23/06/2012

Tornare : la leçon d'un homme en colère

 

Sur le vif - Samedi 23.06.12 - 11.01h

 

Dix minutes de bonheur. La leçon du vieux combattant au débutant. Mohamed Ali, qui danse, pique et vole face à un jeune boxeur, première année, encore un peu chétif. Dieu sait si j'apprécie Romain de Sainte Marie, qui est d'ailleurs resté parfaitement calme (c'est une force) pendant l'engueulade, mais là, que voulez-vous, le show ce fut Manuel, la torpille, le feu de la révolte, tous les raisins de toutes les colères. C'était hier soir, à Forum.

 

Tornare au sommet de sa forme. Il crie ce que tout le monde pense. Parti de clans, d'apparatchiks, syndicat d'aveugles, empêtré dans l'archaïsme du discours, pétrifié dans d'ancestrales idéologies. Copinages, et ça n'est que le prénom. Hier soir, Tornare avait de son côté la révolte et l'humour, le rythme (il n'a pas laissé souffler son adversaire une seule seconde), le rebondissement, la surprise .Nous n'étions plus à Genève ni Lausanne, nous étions sur le ring face à Sonny Liston, ou Floyd Patterson, nous étions au huitième round de Kinshasa, 1974, Foreman au tapis, le titre retrouvé, la jeunesse réinventée. Nous étions sur la Meuse, mai 40, finie la Drôle de Guerre, vous voulez du mouvement, on va vous en donner.

 

Ce fut une éclatante démonstration. Tout le monde a compris que l'adversaire du vieux lion n'était pas le jeune, sympathique et prometteur président du parti socialiste genevois (juste convoqué, le jour même de son mariage, à titre de punching-ball), mais bien le ban et l'arrière-ban de l'Appareil, la vipérine cléricature des féodaux, ceux que Tornare, meilleure locomotive électorale de Suisse romande avec Christophe Darbellay, a toujours eus contre lui. En 2009, en 2012. À coup sûr, en 2013, il les retrouvera, ces chers camarades qui entretiennent la machine à perdre avec la fièvre méticuleuse des passionnés de train électrique.

 

Oui, Tornare, hier soir, ce fut la bête humaine. Gabin, sur sa loco, clope au bec (sorry, Dr Rielle, c'est dans le film), visage fouetté par le vent du destin. Plus rien à perdre, Manu. Marre, super-marre de cette équipe de branquignols (je cite sa pensée, of course, vous n'allez tout de même pas imaginer que je la prendrais pour mienne), alors cette fois on se fout des conséquences, on vide son sac, on fond sur l'adversaire, on calcine, on pulvérise. Le napalm.

 

Déjà, Papy Moustache s'étrangle. Déjà, l'Appareil prépare la riposte. Déjà, l'étau se prépare pour enserrer le traître. Déjà le bûcher, pour l'exécution publique, s'apprête à se dresser. Peu importe. Hier, l'homme a dit sa colère. Elle fut saine et brûlante, la leçon, magistrale. Elle ne sera évidemment pas entendue. Déjà, les Clercs font le siège du jeune président pour exiger sanctions et réprimandes. Déjà, l'Appareil se reforme pour secréter son éternel venin. Mais nous eûmes le bonheur, hier soir, d'entendre (miracle de la radio), pour ma part c'était en cheminant au milieu des herbes fraîchement coupées, la plus belle chose depuis Achille et le siège de Troie : la lumineuse colère d'un homme.

 

Pascal Décaillet

 

11:01 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"J'aime l'odeur du Napalm au petit matin".

Apocalypse Now, F. Coppola.

Écrit par : anonyme | 23/06/2012

coup de Tornerre Royal canin , fait pour émoustiller les "observateurs" , tout le monde aura compris que Vernier, Meyrin - Onex allait balancé aux poubelles de l'Histoire Eric S: sitôt la venue annoncée du Moise et des tables de sa loi.
Hors sujet: j'ai la faiblesse de croire que Maudet est moins à droite que Didier T.

Écrit par : briand | 23/06/2012

un vieux dicton dit: Le premier qui chante, c'est celui qui la fait :-)
Ou plus ancien encore," La première poule qui chante , c'est celle qui à pondu l'Oeuf"

Écrit par : philemon | 24/06/2012

Et si Didier T. est moins à droite que Mr. Maudet...qui est donc ce Didier T.
Ou alor auriez rebaptisé ce cher Manuel ? Si l'on veut piquer juste, il faut connaître son sujet. Cordialement.

Écrit par : alladin | 24/06/2012

la lampe d'Alladin éclaire le Caporal épinglé., ce dernier a fait son école de recrue avec Didier T.ami proche de Bernard Tapie
plus à droite que Manuel , qui lui-même....
Mille excuses.

Écrit par : briand | 25/06/2012

Après le tonnerre ,l'arc en ciel, et bien non un autre coup de tonnerre ,qui échappe au météorologiste du bleu lémanique bien que situé à deux pas de l'éclair sombre ,d'abord une onde longue et apaisante au revers du veston ,l'absence assumée de longue date, d'une plaquette à la place de la rosette , mais surtout la foudre:
La rupture du contrat établi entre le client et son avocat en cas de poursuite de la procédure au delà de l'acceptable .
Le ton n'est pas à la surenchère , qui de Maître Puntila et son valet Matti aura le dernier mot? mais surtout pour dire quoi?

Écrit par : briand | 26/06/2012

Le PS aurait tort de se priver de mon cousin Manuel Tornare. Guillaume Barazzone (député PDC)

Écrit par : Guillaume Barazzone | 27/06/2012

Les commentaires sont fermés.