16/03/2012

J'aime pas les mous !

 

Chronique publiée dans le Nouvelliste - Vendredi 16.03.12

 

Me revoici à vous parler de François Bayrou ! Décidément, l'homme m'impressionne, sa candidature me touche. Je ne reviendrai pas ici sur la texture humaine, mais sur la chance inouïe, avec ce programme, de réinventer un champ politique totalement broyé par la Cinquième République. Je ne dirai pas « le Centre », parce que j'ai toujours haï ce mot, mais je dirai la démocratie chrétienne française, naguère appelée MRP. A laquelle, dans la galaxie Bayrou, il convient d'ajouter une partie (par les ralliements) de cette très grande famille politique française, celle de Clemenceau, d'Herriot et même de Mendès France, que fut le parti radical. Deux galaxies, non pas éteintes, mais profondément éclipsées par la machine bipolaire de la Cinquième.

 

Parlons du « Centre ». Ce ne sont pas les idées des centristes qui me dérangent ! Non. C'est cette manière, chez pas mal d'entre eux, de se poser au milieu, entre la droite et la gauche, et de dire, avec une bonasse tranquillité joufflue : « Ben voilà, je suis au centre ». Cette posture, en M. Homais, le caricatural apothicaire de Madame Bovary, a quelque chose d'insupportable. Elle sublime l'opportunisme, érige le slalom en remplaçant officiel de la ligne droite, sécrète la compromission en valeur suprême : non, non et non ! Non qu'il faille, avec la raideur d'un monolithe, être totalement de droite, ou de gauche. Mais enfin, j'aime les politiques, de n'importe quel bord, qui fondent leur action sur des VALEURS. Et non sur la simple ductilité passagère de l'occasion.

 

La puissance d'un Bayrou, c'est qu'il ne transige pas avec ses valeurs. Il ne dit pas : « Je suis au centre », mais « Voici ce que je suis. Me voilà, face à vous, avec mes qualités, mes défauts, l'enchevêtrement de mes racines ». Il ne se définit pas comme un intermédiaire (cette euclidienne stupidité du mot « centre »), mais énonce ce qu'il est, à prendre ou à laisser. Avec son sale caractère, ce côté tête de lard, bourru, j'ai toujours aimé ces gens-là. J'aime pas les mous ! En cela, il renoue avec les grandes figures MRP (sa famille) ou radicales de la Troisième et de la Quatrième Républiques. Sans donner le moindre signe de renoncement, bien au contraire, il redonne vie à une conception très ancienne du dialogue politique français, mélange d'écoute et de convictions, profondément ancrée dans la province de ce pays. Et je me demande si cette posture n'est pas un peu celle de nos politiciens vaudois ou valaisans, surgis de la vigne ou des terres céréalières, où on discute. On s'engueule sur la politique, mais au fond on se respecte. On partage une même terre. Et on boit les mêmes verres. Chez un Darbellay, un Nantermod, un Tornare, et bien d'autres de chez nous, je reconnais des similitudes avec Bayrou. Tellement loin de Paris ! Mais tellement plus justes que l'arrogance, parachutée de tout là-haut.

 

Pascal Décaillet

 

10:58 Publié dans Chroniques éditoriales Nouvelliste | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Merci, vous m'avez convaincu! Je vais aller boire un verre, à la même table, avec Darbellay et Tornare...Les deux extrémités étant occupées, Je me placerai au centre.

Écrit par : Ulises Nobody | 16/03/2012

Bonjour Monsieur,

Puis-je me permettre cette question: pourquoi tant d'allergie politicienne à François Bayrou et tant de yeux doux à Nicolas Sarkozy? Est-ce parce que la politique a perdu en honnêteté ce qu'elle a gagné en duplicité, agressivité, hypocrisie, et mensonges?

J'ai lu il y a quelques jours un billet dans le "Matin Orange" à propos d'un des "derniers candidats humanistes" naviguant dans les eaux politiciennes helvétiques. Cela m'a fait bondir. "Le dernier des Mohicans" comme la disparition de la Civilisation. C'est quoi ça? Etre humaniste serait-il d'un autre temps, d'autres moeurs, il y a 30 ou 40 ans quand des Jean-Pascal Delamuraz ou des Gilles Petitpierre faisaient les beaux et grands jours de la politique humaniste? Il faut redonner un cour sur "Les humanités" à vos confrères et consoeurs, Monsieur Décaillet. Car ces journalistes sont en train de se moquer de la fibre républicaine et démocratique en privilégiant l'ultra-libéralisme et la castagne à venir si rien n'est fait pour recentrer le débat avec des hommes de convictions, des hommes XXL aux épaules larges et au coeur tendre.

Bonne journée à vous.

Écrit par : pachakmac | 16/03/2012

Je vous ai déjà pronostiqué que M. Bayrou ne dépasserait pas les 9 % au premier tour de la présidentielle. Je ne pense pas me tromper, surtout en voyant l'affable rougeaud Hollande commencer à perdre les pédales et à suçoter le discours des valeurs du socialisme à la française dont aucune n'est réellement citée si tant est qu'elles existent autrement que dans la logorrhée de ses imprécateurs.

Pour en revenir à votre idole, qui pour moi n'est rien d'autre que l'archétype du démocrate chrétien mou, donneur de leçon et maître d'école (ce qu'il fut naguère en qualité d'agrégé de grec et philosophie!!), ayant une certaine vision mais qui, comme ses "coreligionnaires" suisses, ne mène qu'au chaos dans la cité, à l'inaction devant les défis économiques pour lesquels une approche trop copiste des textes formateurs allant de "rerum novarum" par "populorum progressio" à "caritas in veritate", je ne le vois pas réformer réellement le Pays de France qui en a tant besoin.

Quant à assimiler M. Bayrou aux rad-socs et probables francs-maçons Edouard Herriot (47 ans maire de Lyon avec 2,5% des voix pour son parti!) et Georges "Clemenceau" dit le tigre, il y a là un pas que vous faites un peu vite, toutes les présences francs-maçonnes n'étant pas si connues dans le grand public!!

Si l'objectif de M.Bayrou est de faire chuter Sarkosy (comme Darbellay avec Chr. Blocher), alors le mou et dangereux Hollande aura tout loisir de finir de ruiner la France. Alors-là, sera-t-il encore un grand démocrate-chrétien si c'est cela qu'il veut, cet orgueilleux et présomptueux pyrrénéen, la gauche si ce n'est lui-même. Pauvre parti démocrate d'inspiration chrétienne.

Écrit par : simonius | 17/03/2012

Bonsoir !
Et ben moi, Cristal, j' suis molle et nerveuse à la fois...
Dur dur d' aimer et/ou de ne pas aimer dans ces conditions.
Vous pourrez le constater en lisant mes commentaires sur le blog de pachakmac.
Car le handicap ça existe et aussi à vif.
Bonne soirée, cher monsieur dans le vent de Bayrou.

Écrit par : Cristal Gagnante | 17/03/2012

http://youtu.be/bUW-JnLPJ7U

Écrit par : Paul Bär | 21/03/2012

Les commentaires sont fermés.