour s'en venger) est légitime défense parfaitement proportionnée et parfaitement licite. Prétendre le contraire est atteindre une fois de plus à l'honneur pénalement protégé de Stauffer.

Il est a relever que la majorité des biens pensants du parlement qui ne sont pas prêt à lever l'immunité parlementaire de Weiss ont une large part de responsabilité. Acculant Stauffer à se défendre lui même. En agissant parfaitement légalement Stauffer a démontré sa parfaite maitrise. Il a certes agit de manière inconvenante. Mais pas plus que les biens pensants qui accordent d'avance toute immunité à Weiss.

3. Affaire BCG

Le caractère illicite des écrits de Stauffer ont été reconnus par un jugement qui n'est pas définitif. Est-ce qu'une faute de Stauffer a été reconnue ? Poggia peut peut être nous le dire. En tous les cas rien de pénal.


4. Jean d'Hôtaux

Désolé je ne peux vous suivre. Dans cette affaire Weiss n'est pas tout ... blanc. Il a prétexté d'une motion d'ordre pour rependre son fiel sur Stauffer. Et au fond Weiss, le PLR, l'Entente, les biens pensants ont montré leur incapacité à régler les problèmes de la République. Ce qui ne veut évidemment pas dire que le MCG et Stauffer soient aptes à régler lesdits problèmes.

Écrit par : CEDH | 26/02/2012

Ce député Weiss, quelle chance qu'il n'ait pas été élu au Conseil national, malgré de nombreuses tentatives. Qui représente-t-il vraiment!! C'est bientôt la fin pour le parti libéral de Genève, incapable de faire élire des gens valables.

Vieux radical de souche, je ne peux plus suivre ce PLR à la dérive. Il est vrai que depuis le coup porté à M. Chr. Blocher, cet ancien grand parti qui a fait la Suisse moderne n'est plus du tout crédible et perd tous ses combats, si tant est qu'il soit encore à même d'en entreprendre.

Écrit par : simonius | 26/02/2012

Comme PA Gilliéron, je m'étonne que personne ne parle des graves accusations de corruption portées par Stauffer quelques secondes avant l'incident.
Certes, les propos de Mr Weiss étaient de la pure provocation et n'avaient certainement pas leur place dans les débats. Mais que dire des sous-entendus orduriers faits par Stauffer à l'intention de Mark Müller quelques minutes plus tôt ?
Il use et abuse des propos outrageants et de la provocation. C'est honteux de pratiquer la politique de cette manière.

Écrit par : Lulu | 26/02/2012

Petite analyse du matin de ce dimanche et de sa rédactrice Mme Ariane Dayer:
Si nous voulions une confirmation que nous ne vivions plus sur la même planète, la voilà !
J'ose une question de fond : Où sont Messieurs Maudet et Longchamp ?
Il est toujours intéressant que lorsque les choses vont mal on puisse voir à l'oeuvre un capitaine qui tient la barre. Ou se trouve le chef me demandais un ami zürichois qui avaient entendu Pierre Maudet à Zürich en compagnie de Mme Mauch.
Monsieur Maudet se permettait de croiser le destin des deux villes ! Un seul voyage à New York et une rencontre avec le maire de la grande pomme ne saurait être une solution. Et Monsieur Longchamp, il est plus que temps de cesser les intrigues byzantines ou florentines et de passer à l'acte et monter au front. On vous y attend depuis longtemps !
Les regrets sont vifs chez les militants de base et encore plus auprès de la population. Nos voisins vaudois doivent se marrer devant l'apéro, de nos commentaires du passé à leurs égards, mais que dire de nos camarades d'outre-sarine ! Heureusement que nous n'allons pas faire acte de subvention ce lundi matin à Berne !
Alors Messieurs Maudet et Longchamp, fini les théories, nous voulons voir des actes et pas un profilage de bas étage en prévision des élections.
L'affaire Mülller ne saurait être un prétexte pour vous défiler et assumer vos fonctions !
Mes vifs regrets de rester anonyme une fois de plus, pas le choix !!!

Le Matin dimanche de ce jour ! (leçon de modestie à prendre en compte)

Côté Grand Conseil, on se jette des verres d’eau à la figure en pleine séance. Côté Conseil d’Etat, on se bagarre avec le barman d’une discothèque. Pas de doute, ces dernières semaines, les politiciens genevois donnent le meilleur d’eux-mêmes. Une sorte de bande dessinée du pauvre, où la profondeur d’analyse de Popeye le dispute à la sérénité imperturbable de Joe Dalton. Qu’est-ce qu’on rigole. Le réseau des transports publics ne satisfait personne, le taux de construction 
de logements est le plus bas depuis la Seconde Guerre mondiale et on rigole. Tant mieux. 

Pendant ce temps, chez les Vaudois, on avance. Tout simplement. On prépare une élection au Conseil d’Etat avec des figures dont plusieurs ont été candidates au Conseil fédéral. On mène campagne sur le fond, sachant qu’elle pourra entraîner un changement de majorité aux répercussions importantes. La politique conçue pour réaliser, pas pour régler des comptes. Et les résultats sont là, budget tenu, nouveaux quartiers, métro, et bientôt un musée. 

Les pièges ne sont pas moins nombreux qu’à Genève, les Vaudois tentent seulement d’éviter de tout transformer en munitions débilitantes. Les conseillers d’Etat ont réussi à sauver, ensemble, une usine Novartis. Ils ont renoncé à s’envoyer les chiffres des exonérations fiscales à la figure malgré le contexte préélectoral. Une belle petite leçon de dignité. 



Écrit par : tempestlulu | 26/02/2012

"les propos qui ont mis le feu aux poudres."

La goutte d'eau qui a fait déborder le verre?


"Sinon Stauffer s'est rendu coupable de contrainte."

181? Vous plaisantez! Où est la contrainte? Nulle part. Tout au plus une voie de fait.

Écrit par : Johann | 26/02/2012

Je n'ai pas assisté aux débats, je n'ai fait que lire vos commentaires. Je ne sais pas si P. Weiss a provoqué E. Stauffer ou non et d'ailleurs peu importe : RIEN NE JUSTIFIE LA VIOLENCE. E. Stauffer n'avait pas à s'énerver de la sorte. Un minimum de savoir vivre serait vraiment bienvenue dans les milieux politiques genevois. Pour l'amour du ciel élevez le débat Messieurs !!! et je ne dis pas Mesdames car apparemment ce sont les seules à garder un peu de sang froid !

Écrit par : Kuner | 26/02/2012

J'ai, chiffres à l'appui, démontré le 24 janvier dernier à un de vos confrères de la presse écrite que le Parlement travaillait.
"Les trains qui arrivent à l'heure ne sont pas vraiment intéressants" paraît-il.
....que voulez-vous cher Monsieur comme l'écrivait le bon Antoine Blondin (que j'ai eu la chance de connaître) : "Un jour nous prendrons des trains qui partent".
.....tout passe......
ps1 : vendredi un train a déraillé.
ps2 : merci de vos conseils
ps3 : quelques accents républicains plaisants à lire dans votre billet
ps4 : je salue avec conviction le prosélytisme qui vous anime en faveur de la lecture de Charles-Albert

Écrit par : pierre losio | 26/02/2012

Mais qui est donc ce député que l'on voit sur la vidéo et qui est en fait le seul à faire preuve de violence physique?

Il arrive du côté gauche supérieur de l'écran et pousse fortement Stauffer qui a pourtant bien pris le soin en allant s'adresser à Weiss de placer ses mains derrière le dos pour montrer qu'il n'entend pas utiliser la violence physique.

Ce député non seulement pousse Stauffer, mais il s'en prend ensuite aussi à un député qui arrive derrière Stauffer sur la partie gauche de l'écran en le poussant à son tour.

Ce député videur qui est-il? N'est-il pas PLR?

Merci de nous informer M. Décaillet vous qui connaissez chaque député.

Écrit par : anonyme | 27/02/2012

Bon papier! Mais je ne suis pas sûre d'être d'accord avec vous concernant vos éloges décernés à Pierre Weiss. Député plus bruyant que bon. Totalement à côté de la plaque en ce qui concerne l'enseignement de la religion à Genève: la classe de ma fille commence les grands religions monothéistes et franchement, rien à redire, c'est un très bon cours de culture générale. Heureusement, Weiss n'est pas passé à Berne. Le mauvais côté des choses, cependant, est que nous le gardons à Genève...
Jusqu'à la prochaine législature...
Quant à Stauffer... sa carrière politique ne me semble pas près de se terminer.
Faut-il s'en réjouir ou s'en plaindre? En tous les cas, le barrage de députés énervés cherchant à mettre fin au duel et à le repousser était du plus grand comique, dans la tradition du grand guignol.

Écrit par : Amélie Roche | 27/02/2012

Vous savez quoi? j'ai arrêté depuis bien longtemps de regarder les retransmissions de ces débats auxquels je dois avouer ne pas comprendre grand chose et comme une fois sur deux les décisions seront contestées en référendum, je n'y vois aucun intérêt, ce sport national ne m'excitant pas outre mesure. En revanche, je dois dire prendre parfois plaisir à suivre l'Assemblée nationale française, endroit où à défaut de prendre des décisions marquantes, on pratique une joute oratoire qui m'égaye beaucoup. Sur le fond c'est le même cirque mais les tableaux de Duglu du dimanche sont des tableaux, ceux de Vincent van Gogh aussi, des tableaux. Dedieu Dedieu j'y crois pas, y'a un mec qui a balancé un verre d'eau sur la tronche d'un autre député, y devait manquer de tartes ou de farine....
@simonius PLR de votre avis, triste pour un parti fondateur de notre Pays moderne de tomber si bas mais la politique, ce sont les humains et notre PLR, depuis Delamuraz, on cherche et quand on trouve, Mme Keller-Suter, on évite. Allez comprendre.

Écrit par : piller | 27/02/2012

Voilà!!!

La gauche va prendre la majorité au Conseil d'Etat pour la fin de la législature.
Merci M. Weiss, mais vous ne serez pas élu au Gouvernement cantonal pour arrondir la médiocrité de votre pension de fonctionnaire des Syndicats patronaux rebaptisés en un terme qui ne veut plus rien dire. Avec votre parti PLR totalement déliquescent, vous tenterez de survivre en osant présenter un candidat à l'élection complémentaire; mais quel qu'il sera - et encore plus si c'est le petit Maudet de la Ville de Piogre - il n'a strictement aucune chance de passer. D'autant plus que vous ne pourrez guère compter sur le louvoyant PDC (attention pour lui, le PFU risque d'être éjecté au renouvellement prochain selon l'attitude de son parti!) et pas sur les voix UDC avec des alliés tels que Weiss et consorts. Vivement que ce dernier prenne aussi la porte de sortie, il n'est qu'un destructeur de la droite genevoise, qui, elle, est encore majoritaire dans le peuple.
Alors, on va bien rire avec le reste des stratèges du PLR qui montreront leur incapacité à dominer le débat politique et à faire élire des élus compétents de droite. Ils finiront par laisser aux crypto-gaucho-communistes le soin de ruiner le canton (peut-être un pas si mauvais calcul électoral à une distance de 20 ans!!!)

Écrit par : simonius | 27/02/2012

Bravo à M. Decaillet dont j'apprécie toujours le style. M. Weisse n'est plus digne de faire partie de ce Grand (?) Conseil par ses propos outranciers mal placés. J'aimerai qu'en tant membre de la LICRA, il déploie la même énergie pour sigmatiser les agissements d'Israel envers les Palestiniens.

Écrit par : Nogarède | 27/02/2012

Si le PLR était au courant de la démission prochaine de Monsieur Mark Muller, la provocation de Monsieur Weiss pourrait n'avoir été qu'une stratégie afin d’affaiblir la candidature prévisible de Monsieur Stauffer au Conseil d’État ?

Écrit par : lulu la nantaise | 27/02/2012

M. Décaillet,

Désolé de revenir à la charge, mais qui est le député de mon message précédent qui est le seul à faire preuve de violence et dont absolument personne ne parle.

Dans cette engueulade c'est la vraie révélation et vu que tout a été filmé il n'y a aucune raison que son nom ne soit pas révélé.

Écrit par : anonyme | 27/02/2012

D'accord Pascal Décaillet, nous voulons des politiciens qui se mouillent mais je souhaite qu'il le fasse avec classe au parlement pour l'exemple. Quitte à s'expliquer à l'ancienne lors d'un duel sur le pré !
Jean-François Duchosal

Écrit par : Duchosal | 27/02/2012

Les commentaires sont fermés.