29/06/2012

Le perchoir, les poids, les mesures

 

Sur le vif - Vendredi 29.06.12 - 16.56h

 

L'excellent député radical (je ne dis jamais PLR) Jacques Jeannerat, lors de la séance du Grand Conseil d'hier soir, s'est un peu échauffé face à la cheffe du groupe socialiste, Lydia Schneider Hausser. Il est vrai que cette dernière, la chaleur et la fatigue aidant, venait de déclarer qu'il fallait promouvoir, à Genève, les emplois non-qualifiés ! Bref, Jeannerat a vu rouge, mais alors vraiment rouge, de l'écarlate façon Miró, il a dû entrevoir faucilles et marteaux, Bolcheviks échevelés, chars soviétiques sur les Champs-Elysées : pas content, le directeur de la Chambre de commerce et d'industrie !

 

Alors, c'est vrai, il a eu un mot un peu fort. Aux socialistes, il a reproché de fondre comme des « charognards » sur l'affaire Merck Serono, de la récupérer politiquement. « Charognards », ça n'est évidemment pas très gentil, mais enfin, jusqu'à nouvel ordre, ça n'est pas une insulte. C'est juste un prédateur qui se nourrit de cadavres. Le vautour, noble animal, qu'il m'est arrivé une seule fois d'observer en liberté, est un charognard. Il n'y avait donc guère de raison, da part du président, d'inviter l'orateur à « modérer ses propos ».

 

Car enfin, un Parlement ne doit certes pas être une foire d'empoigne, et on peut bien admettre que le jet aquatique, aussi revigorant puisse-t-il se révéler par ces grandes chaleurs, y soit déplacé. Disons qu'on s'y explique par les mots plutôt que par les poings, par le verbe plutôt que par l'hydrothérapie faciale. Ça, oui. Mais une fois posé le primat des mots, faut-il encore y planter l'échelle du convenable ? A ce petit jeu-là, on finira par remplacer la joute parlementaire, où nécessairement parfois le ton monte, par la sérénité empesée du salon de thé. Cette pétrification des impulsions, qui ne profiterait qu'aux pisse-froid et aux ratiocineurs, ne rendrait assurément pas service au dialogue républicain, qui a droit, aussi, à la vigueur. Que l'insulte soit la limite, d'accord ; en l'espèce, hier soir, nous n'y étions pas.

 

Mais il y a pire. Quelques minutes plus tard, le député UDC Bernhard Riedweg, dans un débat financier sur les politiques publiques, pose tout un chapelet d'excellentes questions, compétentes, argumentées, pertinentes. Questions auxquelles, d'ailleurs, et fort poliment, le ministre des Finances répond. Le hic, c'est qu'entre-temps, un député libéral (je ne dis jamais PLR), fatigué de porter sa hauteur patricienne, se croit obligé de faire à Riedweg la leçon, laissant entendre que ces questions n'avaient rien à faire là. Et il parle de « discours aux ânes », ou de « messe aux ânes ». Là, le président ne bronche pas.

 

C'était notre chronique sur le fil du temps, les affinités électives, le monde étrange et merveilleux des poids et des mesures.

 

Pascal Décaillet

 

16:56 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.