03/06/2012

Toni et l'extase de la marge

 

Sur le vif - Dimanche 03.06.12 - 15.11h

 

« Camp d'internement ». Ils ont osé utiliser ce mot. Les « camps d'internement light » ne suffisent pas, a renchéri Toni Brunner. Il faut donc en conclure que le président de l'UDC suisse souhaite, pour les requérants « récalcitrants », des camps d'internement lourds. Le contraire de light. Comme il y a Coca light et vrai Coca.

 

Alors, voilà, on peut discuter de tout. On doit, même. L'explosion des demandes d'asile en Suisse, les cas de faux requérants, ceux qui commettent des délits et des crimes, oui, tout cela est un vrai thème. Il n'est pas question de l'oblitérer.

 

Mais en politique, les thèmes sont portés pas des mots. Celui de « camp d'internement » ne passe tout simplement pas. Trop chargé d'Histoire, M. Brunner. On peut discuter de tout, y compris de votre idée de camp central, national. Pour ma part, je la combattrais, mais enfin on peut en parler. Mais « camp d'internement », non.

 

Les partisans de M. Brunner me diront que je chipote. Non. Les mots, en politique, ne sont pas seulement vecteurs de pensée. Il arrive qu'ils la précèdent. La dominent. La guident vers des chemins de brume qu'elle n'aurait pas souhaités. Et là, M. Brunner, « camp d'internement », outre que j'en rejette le concept, j'en vomis simplement les syllabes. Parce qu'elles charrient, je l'espère en tout cas pour vous, et pour nous tous, autre chose que votre projet. Un autre arrière-pays, pas si lointain.

 

Je remercie les partisans de M. Brunner, dans leurs commentaires, d'éviter de me ramener le grief de « reductio as Hitlerum », même s'ils le pensent, c'est juste pour s'éviter un nouveau débat sans fin, comme après l'histoire de l'UDC genevoise et de sa demande de dissolution de Mesemrom.

 

Je note simplement que ce grand parti, le premier de Suisse, qui aurait pu être le pivot d'une reconstruction des droites dans notre pays, ne semble, de son plus haut niveau, pas en avoir envie. Comme si pour écrire le texte, la page étant offerte, et laissée en jachère par l'inexistence des droites traditionnelles, on demeurait, inamovibles, dans la boue de la marge.

 

Pascal Décaillet

 

15:11 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Votre scrupule est honorable. Mais puisque vous reconnaissez que: "L'explosion des demandes d'asile en Suisse, les cas de faux requérants, ceux qui commettent des délits et des crimes, oui, tout cela est un vrai thème. Il n'est pas question de l'oblitérer." alors que proposez vous ?

Ou voulez vous mettre ces "faux requérants, ... qui commettent des délits et des crimes". Il faut bien les mettre quelque part, n'est-ce pas?

S'agit-il seulement d'une question de vocabulaire? Alors dans ce cas quel terme proposez-vous?

Écrit par : lexique | 03/06/2012

On remarque une fois de plus le caractère prononcé de la Suisse dans ce type d'organisation, sans faire de parallèles outrecuidants, les fours des camps nazis étaient équipés de matériaux "made in Switzerland", sans parler des apports or/platine et autres fausses coupures via les banques ayant permit aux nazis de mener à bien ses plans diaboliques !

La Suisse devrait prioritairement se garder de ne pas rappeler son passé tumultueux avec son histoire peu glorieuse, notamment avec des terminologies douteuses, surtout avec ce record d'Europe en votes d'extrême droite, les coups risquent bien d'être fatals pour ce pays renfermé sur ses démons couverts par des secrets de polichinelles !

Arrêtons la course, une bonne fois pour tout, de ces bougillons humiliant sans retenue, ceux qui pensent normalement !!!

Écrit par : Corto | 03/06/2012

Le mot "interner" n'a jamais choqué personne ou presque lorsqu'il s'agit d'interner un individu fragilisé dans un établissement spécialisé. Si le terme gène, alors faisons-le disparaître de notre vocabulaire. A tout le moins c'est aux autorités de modifier la donne pour éviter tout malentendu aussi sombre historiquement ou humainement soit-il.

Écrit par : Aurélien | 03/06/2012

@ lexique : j'approuve tout à fait votre commentaire. Facile de critiquer dans une écriture impeccable... mais que propose Monsieur Décaillet ?

Écrit par : Ivan Skyvol | 03/06/2012

Dommage qu'il n'y ait pas eu autant de voix pour crier au scandale quand des gosses qui pourtant n'ayant rien fait ont été internés afin de protéger la classe des bien pensants ,d'individus jugés trop débiles pour participer à la pureté d'une saine évolution d'humains aptes à répondre à tous les critères de l'époque.Beauoup dès l'âge de trois ans avaient déjà été privés de nombreux droits humains et sans faire quoique ce soit de répréhensible ,non simplement parcequ'ils faisaient tache!On ne peut malheureusement en dire autant de ces jeunes menacés d'être internés,c'est mlheureusement aussi le résultat de tant d'années de laxisme.On voit le résultat de tant de parlotes,cela n'a rien changé c'est tout le contraire obligeant alors à la manière forte.

Écrit par : lovsmeralda | 03/06/2012

Mr Décaillet au lieu de jouer les vierges effarouchée vous qui êtes un linguiste reconnu pourquoi ne pas vous en tenir à la définition du dictionnaire. Interner c'est mettre dedans. Puisqu'on ne peut pas les mettre dehors que voulez vous qu'on en fasse. Moi je serais plutôt pour des camps de travail parce que le travail c'est la santé. Oh mais vous allez crier au scandale! des camps de travail ? Bon alors on fait quoi ? On les laisse dehors à rien foutre mais c'est déjà comme ça. Il y à un camp dans lequel des millions de gens vivent, travaillent respectent les autres et accueillent déjà des milliers d'émigrés ce camp s'appelle la Suisse. Dans ce pays il y a des règles qui doivent être respectées par tous. Dites mois pourquoi les requérants récalcitrants auraient un régime spécial. Ou alors on fait des exceptions pour tous le monde et ça devient la gabegie. Ne jouons pas sur les mots pour faire oublier la réalité. La loi doit être la même pour tout le monde dedans comme dehors (du camp).

Écrit par : norbertmaendly | 03/06/2012

plus récemment et afin d’échapper au point Godwin , l'UDC mets en scène de jeunes et sexy femmes blondes qui nous permettent de nous interroger sur l'existence du point G.
Lovsmeralda:!"Beauoup dès l'âge de trois ans avaient déjà été privés de nombreux droits humains et sans faire quoique ce soit de répréhensible ,non simplement parcequ'ils faisaient tache!On ne peut malheureusement en dire autant de ces jeunes menacés d'être internés"
Avec ce commentaire abjecte On atteint l'ignominie c'est à dire le point de non-retour

Écrit par : briand | 03/06/2012

Corto, j'exige de vous que vous indiquiez la nature précise de ces matériaux "made in Switzerland" dont étaient équipés les fours des camps nazis, selon vous. Et bien entendu, pour permettre de vérifier vos accusations vous devez fournir aussi les noms des entreprises ayant fabriqué et livré ces matériaux, avec les dates des contrats, et tous les détails, vérifiables. Vous devez prouver aussi que les dirigeants des entreprises suisses étaient conscients de l'usage final desdits matériaux. Par exemple s'il s'agit de manomètres, ou compresseurs, ou autres instruments pouvant être utilisés dans n'importe quelle sorte d'usine, ou s'il s'agit de ciment dont on ne onnait pas l'usage qui en sera fait, l'entreprise qui les a vendus n'a rien à se reprocher.

Si vous n'êtes pas capable de répondre précisément à ces demandes je vous considérerai comme un méprisable diffamateur, lançant des rumeurs malveillantes et appelant à la haine contre la Suisse. Le tout en employant les mêmes méthodes que les salauds qui à certaines périodes de l'histoire ont accusé les Jufs d'empoisonnent les fontaines ou de tuer des bébés pour les besoins de leur culte.

Écrit par : lexique | 03/06/2012

Monsieur Décaillet, je me suis renseigné au sujet de cette affaire. Ce n'est pas aussi dramatique que vous dites. De fait il y a quelques centaines, au maximum, de faux réfugiés criminels récidivistes, qui ont détruit leurs papiers d'identité et à cause de ça sont difficiles à renvoyer dans leurs pays. On ne sait même pas de quel pays il s'agit.

Actuellement ces individus récalcitrants continuent de se promener dans la nature et commettre leurs déprédations: trafics, notamment de drogue, vols, violences. Toni Brunner a simplement suggéré, pour ceux qui ont été condamnés, qu'on les détienne dans un centre spécial fermé, pour qu'ils ne puissent plus commettre de délits. Cela paraît assez raisonnable, non?

Ca se fait déjà dans de nombreux pays européens.

Pour ma part je trouve qu'on devrait mettre ces gaillards dans d'anciennes fortifications militaires à la montagne, et pendant la journée ils seraient astreints à des travaux de force pénibles, par exemple casser des cailloux, déblayer la neige, faucher les prairies là où il n'y a plus de paysans, etc. Ca ferait faire des économies à l'état. Tout devrait se passer dans des conditions humaines bien entendu, tout le monde doit être bien nourri et soigné, mais ça doit leur enlever l'envie d'abuser de la bonté des Suissesses et des Suisses. Après quelques temps dans ces camps, ils se souviendront peut-être de leur pays d'origine et on pourra enfin les renvoyer chez eux.

J'ajoute que cette forme de travaux d'intérêt public ne devrait pas être réservés aux seuls faux réfugiés. Il faudrait aussi mettre dans les mêmes camps, et astreindre aux mêmes travaux pénibles, les objecteurs de conscience. En effet aujourd'hui le service civil consiste à vider des pots de chambre dans des hopitaux tout en continuant des études. C'est un scandale! Finalement la plupart préfèrent se prélasser comme ça au lieu de faire leur école de recrues comme tout le monde. Ce serait trop pénible pour les pauvres chéris. Résultat il y a 50% de planqués aux frais de la princesse et on n'a plus d'armée digne de ce nom. Alors je dis: puisqu'il n'y a pas moyens de sonder les consciences il faut que la preuve par l'acte consiste non seulement dans un service plus long, mais aussi plus pénible, beaucoup plus pénible même, et donc dissuasif.

Non mais ....,!

Écrit par : Non mais...! | 03/06/2012

Et qui viendra pleurer, quand, demain ou après-demain, on caillassera des Juifs en Suisse ?

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/06/03/97001-20120603FILWWW00194-trois-juifs-portant-une-kippa-agresses-pres-de-lyon.php

Les mêmes qui, aujourd'hui, par irénisme ou par calcul politique, contribuent à l'établissement sur notre sol de populations extra-européennes potentiellement hostiles.

Les bien-pensants d'aujourd'hui me font, en effet, de plus en plus penser à ce mot de Péguy : "ils ont les mains propres, mais ils n'ont pas de mains."
Laisser la situation se dégrader, tant qu'on peut rester bien drapé dans ses beaux principes bien repassés et qui sentent bon. Ce qui peut arriver ensuite, rien à battre ; on laissera les "nauséabonds" recoller les morceaux, si c'est seulement encore possible !


P.S : il paraîtrait qu'en Allemagne, entre 1933 et 1945, les gens utilisaient des parapluies quand il pleuvait. Il serait donc convenable que l'usage de cet accessoire soit désormais interdit. On pourrait même envisager, par souci "des mots en politique", que le terme "parapluie" soit aussi retiré des dictionnaires. Tout cela bien entendu au nom de la liberté, des valeurs etc...

Écrit par : Paul Bär | 03/06/2012

Si la droite utilisait les mêmes armes que la gauche, elle n'hésiterait pas à recourir à la novlangue. Par exemple : "Lieux d'occupation pour personnes en attente d'un départ volontaire".

N'étant pas expert en novlangue, proposez d'autres dénominations ! Merci d'avance.

Écrit par : Tralala tsoin tsoin | 04/06/2012

Juste pour rire, cherchez la différence entre l'article du Figaro...

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/06/03/97001-20120603FILWWW00194-trois-juifs-portant-une-kippa-agresses-pres-de-lyon.php

... et sa version réécrite par Le Matin :

http://www.lematin.ch/faits-divers/trois-jeunes-juifs-agresses-marteau-barre-fer/story/30298062

Article probablement expurgé par un auxiliaire de la police du vocabulaire ;-)


P.S. sinon entendu ce matin sur la RSR tata Martine vitupérer, comme de bien entendu, contre la proposition de Toni. Alors, tata Martine, aucun commentaire sur ce que fait Benjamin quant aux problèmes de migration illégale subis actuellement par Israël ?

Écrit par : Paul Bär | 04/06/2012

...proposez d'autres dénominations.
+++++++++++++++++++++++++++++++++++


"Zones de rétention provisoire".
Non, "zone", c'est trop connoté, pas assez neutre pour une oreille "sensible".

Peut-être, "espace de vie encadré" ?

Écrit par : Paul Bär | 04/06/2012

Je propose : "centre aéré multiculturel d'initiation au vivre ensemble, à l'esprit d'ouverture et aux valeurs républicaines de tolérance et d'humanisme, dans un esprit de lutte contre la xénophobie l'exclusion et le rejet de l'autre."

Ce serait quand même plus chic, non?

Écrit par : lexique | 04/06/2012

Un commentaire sur ceci ?

++++++++++++++++++++
Les immigrants illégaux en Israël, la plupart des Soudanais et des Erythréens entrés par le Sinaï égyptien, risquent désormais d'être emprisonnés pendant trois ans sans jugement s'ils sont arrêtés par les autorités israéliennes, a annoncé dimanche une porte-parole du ministère de l'Intérieur.
++++++++++++++++++++

http://www.lorientlejour.com/category/%C3%80+La+Une/article/762169/Polemique_violente_et_xenophobe_en_Israel_autour_de_la_question_des_immigres_africains.html

Écrit par : Paul Bär | 04/06/2012

On en reste toujours aux mêmes rengaines. Comme un vieux disque rayé, M. Décaillet se complait, en jouant sur les mots, à faire des analogies qui n'ont pas lieu d'être pour tout esprit quelque peu clairvoyant...

Écrit par : A. Piller | 05/06/2012

Je vous propose ce stère de langue de bois:

«Espace de vie accompagné pour personnes fragilisées et en rupture, issues de la diversité»

Écrit par : petard | 06/06/2012

Les commentaires sont fermés.