27/06/2012

Pierre Maudet : excellente nouvelle

 

Sur le vif - Mercredi 27.06.12 - 16.38h

 

Aux premières lisières de la moiteur d'été, l'excellente nouvelle arrive, comme un électrochoc. Pierre Maudet reprend la police. C'est exactement ce que la population attendait. Pour cela qu'elle l'a élu. Et c'est, de la part du Conseil d'Etat, une décision habile et intelligente : sur le front le plus difficile, le plus exposé, c'est évidemment la relève la plus fraîche, la plus compétente, la plus motivée, qu'il faut envoyer. Nul besoin d'avoir lu Verdun ni la Somme pour le savoir.

 

Réussira-t-il ? Il faut évidemment l'espérer. Nul, à Genève, n'aurait intérêt à un échec. Par son passé militaire, son grade de capitaine, l'homme est rompu aux fonctions régaliennes. Certains s'en plaindront, car il y aura de la rudesse bonapartiste avec cet homme-là, mais c'est un moindre mal : le nouveau ministre arrive dans un secteur où c'est l'autorité de l'Etat qui doit être rétablie. Oui, il faudra des signaux très clairs de primauté de l'autorité politique, élue, sur tout un caléidoscope de féodalités et de baronnies, dont le syndicat n'est pas le dernier.

 

Pierre Maudet est condamné à réussir. Si c'est le cas, il sauve ce qu'il y a à sauver de l'actuel Conseil d'Etat, et peut transformer électoralement l'essai à l'automne 2013. En cas d'échec, en revanche, il perd tout. Et entraîne son camp dans la disgrâce. En cela, tout le pari de Maudet est courageux. Lui et les siens, pour seize mois, détiennent d'infinis pouvoirs dans la République. A eux d'en faire bon usage. Dans l'intérêt supérieur de la population. Et non celui de leur clan. Nous serons attentifs à cet aspect.

 

Pascal Décaillet

 

16:38 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Effectivement, nous vertons bien s'ils sauront lutter pour l'intérêt supérieur de la population. J'espère qu'ils n'oublieront pas non plus de sitôt à quel point deux de leurs membres se sont révélés être des tares pour Genève et sa population. Ce qui me fait bien sourire c'est que Rochat à tout de même dû lacher la police alors qu'elle avait grandement annoncé son intention inverse. Certainement la peur de perdre sa place dans seize mois y est pour quelque chose.

Écrit par : Patrick | 27/06/2012

Pourriez-vous adjoindre "troupe de sauvetage" à côté de "capitaine" ? Vous conviendrez que le message n'est pas le même sans cette précision ;)

Écrit par : Gil Favre | 27/06/2012

Avec l'urbanisme, la sécurité et le Ministère public, c'est tout le PLR qui est condamné à réussir

Écrit par : Fabiano Forte | 27/06/2012

ah bon, je ne savais pas que la population genevoise a élu maudet.com pour reprendre la police, étant donné que ce département n'était pas vendre.

mais bon, la logique à ces raisons qui ne sont pas celles que nous partageons et la langue de bois non plus.

Si Stauffer avait été élu, aurait il reçu la Police ?

Écrit par : justice pour tous | 27/06/2012

Maudet Conseiller d'Etat c'est demain. La décision du jour, celle que je commente, n'est pas sienne. Mais elle pourrait ne être pas sans conséquence pour sa carrière dès lors que la politique est un jeux à bandes multiples.

Ce jour, le Conseil d'Etat, sans Maudet, a décrété que la procédure et le dépouillement de l'élection complémentaire au Conseil d'administratif en Ville de Genève se feront selon les mêmes procédés que ceux qu'il a décrété le 16 mai 2012 pour l'élection à la Cour des Comptes. C'est-à-dire que les bulletins du vote par correspondance ne seront pas acheminés dans les locaux de vote pour y être triés. Cela bien que la loi prévoit qu'en matière d'élection (contrairement à ce qui est en matière de votation) tous les bulletins doivent être triés dans les bureaux de vote puis traités de manière centralisée.

"Art. 66 Dépouillement dans les locaux de vote

2 Pour les votations, les jurés procèdent au dépouillement des bulletins des électeurs s’étant rendus au local de vote.
3 Pour les élections, les jurés procèdent au tri des bulletins en vue du dépouillement centralisé.

Art. 68 Dépouillement centralisé des élections
1 Le dépouillement des élections s’effectue de manière centralisée."

Ainsi, nos 6 têtes ont a nouveau décidé de violer la loi.

Sans doute, ont-ils tiré leçons du recours du MCG : les allées et venues de bulletins doivent être dans la mesure du possible évitées. Ces allées et venues sont, en effet, une erreur systémique.

Remercions donc le MCG, ainsi MM. Stauffer et Golay, pour avoir contribué à l'amélioration de la procédure électorale.

Evidemment, un gouvernement soucieux du respect de l'état de droit et de la démocratie ne viole pas la loi mais veille à sa modification. Et dans l'attente il veille à ce que soit prise toutes mesures pour mieux convoyer les bulletins.

Concurremment et nonobstant le service rendu par les auteurs du recours, qui ont pointé une mauvaise procédure électorale, le préposé PLR au dénigrement systématique : Pierre Weiss, récidive.

La Tribune de Genève nous a rapporté dès hier :

"Contrairement à certaines rumeurs, la Justice ne s'est pas contentée de prendre position sur la levée de l'effet suspensif. C'est bien sur le fond que les suspicions d'irrégularités commises pendant les opération électorales ont été tranchées. Et sèchement! Du coup, le MCG devra payer 1000 francs à titre d'émolument."

Un émolument est une somme d'argent que paie l'administré à l'administration (ou un à officier ministériel) en échange d'une prestation.

Et c'est bien ce qu'a décidé la Chambre administrative.

Et Pierre Weiss de commenter sur son blog hébergé par la TDG en sa version timestamped (horodatée)par un "huissier informatisé" à hier 20:39:22 (GMT) et à nouveau aujourd'hui à 15:35:22 (GMT) :

"La justice genevoise a tranché. Elle rejette "sèchement", selon la TG, le recours du MCG tendant à invalider l'élection de Pierre Maudet. Et de condamner les requérants, notamment Eric Stauffer et Roger Golay à payer une amende de 1000 francs pour avoir failli à apporter des faits précis et suffisants à l'appui de leur plainte."

Or, une amende n'est pas un émolument mais est une forme de sanction pénale prenant la forme d'une somme d'argent.

C'est dire que MM. Golay et Stauffer seraient, aux dires de Pierre Weiss et contrairement aux informations de la Tribune de Genève, de malhonnêtes personnes.

M. Golay, président du MCG et ancien président du syndicats des policiers cantonaux en uniforme (UCPC), calomnié par un collègue de parti de Maudet pour avoir contribué à une amélioration de la procédure électorale. Voilà qui est injuste et n'annonce pas les jours heureux que vous appelez.

Écrit par : CEDH | 27/06/2012

@ justice pour tous

Tout a fait d'accord avec votre commentaire.

Mais comme M. Pascal Décaillet fait partie des 300 plus influents de Suisse, pourquoi se remetrait-il en question ?

Écrit par : L'iconoclaste | 27/06/2012

Maudet à gagné c'est la démocratie, il se trouve, avec la sécurité cantonale, en face de son premier vrai dossier politique. Souhaitons lui de réussir. On jugera sur pièce.

Écrit par : norbert maendly | 28/06/2012

Cher Pascal, je vous ai connu moins agressif avec les représentants des personnels policiers, tout en vous précisant qu'il y a trois syndicats de policiers à Genève, le SPJ, le SPSI et l'UPCP.

La plus grande faiblesse d'un magistrat a été et serait encore de se retrouver sous influence parlementaire tout en se contentant des préconstruits et des préjugés pour avancer !

J'ose croire que M. Maudet n'est pas aussi faible et qu'il saura mettre en application son magnifique discours de départ du CA qui portait sur les qualités nécessaires à l'exercice de la fonction !

Minet

Écrit par : Walter Schlechten | 28/06/2012

A la lecture du commentaire de M. Walter Schlechten, ancien président de l'UCPC (syndicat des gendarmes entre autre), je me rends compte que j'ai omis de répondre à la question d'un excellent chauffeur de taxi , M. Jenny, dont on aimerait qu'il fusse le modèle pour ses collègues.

La question était : qui fait la loi ?

Au niveau cantonal, c'est le Grand conseil, encore appelé parlement cantonal. Le projet de constitution n'institue pas les syndicats en législateur.

Et réaffirmer le pouvoir de l'Etat c'est bien évidemment le réaffirmer à l'égard des malfaisants, mais aussi à l'égard des syndicats.

Mission impossible, sauf à créer un nouveau corps de police. Par exemple, une police métropolitaine (lémanique). Lémanique, cela doit rappeler à Maudet sa jeunesse.

Des critères de recrutement plus élevés, une meilleure formation, une HES, attireront ceux qui sont à ce jour rebutés par une police et non par sa noble mission. Le problème du recrutement s'en trouvera atténué. Un rappel : les école d'infirmiers et d'infirmières plus exigeantes quant au recrutement en Suisse romande attirent plus de candidats que les écoles moins exigeantes de suisse alémanique.

Certains gendarmes se sont gaussés d'un policier sorti d'une haute école. Sentiment de dévalorisation. Sentiment parfaitement injustifié, une passerelle vers la HES doit être créée pour ceux qui sont en service.

Écrit par : CEDH | 29/06/2012

Les commentaires sont fermés.