18/06/2012

Pierre Maudet, un destin

 

Lundi 18.06.12 - 07.54h

 

« Le sel républicain de l'aventure », titrais-je ici même il y a deux mois, lorsque Pierre Maudet se lançait dans la course. Le voici maintenant, à 34 ans, conseiller d'Etat et déjà ancien maire de Genève : à coup sûr, un destin. Une campagne époustouflante, nourrie de courage et de ruse odysséenne (« J'ai bien conscience de n'être point le favori »), propagée par le réseau Maudet.com, slogan que nous avons lancé ici, sur ce blog, et qui apparaît même, ce matin, dans l'éditorial du principal propagandiste de Maudet.

 

La victoire de l'éternel jeune prodige radical est non seulement imprévue, mais aussi d'une ampleur saisissante. Voilà donc un nouveau conseiller d'Etat parfaitement légitimé, avec en plus une bonne participation. Qu'on aime ou non Maudet, qu'on ait apprécié ou non son style de campagne, il faut s'en réjouir pour Genève. Parce que ce Conseil d'Etat-là, qui traîne la patte et tire la langue, assurément l'une des plus mauvaises équipes depuis la guerre, a besoin d'un électrochoc. Ce sera la mission de Pierre Maudet.

 

De la journée d'hier, ces deux heures folles d'émission, dans la fournaise de la Cour de l'Hôtel de Ville, je retiendrai le magnifique sourire de belle perdante d'Anne Emery-Torracinta, les attaques parfaitement légitimes de Romain de Sainte Marie contre un journal bien précis, l'extraordinaire implantation du MCG dans les communes suburbaines populaires, qui laisse entrevoir un résultat redoutable lors de l'élection d'octobre 2013 au Grand Conseil. Mais aussi, la rivalité Genecand-Fiumelli pour la succession Maudet en Ville, l'annonce d'un Messie PDC pour tenir ce rôle, la promesse du MCG (Carlos Medeiros) de soutenir un UDC pour lui rendre la monnaie de la pièce, et plein d'autres instants d'émotion et de vérité. C'était un beau moment républicain, à l'endroit où il fallait être, l'Arche sainte de nos institutions.

 

Comme un remplaçant qui surgit du banc de touche, tout frais dans l'océan de fatigue des autres, Maudet va donc débouler au Conseil d'Etat. Puisse ce collège médiocre, qui n'a pas fait ses preuves, avoir la sagesse de lui confier les rênes du Département le plus dur, le plus exposé, celui du plus grand défi et du plus grand enjeu. Car le PLR, avec deux magistrats radicaux forts et une libérale très faible, ne peut se permettre le moindre échec d'ici l'automne 2013. Il dispose désormais de tous les leviers du pouvoir.

 

À observer, de très près, le duo que formeront les deux radicaux, assurément les deux hommes forts pour les seize mois qui restent. Beaucoup d'intelligence, chez ces deux hommes, mais le risque énorme du gouvernement par le réseau et les copains. Nous avons affaire au mieux à une équipe de grognards soudés par les combats communs, au pire à l'un des clans d'intérêts les plus redoutables de la République, avec pouvoir de nommer, dégommer, nuire à des entreprises privées pour y installer l'Etat des vassaux. Si Pierre Maudet - que nous voulons  croire, ce matin, encore étranger à ces pratiques-là - devait peu ou prou s'y tremper, alors nous le dénoncerions sans faille, et la population devra en être informée.

 

Pour l'heure, il faut souhaiter bonne chance à Maudet. Pour se faire élire, il a réussi à forcer le destin. Puisse-t-il, avec la même énergie, servir l'Etat. Les prochains mois seront passionnants.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

07:54 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Rien de très étonnant au succès de Pierre Maudet.

1: même un cheval radical aurait gagné, quand le parti socialiste est si déconnecté sociologiquement des classes industrieuses, quand il pensait gagner en proposant une sèche bobo-gynocrate cosmo-élististe.

2: au fond, comme Maudet, c'est grosso-modo l'aile droite du PS en matière sociétale, il a réuni sur son nom à la fois la droite molle, le centre et très probablement certains socialistes. Donc, dans ces conditions, impossible de perdre.

Écrit par : Paul Bär | 18/06/2012

Le rever Bär éclaire d'un "faisceau"noir ce lundi.

Écrit par : briand | 19/06/2012

Ah, la belle image du faisceau.
Seul qui casse, liés qui tiennent.

Il faut dire que Lucius Quinctius Cincinnatus...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lucius_Quinctius_Cincinnatus

... est un de mes personnages politiques préférés.

Écrit par : Paul Bär | 19/06/2012

Quand on vous lit, la petite politique locale genevoise devient une épopée homérique. Est-ce vous ne magnifiez pas un peu trop ces nains?

Écrit par : Bonivard | 25/06/2012

Les commentaires sont fermés.