02/05/2012

Merck Serono : les députés roupillent

 

Sur le vif - Mercredi 02.05.12 - 14.26h

 

Nous avons posé, dès le jour de l'annonce du drame social chez Merck Serono, la question de la capacité d'anticipation de telles déconvenues, de la part du Conseil d'Etat. Il s'agit certes d'entreprises privées, elles sont libres de leurs choix. Mais le rôle de l'Etat, même en régime libéral, c'est d'avoir des antennes. Des têtes chercheuses. Un service de renseignements, au fond, capable de lucidité, à l'avance, sur des charrettes possibles. Nous l'avons dit, et le répétons : l'exemple lausannois, avec la présence de l'EPFL, le génie d'un Patrick Aebischer, s'avère remarquable d'intelligence (au sens premier) entre le public et le privé. Et les autorités vaudoises, désolé, donnent moins l'impression de regarder passer les trains.

 

Mais qu'importe le passé. L'économie genevoise a besoin de visionnaires et de combattants. Il reste, Dieu merci, de forts belles et saines entreprises dans le canton, c'est avec elles que les pouvoirs publics doivent travailler au mieux. Il n'est pas sûr, d'après nos renseignements, que certaines autres multinationales se portent à merveille, ni que, hélas, d'autres journées noires nous soient épargnées. Mais combien de PME solides, gérées par d'admirables entrepreneurs, pouvant se prévaloir d'employés motivés, compétents, formés. C'est ce tissu-là, moins bling bling mais tellement plus fiable, qu'il s'agit absolument d'aider et d'encourager. A cet égard, oui, la politique économique du canton de Genève doit être réorientée. Retour à la proximité, et moins de prunelles écarquillées devant les mirages des sociétés mondialisées.

 

Un peu moins de cocktails, un peu plus de boulot sur le terrain. Et, de grâce, beaucoup moins de tracasseries pour ceux qui ont choisi de lancer leur boîte, et ont pris la responsabilité de créer des emplois. Même un emploi, c'est déjà une magnifique aventure. Nos conseillers d'Etat, de gauche comme de droite, avec leurs salaires à plusieurs centaines de milliers de francs qui tombent tous les mois, leurs rentes de nababs assurées à vie, eux qui ne dépensent jamais leur argent, mais celui des contribuables, eux qui n'ont jamais pris de risques économiques, sont-ils vraiment, mentalement, les mieux outillés face à ces défis ?

 

Restent les parlementaires. Je crois savoir qu'il existe à Genève un Grand Conseil, honorable institution législative dont on se demande si elle a entendu parler de la crise chez Merck Serono et, accessoirement, de la bombe à retardement que constitue l'affaire des caisses de pension publiques. Nous allons, à Genève, vers des temps extraordinairement difficiles : la classe parlementaire, à l'exception de quelques esprits éclairés de la Commission des finances, en a-t-elle seulement pris la mesure ? Elle n'en donne guère l'impression.

 

Incroyable, tout de même : sur tant de sujets plus faciles, ou moins risqués, ou plus populistes, le nombre de motions, interpellations urgentes, à l'évidence déclamatoires et publicitaires de la part de nos chers députés. Et là, sur l'une des plus grandes charrettes industrielle de l'après-guerre ? Rien, ou presque. Les socialistes sont, à l'heure qu'il est, le seul parti à se bouger un peu. Les notables Verts, hier au défilé du 1er Mai, manifestaient pour une « économie verte ». Hors sol, totalement ! Le centre droit donne l'impression de ménager ses ministres, qu'ils soient d'inspiration chrétienne ou fazyste. Bref, le législatif genevois, face à une crise sociale majeure, semble bien assoupi. Qui le réveillera ?

 

 

Pascal Décaillet

 

 

 

14:26 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Cher Pascal,
À vous lire, j'ai la sensation que vous faites la promotion de Laurent Seydoux !
N'oubliez pas de réfléchir à votre vote... il incarne les valeurs que vous sus-mentionnez !

http://www.ge.vertliberaux.ch/
http://journaldecampagne.blog.tdg.ch/archive/2012/05/02/17b414f53fe7db109fc4ce2c14dbc10a.html

Écrit par : Grégoire Barbey | 02/05/2012

Cher Grégoire,

J'apprécie beaucoup M. Seydoux. Mais n'étant ni Vert, ni libéral, je peine à entrevoir comment je pourrais me retrouver....... Vert libéral !

Écrit par : Pascal Décaillet | 02/05/2012

Vous ne voterez pas pour un parti en cette élection M. Décaillet, mais pour une personnalité, qui incarne (ou pas) des compétences et des valeurs !

Écrit par : Grégoire Barbey | 02/05/2012

Ah oui, suis-je bête !

Écrit par : Pascal Décaillet | 02/05/2012

Mais non ! Tête en l'air.

Écrit par : Grégoire Barbey | 02/05/2012

"une personnalité, qui incarne (ou pas) des compétences et des valeurs !"

ON dirait du Philippe Souaille, c'est de toute beauté !

Écrit par : Plouf | 02/05/2012

Il me reste plus qu'a me jeter au Rhône.
N'étant pas a la commission des finances, je me rend compte de ma vacuité.
Mais je me bouge..
Boycott (sans aucun succès) et proposition d'acheter le bâtiment pour 1franc.
C'est peu mais un début.

Écrit par : Bertrand Buchs | 02/05/2012

Je vous signale que le seul qui a dit qu'il allait déposer un texte prochainement est le MCG, par la voix de Eric Stauffer, le but étant de contraindre les entreprises qui s'installent à Genève au bénéfice d'avantages fiscaux d'accepter de devoir participer à un plan social en faveur des employés licenciés si le licenciement touche plus de 10 % des effectifs, sans que cela ne soit justifié par des difficultés économiques résultant du compte de pertes et profits. Ce plan social devrait prévoir le paiement du salaire durant 24 mois si les employés licenciés de devaient pas retrouver du travail.....frontaliers inclus, car ce type d'engagement ne doit pas inciter l'engagemetn de personnel de l'autre côté de la frontière. Un tel projet ne se fait pas en 48 h et nous aurions eu plus de temps si le Conseil d'Etat avait communiqué sur le risque avant qu'il ne se réalise. Vous voyez, le MCG ne roupille pas. Il ne roupille jamais, à Genève comme à Berne.

Écrit par : mauro poggia | 02/05/2012

Les commentaires sont fermés.