01/05/2012

Poussière et lumière

 

Mardi 01.05.12 - 14.41h

 

"A Genève, j'ai un nom, je suis le colonel Duchosal, l'ancien commandant des services de sécurité de l'aéroport. Tout au long du voyage, je ne suis plus rien, juste un type fatigué, qui boite, qui a mal aux pieds, à qui l'on tend un verre d'eau ou un bol de soupe. Quand je marchais au bord des routes, j'avais conscience d'être un grain de poussière."

Jean-François Duchosal
, extrait de l'article "En hommage à l'Abbé Pierre", Revue "Les Amis du Chemin de Saint-Jacques", no 49, Mai 2012, pages 22 à 25.

 

PaD

 

 

14:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bonjour Pascal,
Merci pour ce rappel nécessaire à chacune et chacun de nous.En tout cas pour Jean-François Duchosal la vie "ça marche".Il est de ces poussières qui fond le monde en toute discrétion, efficacité et dignité.
Mon salam et mon profond respect.

Écrit par : Ouardiri Hafid | 01/05/2012

Je relisais justement la profession de foi de l'abbé Pierre à l'Assemblée nationale :

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/abbe-pierre/profession_foi.asp

Un homme réaliste, soucieux des classes industrieuses autochtones : " Immigration étroitement filtrée. – Expulsion immédiate des immigrés indésirables."

Écrit par : Paul Bär | 01/05/2012

A Genève, le Commandant Jean-François Duchosal à certe un nom, mais il a aussi un coeur immense et une générosité exemplaire dans le don de soi. Il est fidèle à son image et à sa ligne même si parfois cette dernière l'a obligé à prendre quelques virages qui lui donnèrent l'envie de manger sa casquette.
Chef au caractère trempé, mais homme de parole, sincère et droit. Homme respecté.
Un bel exemple et une grande humilité face à la vie !

Luc Amiguet
Ancien Commandant du SSA
2001-2011

Écrit par : Luc Amiguet | 01/05/2012

Merci Pascal de signaler cet hommage à l'Abbé Pierre.

Genève, la protestante, a été une terre de repos comme d'expression pour ce battant infatigable contre l'injustice par l'insertion du travail qu'a été l'Abbé. C'est bien la preuve que lorsqu'on est avant tout installé dans le dialogue constructif, la barrière des croyances s'estompe. Le témoignage de l'ami Hafid avant moi en est une brillante démonstration.

Quant à Jean-François, croisé moderne installé dans le partage et la vraie fraternité, il fait partie de cette "poussière" qui, calmement, permet de combler les fossés qui nous séparent, souvent par l'exploitation éhontée de malentendus.

Genève est donc bien terre d'accueil et de dialogue, veillons à ce qu'elle le reste sans jamais se figer dans un passé chimérique!

cordialement,
Patrick Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 02/05/2012

Les commentaires sont fermés.