12/04/2012

2500 francs pour tous : le pour et le contre

 

 

Je poursuis ici ma série d'entretiens avec le jeune écrivain Grégoire Barbey. Notre sujet, aujourd'hui: l'initiative populaire réclamant un revenu minimal de 2500 francs par mois pour chaque personne, active ou non, vivant légalement en Suisse. Publié le jeudi 12.04.12, 14.26h.

 

 

GB - Monsieur Décaillet, seriez-vous à ce point opposé à l'autonomisation de vos semblables ? Pensez-vous donc qu'un revenu de base inconditionnel soit défavorable à la population ? Mais dites-moi, seriez-vous un fervent adepte du darwinisme social - ou seuls les plus forts et les plus aptes peuvent survivre ? La loi de la jungle, sans État ?

 

PaD - Entre 2500 francs par mois pour tous, parachutés par l'Etat, et le darwinisme social, il y a peut-être un entre-deux, non ? Autant je suis favorable à ne laisser personne sur le bord du chemin, à aider les plus faibles, à financer par l'impôt l'Etat social, autant ce « revenu inconditionnel » me semble délirant. Je le condamne au même titre que j'ai toujours condamné, de l'autre côté de l'échiquier, la spéculation : l'argent doit provenir du travail, du mérite, de l'effort, pas du ciel.

 


GB
- Voyez-vous ça ! Qui parle de ne point travailler ? En tout cas, l'initiative ne fait nullement référence à une quelconque possibilité de cesser toute activité professionnelle pour vivre avec la faible somme de 2500 francs par mois. Au contraire, qui, à Genève, pourrait se permettre ce luxe ? L'argent n'est pas une fin en soi, il n'est qu'un moyen, vous dis-je !

 

PaD - Le texte est clair : 2500 francs par mois, qu'on travaille ou non. 2500 francs, juste parce qu'on existe. Pour ma part, je travaille depuis l'âge de vingt ans pour gagner ma vie, puis celle de ma famille, puis pour financer mon entreprise. Sur le bénéfice qui me reste, à la fin de l'année, une fois payées toutes les charges, je trouve tout à fait normal de payer des impôts. Et ces impôts financent l'Etat social. Pour la protection des plus faibles, à laquelle je suis attaché. Mais pas pour une sorte « d'allocation d'existence », au reste impossible à financer. A ce texte-là. Je voterai non.

 

GB - J'entends bien vos doléances, Pascal. Pour ma part, je conçois la libéralisation des individus et leur droit à la dignité. Celles et ceux qui ne peuvent pas, pour des raisons diverses et variées, travailler de la même façon que vous ne doivent pas pour autant subir l'humiliation d'un capitalisme sauvage. De surcroît, je suis ouvertement favorable à la réduction de l'administration sociale, et donc restreindre la bureaucratie dans notre pays, moins de paperasse et plus d'efficacité pratique. C'est ça, pour moi, une société qui fonctionne !

 

PaD - Je déteste le capitalisme sauvage, le dénonce depuis 25 ans, crois en l'Etat comme régulateur des inégalités. Pour les plus faibles, les infirmes, les personnes âgées ne pouvant pas tourner, et d'ailleurs aussi les jeunes en formation, c'est entendu : il faut les aider. Mais les autres, ceux qui ont la santé, la force de l'âge, leur dignité, c'est justement par le travail (entre autres) qu'ils pourront l'arracher. Je crois à la philosophie du travail, ce qui me rapproche à la fois des radicaux et des socialistes. J'ai vu la génération de mes parents, de mes grands-parents, en Valais, s'affranchir par le travail. Je les respecte infiniment. Ils ont construit la prospérité d'aujourd'hui.

 

GB - Mais alors nous sommes sur la même longueur d'onde. Oui, le travail peut permettre de s'épanouir, j'y crois également. Toutefois cette initiative n'occasionnerait pas soudainement l'arrêt, même momentané, de travailleurs. Lisez l'étude du Professeur Dr. Friedrich Schneider, directeur d'étude et professeur de l'Université Johannes Kepler de Linz, en Allemagne. C'est très instructif, et cela met fin à la désinformation sur les conséquences de ce Revenu de Base Inconditionnel !

 

 

PaD - Je la lirai volontiers. Chacun, en Suisse, a le droit de lancer une initiative. Si celle-ci obtient les cent mille signatures, le peuple et les cantons voteront, et c'est très bien. Et, si elle est acceptée, elle devra être appliquée. Mais j'ai la certitude qu'elle sera balayée. Le peuple suisse se révèle, sur ces questions-là, d'une étonnante maturité : il refuse les baisses d'impôts, ou même deux semaines de vacances supplémentaires. Il a intégré, profondément, la corrélation travail-mérite-argent. Cela n'en fait en aucun cas un peuple égoïste : le même corps électoral a permis, depuis la guerre, la création d'un Etat social que beaucoup nous envient.

 


Grégoire Barbey + Pascal Décaillet

 

 

 

14:26 Publié dans Dialogues grégoriens | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"Mais j'ai la certitude qu'elle sera balayée. Le peuple suisse se révèle, sur ces questions-là, d'une étonnante maturité : il refuse les baisses d'impôts, ou même deux semaines de vacances supplémentaires. Il a intégré, profondément, la corrélation travail-mérite-argent. Cela n'en fait en aucun cas un peuple égoïste : le même corps électoral a permis, depuis la guerre, la création d'un Etat social que beaucoup nous envient."

Cette richesse nécessaire à créer cet Etat social que beaucoup nous envie, s'est faite à travers le rôle que la Suisse, le CF (en fermant les yeux) et les personnalités PLR et autres UDC (Blocher, Merz...) ont joués et continuent de jouer dans les trafiques avec les régimes racistes de l'époque en Afrique du Sud notamment en contournant l'embargo décrété par l'ONU, en investissant à tour de bras, se livrant au commerce des armes et sombrant dans d'inavouables magouilles politico-militaires entre services de renseignement.

Aujourd'hui c'est pas mieux question néo-colonialisme suisse : extraction de matières première, négoce de métaux précieux, spéculation sur les denrées alimentaires, brevets sur les médicaments, accaparement des terres pour nourrir les voitures plutôt que les humains, etc. sans compter l'évasion fiscale, et l'asile accordé aux fortunes mal acquises des dictateurs : tout cela participe à l'enrichissement que vous attribuerez, M. Décaillet, à la sueur du labeur des travailleuses et travailleurs suisses qui n'aiment pas les vacances.

Un peu facile.

Écrit par : Julien Cart | 12/04/2012

c'est amusant : on se veut contre le capital ( -isme pour faire sérieux!) mais on réclame de l'argent comme ça pour tous ! Il va tomber du ciel bien sûr ... mais il est vrai que cela ne serait pas du capital, cherchez la nuance !
Entièrement d'accord avec Pascal Décaillet .

Écrit par : uranus2011 | 12/04/2012

Je ne suis pas contre le capitalisme, si vous lisez bien. Je suis opposé à son application sauvage.

Écrit par : Grégoire Barbey | 12/04/2012

"PaD - Le texte est clair : 2500 francs par mois, qu'on travaille ou non. 2500 francs, juste parce qu'on existe."

Malheureusement vous parlez d'un texte que vous n'avez manifestement pas lu. Il n'est pas fait mention du montant. L'initiative ne fait que stipuler que ce revenu "doit permettre à l’ensemble de la population de mener une existence digne et de participer à la vie publique" !

Voir le texte ici : http://www.admin.ch/ch/f/ff/2012/3905.pdf

Écrit par : Julien Cart | 12/04/2012

2'500.- par mois font polémique ? regardez le problème différement!

Il y a quelques années je travaillais dans une Etude de Notaire. Autant le dire l'une des plus grandes du canton avec de la grosse clientèle internationale. J'ai été engagé (sans bronché) à Fr 3'500.- par mois. Après un 1 ans j'ai demandé un petit plus qui m'a été refusé. Mieux encore le patron a préféré me licencier avant que je trouve ailleurs. En allant m'inscrire au chomage je fis mon petit calcul qui est : 70% de mon dernier salaire soit Fr.2450.-

Hors il y a un minimum au chomâge qui est de 140.- journalier. Le nombre de jour ouvrable sur un mois est entre 21 et 22 voir 23 jour.
Disons 22! 22*140= 3080.-

Comprenez-vous le problème de ce minimat ? il est en dessous du minimum chomage...

@ Monsieur Decaillet

Suite à cet événement je vous avais appellé par téléphone pour chercher une place de pigiste. Vous avez été d'ailleurs super sympa et alors qu'il faut le dire je vous demandais à vous des renseignements. A cette époque ou je travaillais dans la branche juridique j'alignais les heures supplémentaires, préparais des contrats de plusieurs millions et traité avec des personnes internationales très connues. Les 3'500.- payé par mois reflétait-il mon effort ? Mon patron se cachait derrière des conventions qui lui permettait de faire le radin. Malgré tous les recours au prudhom qu'il a perdu cet homme persiste et signe. Il serait temps de forcer ses gens là de mieux traiter leur personnel!

Écrit par : plume noire | 12/04/2012

3.500.- par mois en étant juriste ??? Aïïïeeee ! Mais c’est le salaire brut d’une caissière à la Coop qui me disait justement avant-hier, que depuis qu’ils ont supprimé la machine à timbrage, on ne lui paie plus ses heures supplémentaires et que si elle refusait de les faire, ça serait la porte car les frontalières sont très « flexibles » là-dessus et encore moins chères !

Il est là le problème ! Le travail n’est plus valorisé et les droits des travailleurs sont bafoués tous les jours ! Elle est là aussi l’humiliation d’un capitalisme sauvage et il faut cesser de s’en prendre aux personnes dans le besoin car limiter l’accès à la dignité de 2.500.- par mois parce que, soit-disons ça créerait des faignants, est une incongruité ! C’est le système lui-même qui est responsable de cette situation !

Quand aux aberrations de la LACI qui pénalise la moindre initiative personnelle de réinsertion pour économiser sur la tête des plus démunis et tous ces services qui se court-circuitent mutuellement, ils ne font que pérenniser les situations précaires au lieu de les résoudre.

PS : Vous connaissez la dernière ? Pour les chômeurs de longue durée, impossible de reprendre des études universitaires car ils leurs coupent le minimum vital (2.150.-) au bout de trois mois car ils seraient considérés comme « indépendants… » et ceci même si une fondation privée prenait en charge les frais universitaires ! Voilà ce qui s’appelle du court-termisme social ! Comment voulez-vous que les gens réussissent à rompre ce cercle vicieux sans fin ? Et comment vont-ils se réinsérer un jour ???

Écrit par : Barbie Holy Spirit Evita | 12/04/2012

imaginons une famille : deux grands parents, deux enfants mariés et 4 petits enfants...on arriverait - sans travailler- à un revenu global de 25ooo Fr par mois qui tomberaient du ciel! on nage en plein délire car - à ce moment là un travail pourrait être rémunéré par des 'peanuts' abaissant les salaires (donc les sources de financement )

Écrit par : uranus2011 | 12/04/2012

7 millions d'habitants à 30'000 Fr par an cela fait ... 210 milliards par an à trouver quelque part (évidemment ce n'est pas une notion capitaliste, hmmm)

Écrit par : uranus2011 | 12/04/2012

Les chiffres avancés par les initiants sont 2'500,- pour tous résident-e-s en Suisse et pour les enfants, la moitié. 210 milliards de francs par année, ce qui représente 1 tiers du PIB de la CH. Le financement : la somme correspondante dans les assurances sociales existantes (ex : l'aide sociale serait totalement reversée) d'une part, et par une forme d'imposition à choisir d'autre part : compensations/impôts, soit sur la consommation, soit sur le revenu ou autres (p.ex. énergie); ou même sur l'imposition des entreprises (au niveau fiscal, les bonus fiscaux engendrés par certaines entreprises ne sont plus justifiables, au niveau des profits - pas moins) : normalement, ce sera une forme mixte de financement.
C'est donc tout à fait réaliste.

Écrit par : Julien Cart | 12/04/2012

@Barbie

Non pas juriste employé de commerce clerc de notaire junior. La plus agées des anciennes apprentis avait 26 27 ans et dépassait à peine les 4000.- Elle devait avoir genre 4'150.-.

@uranus

210 milliard auquel on soustrait les rentrées faites dans les entreprises grâce aux bons employés dociles. L'Etude ou j'étais devais bien encaisser 1 million par mois tous notaires confondus. Le loyer était compenser d'avance par les légalisation de signature. Mais chaque année la pilule passait bien car une "sortie d'entreprise" dans de grand palace faisait oublier cette injustice.

La morale de cette histoire c'est qu'une année plus tard j'ai travaillé à nouveau dans le domaine et j'ai réclamé les 4'500.- que je pouvais demander. Je n'ai même pas eu à me battre pour les avoirs. Tout dépend du patron s'il est juste ou pas. Malheureusement, il arrive souvent qu'ils soient plus proche de leur portemonnaie. Mais comme je dis cela dépend de l'individu.

Écrit par : plume noire | 12/04/2012

"l'initiative populaire réclamant un revenu minimal de 2500 francs par mois pour chaque personne, active ou non, vivant légalement en Suisse."

...qu'elle soit riche ou pauvre, en santé ou malade, qu'elle vive seule ou en communauté.(..) Lancée par le vice chancelier O. Sigg." Il doit lui manquer 2500 francs pour "arrondir" ses fins de mois!

Cerise sur le gâteau: "Pour trouver les milliards nécessaires, le comité d'initiative propose de puiser dans les prestations sociales - BEN VOYONS! - ainsi que dans les coûts salariaux."(Communiqué Télétext.)

Quelle aberrance! Une manne de 2500 francs pour nos milliardaires.... de quoi s'étouffer de rire!

Nous ne sommes plus à une singularité près dans cette époque de folie.

Ce sera NON!

Bonne soirée

Écrit par : Patoucha | 12/04/2012

Fr 2'500,- moins lamal Fr 400.- total Fr 2'100.- à 1.20 = Euro 1'750.-
Une adresse à genève, une assurance lamal, et un billet easy jet pour euhhhhh j'hésite je commence par la corse ou les iles grecques ?
Mais voui Julien vous êtes réaliste, mais soyez plus combatif essayez d'obtenir Fr. 3'500.-/ Euro 3'000.- ne soyez pas ric-rac !

Écrit par : tc | 13/04/2012

C'est assez simple à mettre en place. Vous achetez des imprimantes et vous imprimez des billets, les distribuez à hauteur de chf 2500.-/mois comme proposé. C'est pas légal? broutille et ne me dites pas que les commerçants n'accepteraient pas de billets de Monopoly, ça serait d'un mauvais goût...MDR

Écrit par : pierre piller | 13/04/2012

pourquoi les gauche veulent toujours couler les pays en Europe? ils veulent toujours suivre le chemin de Grèce ou quoi? gagner sans travailler, quel utopie!

Écrit par : lil | 25/04/2012

Je signe inconditionellemnt, ca mettra fin a l abus et a la dependance d'un bon vouloir d'un fonctionnaire. Ayant payee de gros primes accident impots et autres quand on a m a ecrase en voiture au lieu de m aider les assurances m ont envoye une dizaine de juristes pour eviter de payer et j ai ete juge par une commission d AI qui a falsifiee des documents et a fait des parjures au tribunal. Cette commision a ete supprime maitenant. Moi je m en sors sans aide mais y a des gens qui n arrivent pas et qui doivent se mettre a genoux chaque mois aux services sociales. En plus ca economiserait des frais, deja rien que par le fait que une bonne partie des employees d etat deviendrait inutiles.
On veut diminuer les rentes AI a 1200 Fr. pour in invalide de 70 % mais on verse chaque mois de l argent aux propietraies de vaches (d herens) ? Franchement!

Écrit par : Lugosh | 11/05/2012

Les commentaires sont fermés.