20/04/2012

Maudet : le sel républicain de l'aventure

 

Sur le vif - Vendredi 20.04.12 - 15.35h

 

Il y a quelque chose de fort dans la candidature de Pierre Maudet : le goût salé de l'aventure. Là où le Maire de Genève a tout à perdre ! Il est évident, pour qui sait compter, que Mme Emery-Torracinta, avec derrière elle une gauche unie, est la mieux placée pour le 17 juin. Evident que M. Stauffer va se battre comme un lion. Evident que M. Seydoux grignotera des voix à Maudet. Evident que les UDC n'ont pas oublié d'avoir été traités, il y a un an, comme des abrutis. Evident qu'au sein même de ce nœud de vipères appelé « PLR », d'aucuns, pour de noires raisons de rancœur et de rancune, sanctionneront l'éternel jeune premier de la politique genevoise. Bref, beaucoup d'évidences. La promesse d'une addition très dure. Pour Anne-Emery-Torracinta, un boulevard.

 

Justement pour tout cela, parce que c'est incroyablement risqué, la candidature Maudet, qu'on y soit favorable ou non, mérite le respect. Il aurait pu ne pas y aller. Rester peinard à la Ville, ne surtout pas se mêler à une compétition électorale où on ne peut pas dire que l'étiquette « PLR » soit le label le plus porteur : c'est à peu près comme se déclarer bonapartiste au début de la Restauration de 1815, au moment où les emperruqués de Louis XVIII règlent les comptes !

 

Oublions ce sigle, « PLR », qui ne veut pas dire grand-chose. Revenons aux fondamentaux : les radicaux, les libéraux. Les premiers, après la non-réélection de Gérard Ramseyer, en 2001, ont touché le fond. Deux hommes, il faut le dire, ont sauvé ce vieux parti de la disparition : François Longchamp au Canton en 2005, Pierre Maudet à la Ville en 2007. Ce mérite, en aucun cas, ne saurait leur être contesté. Seulement voilà : quand on accède au pouvoir - tous les pouvoirs du monde - le risque de l'abus, celui de l'arrogance aussi, celui de l'isolement dans une tour d'ivoire, celui de n'écouter que ses courtisans, est immense. Même Maudet, à certains moments (la campagne du printemps 2011 pour sa réélection) y a cédé. C'est ainsi : le pouvoir, lorsqu'il n'assoupit pas, corrompt.

 

En ce sens, l'élection complémentaire, qu'elle soit gagnée ou non le 17 juin, est peut-être la grande chance de Pierre Maudet. Ramasser, à terre, le foulard. Relever le défi. Repartir au combat. Non pas ce jeu de dupes d'il y a un an, en Ville, avec ce trio de co-équipiers si singulier, mais Maudet seul, Maudet contre tous. Contre la redoutable machine de guerre de la gauche (l'équipe est déjà en ordre de marche, et Anne Emery-Torracinta commence très bien sa campagne). Contre les quarantièmes rugissants venus d'Onex. Contre les dissidences et les morsures internes. Le Maudet, comme on l'aime : l'inconformiste qui se bat, celui qui ose. Les morts qu'il doit réveiller ne sont pas ceux de la rue des Granges, où sommeillent d'un œil de lourdes fatigues patriciennes, mais ceux de Sait-Gervais. Les grognards et les mécontents, les populaires, les démocrates viscéraux. Cela porte un magnifique nom, hélas dévoyé par la Bahnhofstrasse, l'insupportable lobby des colonels banquiers de ma jeunesse ; cela s'appelle les radicaux.

 

Si Maudet ne renoue pas, d'ici le 17 juin, avec cette fibre populaire, cette jactance de la rue (où Stauffer se sent si bien), il est perdu. Si, au contraire, il réussit à incarner un espoir puissamment républicain, ne cédant ni aux redistributions si douillettes de la gauche, ni à l'argent facile de la droite financière, l'argent spéculé, alors oui, qu'il gagne, et même peut-être qu'il perde dans deux mois, il aura relancé quelque chose de fort. Dans son camp, il en est le seul capable. A lui de jouer.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

 

15:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

A propos de la catégorie "républicain", un bon article de Polémia, sur la différence de base entre l'idéal républicain et le positionnement libéral-libertaire :

http://polemia.com/article.php?id=4770

Écrit par : Paul Bär | 21/04/2012

Les commentaires sont fermés.