22/06/2012

Maudet : l'enfer, c'est les autres

 

Chronique publiée dans le Nouvelliste - Vendredi 22.06.12



Un surdoué. De la trempe des Darbellay, Pierre-Yves Maillard ou Nantermod. Un tout précoce, tombé dans la potion. Un homme véritablement habité par le démon politique. Il ne pense qu'à ça, ne vit que pour ça, mène ses campagnes comme des Blitzkrieg, construit son réseau depuis des années, voit loin, avec toujours deux ou trois longueurs d'avance. Oui, Pierre Maudet, élu ce dimanche 17 juin, à 34 ans, au Conseil d'Etat genevois, déjà ancien Maire de Genève à l'âge où certains pataugent encore, est un phénomène.

Je fus, il y a une douzaine d'années, l'un des premiers à le repérer. A Forum, je lui ai souvent donné la parole, soit pour des sujets genevois, soit pour des thèmes nationaux, dans lesquels il n'hésitait pas à mordre à pleines dents. Peu à peu, la Suisse romande découvrait ce gamin genevois, capitaine à l'armée à peu près à l'âge de Bonaparte, venant donner son avis à peu près sur tout, étrillant les responsables de la Défense, qu'il tient pour des résidus du paléolithique, redécoupant les frontières cantonales, nous annonçant notre entrée imminente dans l'Union européenne, réduisant l'armée à vingt mille personnes. Tout cela, Dieu merci, dans sa tête : disons qu'il a beaucoup réfléchi à haute voix.

Mais le gamin a mûri. Tout en ferraillant dans la vie municipale genevoise, il apprend les langues nationales, y compris l'italien pour sa première déclaration devant les Chambres, le jour où il sera conseiller fédéral, ne manque aucun prétexte (y compris bidon) pour se pointer à Berne, histoire d'entretenir les relations, nourrit le réseau avec de futurs conseillers fédéraux (je ne suis pas prêt d'oublier un repas, aux Pâquis, il y a quelques années, avec lui et Alain Berset, on y sentait l'avenir à chaque verre trinqué), bref Maudet a génialement construit son destin. Ajoutez à cela une vaste culture politique, notamment sur le radicalisme, de celles qu'on ne trouve que du côté de Martigny ou Fully. Canal historique sans être sectaire, radical sans nous assommer avec la laïcité, à vrai dire très souple. Oui, disons souple.

Qu'il ait gagné, le 17 juin, est simplement époustouflant. Personne ne le voyait vainqueur. La masse critique de la gauche, prétendument unie, semblait offrir la victoire à la socialiste Anne Emery-Torracinta. Eh bien non, le MCG Eric Stauffer fit un excellent résultat, consolidant sa tête de pont dans les communes suburbaines (Vernier, Meyrin, Onex, Lancy), mais le vainqueur, et avec une avance que personne n'explique, ce fut bien Maudet. Une victoire qui restera dans les livres d'Histoire. Sa bataille de Cannes, à lui.

Voilà l'homme au pied du mur. Un torrent d'idées et de projets. Une intelligence. Mais rejoignant, pour seize mois, un sextuor à bout de souffle, l'une des équipes les moins bonnes depuis la guerre. Être génial tout seul, en Suisse, ne sert pas à grand-chose : dans ce pays plus qu'ailleurs, pour toute tête qui dépasse, l'enfer, c'est les autres.



Pascal Décaillet

 

13:58 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je vous trouve dur avec le Conseil d'Etat actuel dont 2 nouveaux avant l'arrivée du brillant Pierre Maudet. Composer avec un Grand Conseil versatile, sans majorité claire et, depuis 2008, deux graves crises mondiales très rapprochée l'une de l'autre, ce n'est pas une sinécure. Dans ces années de turbulences, il faut considérer qu'ils font ce qu'ils peuvent et que l'on ne peut pas leur demander de faire des miracles ! Puis Genève a toujours été un brin rebelle et il faut faire avec ! Plutôt que de tancer le Conseil d'Etat, ne faudrait-il pas mieux qu'il y ait plus de discipline au niveau des débats au Grand Conseil ? Là, pourrait-on dire, que certaines idéologies sont à bout de souffle ? Certains cherchent des solutions à des problèmes en aval plutôt que de se poser la question du pourquoi en amont ?
Cordialement.

Écrit par : Herbert Ehrsam | 23/06/2012

Les commentaires sont fermés.