15/03/2012

La Mémoire et l'Amer

 

Sur le vif - Jeudi 15.03.12 - 15.24h

 

Depuis l'aube de mon âge, avant même que je ne lusse Tocqueville, il me semblait avoir appris que les libéraux aimaient la concurrence. Ce goût pour la compétition, je le partage. Eh quoi, battons-nous, soyons les meilleurs, lisons Darwin, imposons-nous, dispensons tout de même quelque aumône, puisque nous ne sommes pas des brutes. Et survivons !

 

D'où mon étonnement en découvrant, à 14.52h, un communiqué signé des huiles les plus vinaigrées du PLR, pour pleurer comme peleurs d'oignons, toute moutarde bue et grimpant jusques au nez, face à l'immonde décision de l'ignoble Laurent Seydoux d'oser se présenter au Conseil d'Etat. « Il va nous faire de l'ombre ! ».

 

Peu averti dans l'observation de la chose politique, à vrai dire éternel novice, il me semblait que le principe même d'une élection était d'opposer des candidats les uns aux autres. Et que le corps électoral, au suffrage universel, un beau dimanche, tranchait.

 

Les Verts libéraux ayant décidé de vivre leur propre aventure, reste au PLR une solution : aller frapper, tel la cigale, à la porte de ce parti que Pierre Maudet, il y a un an encore, pour passer en Ville et plaire à une partie de la gauche, n'évoquait que botté et casqué, brunâtre, nauséabond, en route vers Nuremberg en chantant la Chevauchée de la Walkyrie. Ce parti s'appelle l'UDC. A-t-il de la mémoire ?

 

Pascal Décaillet

 

15:24 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Attendons nous la suite, on verra le résultat! merci pour le billet

Écrit par : faire part | 15/03/2012

Bonnes remarques que vous nous délivrez au travers de ce billet.
Que se passe-t-il au PLR pour pleurer de la sorte, la confrontation d'idées ferait-elle trembler certaine personne ?
J'ai peine à voir ou lire cette attitude qui appartient au passé et qui ne favorise pas le candidat du PLR. Le candidat est-il mal entouré ? Ou n'est-il lui même plus maître de la situation ?
Le divergences que l'on peut entendre au sujet du candidat PLR, même à l'interne font, ou devrait, faire réfléchir le principal concerné et sa formation.
Il me semble que cet écart de communication devrait être revu, surtout lorsque l'on souhaite réunir de manière électoraliste tel que Monsieur Maudet l'a fait à la Ville.
Nous ne sommes pas sortit des turbulences !

Écrit par : tempestlulu | 15/03/2012

Au crépuscule de ma jeunesse, après avoir lu Girard et Lévi Strauss, je compris que la compétition entre individus( caractéristique de notre "modernité") ne naissant que d'un désir mimétique qui nous empêchait d'accéder à la plénitude de notre propre individualité. Construction de soi et amour propre m' empêchant de devenir une brute, je me dispensais d'interpréter Darwin dans un sens politique et social, pour ne voir en lui que le théoricien de l'évolution des espèces et non pas celui des sociétés.
Pour la peste brune, nous sommes d'accord....

Écrit par : Ulises Nobody | 15/03/2012

"La marée je l'ai dans le coeur
Qui me remonte comme un signe
Je meurs de ma petite soeur
De mon enfant et de mon cygne..."

L.F.

Écrit par : matthieu | 15/03/2012

Très juste. Ce parti a le droit de disputer la course même s'il n'a absolument aucune chance de gagner. De même, l'UDC pourrait aussi concourir, quoiqu'un obscur "accord" électoral passé pour l'élection du procureur général lui garantirait une "entente" au prochain renouvellement du Gouvernement cantonal et qu'il serait dès lors du plus mauvais goût de mobiliser les électeurs de l'UDC pour un éventuel candidat lui aussi dénué de toute chance de succès.

Il n'en reste pas moins que le petit Maudet ne fera guère de voix chez les électeurs de et proches de l'UDC, vu ses actes passés et, à coup sûr, futurs s'il était élu. En conséquence et n'en déplaise aux vieux crocodiles libéraux, la non-élection de Maudet est déjà assurée et sera de bon augure pour un retour à une majorité bourgeoise en 2013, mais sans ce trublion qui continueras de manger son pain noir en Ville, tristement mais si bien minorisé par les quatre crypto-communistes et arrivistes de la gauche caviar.

Peut-être que dans ce cas-là, il jouera dans dix ans moins perso pour sa propre survie économique et aura réellement démontré des capacités de chef ou se sera dégonflé comme les baudruches habituelles que désigne le PLR pour le Gouvernement cantonal.

Je prends les paris, honorifiques, dès maintenant.

Écrit par : simonius | 15/03/2012

Pascal, la politique n'est pas un jeu de petits chevaux dont vous jetteriez les dés. Elle consiste à faire élire les gens les plus compétents possibles pour gérer le moins mal possible les affaires de la cité. Et pour la personne qui vote, de choisir parmi les papables celle qui se rapproche le plus de ses idées, de ses aspirations, de sa manière de voir la société.
M. Seydoux n'est pas un papable, dans la mesure où il n'a aucune chance d'y arriver. Au mieux, il fera 5% (et je suis généreux), tout le monde le sait, y compris les membres de son parti. Et d'ailleurs ils le disent. Par ailleurs, en matière de ligne politique, j'ai franchement du mal à voir la différence d'avec Pierre Maudet. Qui n'est pas encore désigné, soit dit en passant.
Stauffer n'a aucune chance non plus, car il fera mathématiquement moins de voix que la gauche unie, et très probablement moins que le représentant de l'Entente (le PDC ne présentant personne). Il en fera aussi, j'en suis persuadé, moins que le candidat du PLR, quasiment quel qu'il soit.
Ce dernier a une petite chance de battre la gauche unie, qui augmente ou se réduit selon le ou la candidate qui lui sera opposé et bien sûr selon la personnalité du candidat qui sera retenu mercredi prochain. Maudet est très probablement celui qui a les meilleures chances. Mais pour battre la gauche, il faut que le PDC, les Verts Lib et toute la partie raisonnable de l'UDC vote pour lui. Sans accord particulier, de toute manière c'est ça ou le PS ou Stauffer... Entre Charybde et Scylla...
Y aller avec l'UDC, dans le cadre d'un accord, mais sans les Verts Lib serait suicidaire et ne ferait sans doute que déplacer des voix d'une partie de l'électorat PLR vers les Verts Lib... Du moins est-ce là mon avis personnel.

Écrit par : Philippe Souaille | 15/03/2012

A force de se disperser, les droites les plus bêtes du monde ouvrent, au scrutin majoritaire, des boulevards à la gauche unie dans tous les cantons, surtout depuis que le PDC gîte nettement à gauche... Cela ne sert à rien de pleurer et de lancer des communiqués de presse après coup, c'est en amont qu'il faut nouer des alliances, négociées, et partir unis en campagne électorale ! La gauche l'a bien compris et engendre succès sur succès : pensons au Conseil des Etats VD, FR, GE, au Conseil d'Etat VD, au Conseil Administratif GE, entre autres ! On peut donc prédire sans grand risque, et malgré toutes les qualités de M. Maudet, un boulevard pour un de ses contradicteurs socialistes !

Écrit par : A. Piller | 15/03/2012

...le problème est que l'UDC est un parti incapable de jeter des ponts avec d'éventuels alliés du centre ou du centre droit. Les instances dirigeantes de l'UDC ne cessent d'insulter tous ceux qui ne sont pas alignés couverts sur l'aile zurichoise. Il suffit d'observer Voiblet dans le canton de VD. Quand il invective, il plait aux quelques ruraux UDC, sorte de vaudois germanisés. Quand il se la joue ouvert au centre droite, plus personne ne le croit et les ruraux vaudois germanisés ne le comprennent plus !

Ah la politique, c'est compliqué. A Genève, nous vivons le même paradigme avec l'UDC genevoise.

Écrit par : Galileo | 15/03/2012

Les commentaires sont fermés.