15/05/2012

Marengo, les morts, la mémoire

 

Sur le vif - Mardi 15.05.12 - 14.37h

 

Avec passion, rivé à mon fauteuil, j'avais suivi, en mai 1981, la passation de pouvoirs entre Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand. 31 ans après, je n'ai pu capter que quelques moments de celle entre MM Sarkozy et Hollande. Ce que j'en ai vu me donne une excellente impression. Respect mutuel. Pas de hargne envers le sortant, qui a pu quitter l'Elysée dans la dignité, et même sous pas mal d'applaudissements, chance que n'avait pas eue VGE, en arpentant à pied, sous d'imbéciles quolibets, la rue du Faubourg-Saint-Honoré. Tout au plus, ce matin, pouvait-on regretter les huées de la droite à l'arrivée des anciens Premiers ministres socialistes, dont un homme de l'âge et de la stature de Pierre Mauroy, invités par le nouveau président. Dans les deux cas, 1981 et ce matin, ces comportements sont déplacés : une journée comme celle-ci doit être placée sous le signe de la continuité républicaine.

 

Impeccable, le discours de François Hollande, son appel à l'unité de la nation, il a parlé à tous les Français, et bien sûr aussi au monde, qui, ce jour-là, le regarde. Impeccable, sa gestuelle, sa sobriété, sa simplicité très française. Irréprochable, déjà totalement présidentielle, son attitude marmoréenne à l'Etoile, face à la Sonnerie aux Morts. Comment, en cet instant, ne pas penser aux millions de Français qui, sur tous les champs de bataille, sont tombés pour faire ce pays ? Oui, l'officier de réserve Hollande est parfaitement à l'aise, déjà, dans la pompe républicaine. Les Français aiment cela, c'est très important pour eux, et ils ont quelque raison de rendre hommage à leurs innombrables morts.

 

Viendra le temps de l'action, le président Hollande et ses gouvernements feront de bonnes et de moins bonnes choses, il y aura des hauts et des bas, et l'Histoire, un jour, jugera. La tâche est extraordinairement difficile, tout le monde le sait. En attendant, le septième président de la Cinquième République a passé avec brio le cap de l'essentiel, celui justement où son prédécesseur avait échoué : il est entré, en quelques minutes, dans l'habit et la stature de la fonction. Pour en prendre toute la mesure, qui date de la République mais bien sûr aussi de l'Ancien Régime, il convient de relire Michelet, Tocqueville, mais aussi les éblouissants « Lieux de Mémoire » de Pierre Nora. Et puis, allez, disons-le, lorsque la Garde Républicaine entonne la bouleversante Marche consulaire de Marengo, il n'est peut-être pas inutile de savoir qu'avant d'être une sauce, ce nom fut celui d'une bataille. Qu'on aime ou non François Hollande, il faut lui souhaiter bonne chance. Nos amis français en ont besoin.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

14:37 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Passation de pouvoir triste et sans émotion.
Le nouveau président qui rentre tout de suite dans l'Elysée, sans même attendre que son prédecesseur se soit vraiment éloigné. Pas franchement indigne, mais pas très élégant non plus, limite rustre.
Ensuite un discours classique de François Hollande : "le président doit présider, le gouvernement gouverner..." et le parlement... parlementer, sans oublier que la pluie mouille et que le ciel est bleu, sauf quand il est gris.

Écrit par : Paul Bär | 15/05/2012

Libre à chacun d'être bouleversé par telle ou telle musique. En ce qui me concerne, je ne peux entendre de marche militaire, consulaire ou non, sans me rappeler une célèbre citation de Georges Clemenceau...

Écrit par : Daniel | 16/05/2012

Les commentaires sont fermés.